Menu
S'identifier
Aérien

Ryanair va (encore) licencier à cause du B737 MAX


Publié le : 06.12.2019 I Dernière Mise à jour : 09.12.2019
{ element.images.0.titre }}
Ryanair avait annoncé un total de 900 suppressions probables d'emplois. I Crédit photo Rob Hodgkins / Wikipedia

Auteur

  • Didier Forray

Faute de recevoir ses 20 Boeing 737-MAX attendus, la low cost irlandaise revoit son programme et ses prévisions de trafic pour l'été 2020.

Ryanair continue à réduire la voilure. Après avoir annoncé en août la fermeture de quatre bases espagnoles (Gérone, Tenerife, Lanzarote et Gran Canaria) à compter du 8 janvier 2020, entraînant la suppression de plus de 500 emplois, la low cost irlandaise a décidé de ne pas reconduire les opérations dans ses bases de Nuremberg et Stockholm-Skavsta.

Les deux bases seront fermées en mars 2020, avec, cette fois encore, des licenciements prévus dans les aéroports. Ryanair a également revu à la baisse les prévisions de croissance de son trafic, tablant désormais sur 156 millions de passagers sur l'exercice s'achevant à la fin mars 2021, soit un million de moins que la précédente estimation.

La compagnie explique ces nouvelles fermetures de bases et la révision de ses prévisions uniquement par le report des livraisons de ses Boeing 737 MAX-8. La direction se voulait pourtant très rassurante en octobre dernier. Le modèle de Boeing est effectivement toujours cloué au sol, depuis le crash d'un B737 d'Ethiopian Airlines en mars, quelques mois après l'accident d'un appareil identique appartenant à la compagnie indonésienne Lion Air.

Ryanair pourrait réduire ses capacités sur d'autres aéroports

Depuis, Boeing a avancé sur un correctif de son logiciel anti-décrochage MCAS, mis en cause dans les deux crashs, mais la certification de l'appareil n'est pas attendue avant la fin de cette année et les livraisons ont pris du retard. Ryanair affirme ainsi qu'elle devrait recevoir seulement 10 nouveaux B737 MAX d'ici l'été, sur un total de 20 attendus. Au total, la low cost a commandé 135 B737 MAX.

Et ce n'est pas tout : Ryanair précise qu'elle pourrait prochainement réduire les capacités au départ d'autres aéroports, sans donner plus de précisions pour l'instant. "Nous continuons à travailler avec Boeing, nos équipes, les syndicats et les aéroports affectés pour minimiser ces baisses de capacité et les pertes d'emplois", précise le PDG de Ryanair Holding, Eddie Wilson, dans un communiqué adressé aux investisseurs. Un nouveau coup dur alors que la low cost irlandaise n'a pas réussi à obtenir de slots à l'aéroport d'Orly.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format