Menu
S'identifier
Aérien

B737 MAX d’Ethiopian Airlines : les 4 conclusions principales de l’enquête préliminaire


Publié le : 04.04.2019 I Dernière Mise à jour : 04.04.2019
{ element.images.0.titre }}
L'enquête préliminaire met en cause le système de gestion de vol du Boeing 737 MAX. I Crédit photo Wikipedia

Auteur

  • Manon Gayet (avec AFP)

Le système de stabilisation du Boeing 737 MAX, baptisé MCAS, n'a pas été évoqué dans le compte-rendu de la ministre éthiopienne des Transports.

À Addis Abeba, la ministre éthiopienne des Transports a présenté ce matin les très attendus résultats de l’enquête préliminaire concernant le crash de l’un des Boeing 737 MAX d’Ethiopian Airlines, quelques minutes après son décollage, le 10 mars dernier.

1/ Les pilotes ont suivi les procédures

À ce stade, les pilotes ne sont pas mis en cause puisqu’ils ont exécuté les procédures d’urgence recommandées par Boeing en cas de problème. « L’équipage a réalisé à plusieurs reprises toutes les procédures fournies par le constructeur, mais ils n’ont pas été en mesure de reprendre le contrôle de l’avion », a expliqué la ministre éthiopienne des Transports.

2/ Le personnel de bord était qualifié

Dagmawit Moges a également souligné que les membres d’équipage avaient « les licences et qualifications » nécessaires pour opérer le Boeing 737 MAX qui s’est écrasé à proximité d’Addis Abeba.

3/ Le MCAS n’a pas été évoqué

Soupçonné d’être l’une des causes du crash connu par Lion Air sur un appareil similaire en novembre dernier, le système de stabilisation de l’appareil (MCAS, pour « Maneuvering Characteristics Augmentation System ») n’a pas été évoqué par la ministre éthiopienne.

Dagmawit Moges a seulement mentionné « un mouvement de "piqué répété" de l’avion », comme observé sur l’avion de Lion Air qui s’est écrasé fin 2018. L’enquête préliminaire n’a par ailleurs montré aucun signe de « dégât causé par un objet extérieur ».

4/ Boeing doit modifier son système de gestion de vol

Le rapport préliminaire remet ainsi en cause le système de gestion de vol de l’avion dans son ensemble et préconise que ce dernier soit revu par le fabricant Boeing. A ce jour, le premier correctif présenté à l’agence fédérale de l’aviation civile américaine par Boeing a été refusé.

Aux États-Unis, un groupe d’action commune comprenant la Nasa et les autorités de l’aviation civile internationales a par ailleurs été chargé d’évaluer le Boeing 737 modifié.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format