Menu
S'identifier
Production

Exclusif : l'affaire Thomas Cook France racontée par Nicolas Delord (épisode 4/6 : Les institutions et la réglementation)


Publié le : 13.02.2020 I Dernière Mise à jour : 13.02.2020
{ element.images.0.titre }}
Nicolas Delord, le président de Thomas Cook France, pendant son interview exclusive avec Tour Hebdo. I Crédit photo Pierre Morel pour Tour Hebdo

Auteur

  • Pascale Filliâtre

Comme dans les meilleures séries, la défaillance de Thomas Cook France a tenu en haleine la profession durant des semaines. En exclusivité, Nicolas Delord a raconté à Tour Hebdo comment a été vécue la crise, de l’intérieur.

Précédemment : Dans les trois premiers épisodes, « La chute », « La gestion de la crise » et « Jet tours et l'offre managériale », Nicolas Delord revenait sur le 23 septembre 2019, le jour où tout a basculé pour Thomas Cook France, avant de s'expliquer sur l'erreur commise par la banque, les choix de communication du top management ou encore les décisions prises. Il a aussi révélé à Tour Hebdo les coulisses de l'offre managériale pour tenter de reprendre le tour-opérateur Jet tours et ses équipes.

 

Épisode 4 : Les institutions et la réglementation

 

Le travail exceptionnel de l’APST

« Dès le premier jour, l’APST a fait un excellent travail. J’ai passé toute la première semaine en lien étroit avec Alix Philippon et Emmanuel Toromanof. 14 personnes de chez nous se sont installées à demeure et notre collaboration a été remarquable. 11 000 clients ont été rapatriés. Ce n’est pas juste aujourd’hui de taper sur l’APST qui a fait de son mieux. La défaillance de Thomas Cook est un sujet très compliqué avec des conséquences financières dramatiques pour l’association. Mais l’évènement est sans précédent. L’APST s’est mobilisée comme elle devait le faire même si cela a révélé des problèmes de gouvernance. C’est un mal pour un bien et l’occasion pour l’APST de se réinventer. »

La nécessaire évolution de la réglementation du tourisme

« Cette défaillance sans précédent devrait être l’occasion de repenser la réglementation et notamment les procédures collectives pour les entreprises du tourisme. Aujourd’hui, tel qu’imaginé par Atout France c’est dramatique, un gâchis énorme. Dès que vous êtes en difficulté, le fait d’activer la garantie fait tomber la licence, toutes les opérations commerciales génératrices de cash s’arrêtent et toutes les chances de s’en sortir aussi. C’est comme si on vous faisait une piqûre pour vous paralyser.

Une réflexion est absolument nécessaire sur la flexibilité à laisser aux entreprises même lorsque leur garantie est activée pour leur offrir une chance de survie. Les instances n’ont pas pu se rendre compte auparavant de l’ineptie des procédures car l’ampleur de cette défaillance est sans précédent. C’est l’opportunité qu’offrent toutes les crises : celle de se réinventer.

Une partie du problème des PNR est liée à cette réglementation. Une fois notre licence tombée le 4 octobre, il devenait impossible de facturer un PNR en BtoB puisque c’est un actif de l’entreprise. En tant que mandataire social, ma responsabilité pénale était engagée, avec le risque d’aller en prison. Le sujet n’était pas Delord protège les éventuels repreneurs. Le sujet, c’était Delord en tant que mandataire social, flanqué de deux administrateurs, ne peut pas dilapider l’actif de l’entreprise dans une situation de redressement judiciaire.

Beaucoup de professionnels ont découvert au travers de cet épisode violent et dramatique des spécificités du métier qu’ils ne connaissaient pas, notamment le fonctionnement de l’activité aérienne chez un TO. Certains m’ont traité de menteur, se sont énervés. Le stress a souvent conduit à des dialogues de sourds. Mais je le répète un TO sans licence ne peut pas céder à titre onéreux un PNR et dans le feu de l’action, nous n’avions pas le temps d’expliquer toutes les procédures. Je dois dire que les administrateurs ont halluciné vu l’hystérie qui a pu parfois se déclencher me demandant « Mais c’est quoi ce milieu du tourisme ? »

À suivre... Dès demain, retrouvez l'épisode 5 "Les états d'âme et les bons moments" de notre série "L'affaire Thomas Cook France".

=> En attendant, (re)découvrez les épisodes précédents :

- Épisode n°1 : La chute

- Épisode n°2 : La gestion de la crise

- Épisode n°3 : Jet tours et l'offre managériale

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format