Menu
S'identifier
Aérien

On vous décrypte la stratégie d'Air France-KLM pour les 5 ans à venir


Publié le : 06.11.2019 I Dernière Mise à jour : 06.11.2019
{ element.images.0.titre }}
Air France-KLM annonce une accélération du renouvellement de sa flotte. Et entend en faire sortir ses emblématiques A380. I Crédit photo Flickr

Auteur

  • Didier Forray

Benjamin Smith, patron du groupe Air France-KLM, a présenté hier aux investisseurs les priorités stratégiques du groupe et sa "trajectoire financière" pour les cinq prochaines années. Un plan articulé autour de "quatre grandes priorités".

1/ L'optimisation du modèle opérationnel

Benjamin Smith annonce d'abord une accélération du renouvellement de la flotte. En août, le conseil d'administration de la compagnie avait décidé la mise à le retraite, d'ici 2022, des 10 Airbus A380, jugés pas assez rentables. Les A330, A340 et B777 vont suivre, remplacés par 28 A350-900 et 10 B787-9. La flotte moyen-courrier est elle aussi sur la sellette : Air France a d'ores et déjà commandé 60 Airbus A220-300 pour remplacer ses A318 et A319. Au final, ce renouvellement de flotte doit permettre une économie évaluée entre 800 et 900 millions d'euros d'ici à 2024. Et cette opération est aussi menée chez KLM : le groupe se séparera de son dernier 747 en 2021 et de ses 13 A330 d'ici 2025 pour adopter le B787.

Le patron d'Air France-KLM appelle ensuite à la "mise en œuvre des synergies additionnelles au niveau du groupe" et à "simplifier les processus internes de chaque compagnie". L'idée est aussi de s'appuyer plus fortement sur Transavia pour les liaisons intérieures, avec des bases à Lyon, Bordeaux, Nice ou Toulouse, appelées à jouer un rôle plus important. Transavia vient d'ailleurs d'ouvrir une nouvelle base à Montpellier.

Benjamin Smith souhaite enfin "continuer à encourager les autorités françaises à créer un environnement plus favorable à la compétitivité d'Air France". Traduction : Air France-KLM va continuer son lobbying actif contre les nouvelles taxes qui frappent les compagnies aériennes, notamment l'écotaxe décidée par Elisabeth Borne et la future taxe européenne sur le kérosène.

2/ Le recentrage sur les segments les plus rentables

Benjamin Smith tourne définitivement la page de Joon et de HOP! : la première a fusionné avec Air France en juin dernier et la seconde a adopté le pavillon d'Air France depuis le 1er septembre. Le patron du groupe Air France-KLM souhaite s'en tenir à trois marques : Air France, Transavia et KLM. Avec pour leitmotiv : "Cibler les segments de marché les plus pertinents et les plus profitables". Une petite phrase qui met fin aux ambitions de création d'une low-cost long-courrier. Le patron d'Air France-KLM entend d'ailleurs accélérer la montée en gamme d'Air France par le biais de sa classe Premium Economy et sa classe Affaires.

3/ Le développement de la gestion des données, de Flying Blue, de la maintenance et du cargo

La troisième priorité mise en avant par Benjamin Smith marque la volonté d'exploiter toutes les opportunités de profits. Air France-KLM entend ainsi mieux exploiter son programme de fidélisation Flying Blue. L'activité Cargo est elle aussi remise à l'honneur. Air France Cargo et Martinair Cargo pour KLM totalisent aujourd'hui 1,2 million de tonnes de fret transportées et 2,3 milliards d'euros de revenus combinés. Enfin, le patron d'Air France-KLM veut augmenter les revenus tirés de l'activité de maintenance.

4/ L'analyse de toutes les opportunités de consolidation

La quatrième et dernière priorité apparaît quant à elle énigmatique… "Air France-KLM envisagera les opportunités de consolidation de façon pragmatique", écrit le groupe. Est-ce à dire qu'Air France pourrait se lancer dans le rachat de compagnies concurrentes ? La marche arrière dans le dossier Aigle Azur et l'absence d'intérêt pour XL Airways ont démontré le contraire — du moins sur le moyen-courrier et le low cost. Car Air France s'était rapproché d'Air Europa via un partenariat, qui pourrait aujourd'hui être remis en cause par le rachat de la compagnie espanole par le groupe IAG (British Airways, Iberia...). Mais, face aux investisseurs, Benjamin Smith ne veut fermer aucune porte tout en marquant le dynamisme de la compagnie.

-------

Les objectifs financiers d'Air France-KLM

Sur le plan financier, Air France-KLM table sur une marge opérationnelle à moyen-terme comprise entre 7 et 8%, contre 5% aujourd'hui, et un cash flow libre d'exploitation ajusté positif. Le groupe annonce également la perspective d'un retour à la distribution de dividendes, alors que l'entreprise n'en verse plus depuis 2008.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format