Menu
S'identifier
Billet d'humeur

Le clash / le crush : Laurent Abitbol (Selectour) a-t-il réussi son pari ?


Publié le : 06.11.2019 I Dernière Mise à jour : 06.11.2019
{ element.images.0.titre }}
Thierry Beaurepère revient cette semaine sur le parcours et l'ambition pour Selectour de Laurent Abitbol. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Thierry Beaurepère

Le mercredi, c'est permis ! Thierry Beaurepère est de retour pour vous faire part de son humeur du moment. Et il revient cette semaine sur le parcours et l'ambition pour Selectour de Laurent Abitbol, qui a réuni hier soir la presse au Bristol, à Paris.

En décembre, on prend les mêmes et on recommence. Non, je ne parle pas du Père Noël et du petit Jésus, mais d’Enrico Macias (moins barbu) et Nicolas Sarkozy (moins Messie), les guest-stars du prochain congrès Selectour à Jérusalem — comme à Lyon il y a deux ans. Après tout, les stars des années 80 sillonnent les routes de France depuis dix ans, avec la même chanson. Pourquoi ne pas écouter une nouvelle fois « Les gens du Nord » et la complainte de l’homme politique ? L’année prochaine, pour jouer la parité, Soprano prendra-t-il le micro et François Hollande la parole ? Chiche !

Ce qui change, en revanche, c’est Laurent Abitbol. On a connu l’homme fort de Selectour parfois brouillon, souvent excessif (il préfère le terme « passionné »), quelquefois énervé. Hier, lors d’une rencontre avec la presse organisée dans le salon feutré d’un grand hôtel parisien, on l’a découvert plus tranquille, apaisé et serein. Même si coté chiffres, il doit encore réviser ses fiches ! Il connaît toutefois les plus importants. L'essentiel selon lui. Malmené à son arrivée à la tête du réseau à l’hippocampe il y a trois ans — presque par accident, affirme-t-il —, il a trouvé sa place.

Mieux, après les errements du passage de témoin entre le fondateur Philippe Demonchy et ses successeurs forcément moins flamboyants, puis les difficultés liées au rapprochement avec Afat Voyages et enfin, les légitimes questions sur les conflits d’intérêts avec Marietton Développement, le nouveau GO du tourisme français semble en passe de réussir son pari : transformer la voiture de papa qu’était Selectour, sympathique mais pas toujours efficace, en bolide de Formule 1.

Selectour s'attaque aux vols secs et à la norme NDC

La refonte de la politique commerciale il y a un an, avec distribution de médailles aux TO, a beaucoup fait parler. Les fournisseurs sont finalement monté à bord et tout le monde aurait franchi la ligne d’arrivée à fond la caisse. A tel point qu’il faut désormais éviter l’excès de vitesse si l’on en croit Laurent Abitbol. Car les performances réalisées par les voyagistes dorés auraient dépassé les prévisions, au risque de faire de l’ombre aux argentés et bronzés qui veulent eux aussi prendre des couleurs.

Selectour veut désormais passer la seconde, en ajoutant à la mécanique une dose de technologie. Elle arrive en 2020, avec deux outils : l’un permettant de profiter de la norme NDC et mieux vendre les vols secs dans les agences (le défi des prochaines années), l’autre de développer le package dynamique. Pour l’occasion, le GIE Asha — qui regroupe Selectour et Havas Voyages — va casser sa tirelire bien pleine et prendre des participations dans deux sociétés technologiques. Les TO répliqueront qu’avec leurs commissions, le duo s’offre les moyens de les contourner. C’est ce qu’on appelle une chicane bien négociée !

Un rachat peut en cacher un autre… Le GIE est aussi candidat à la reprise de la marque Jet tours, mais seulement pour l’installer au fronton des agences. Avec 1 231 points de vente, le maillage de l’Hexagone est presque complet. Pour accueillir de nouveaux adhérents sans faire de l’ombre aux autres, il faut à Selectour une seconde enseigne. Pour autant, Laurent Abitbol – qui en a profité pour révéler que Marietton avait fait une offre de rachat de Thomas Cook France en janvier dernier — n’est guère optimiste quant à la réussite de l’opération. A défaut, il l’assure : si Jet Tours devait être repris par son management, le TO n’aura plus sa place dans le réseau. Œil pour œil, dent pour dent !

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format