Menu
S'identifier
Aérien

Pourquoi Boeing et les compagnies propriétaires de B737 MAX vont passer un été (très) compliqué


Publié le : 10.06.2019 I Dernière Mise à jour : 10.06.2019
{ element.images.0.titre }}
American Airlines a annulé 115 vols, qui devaient être opérés en B737 MAX, jusqu'au 3 septembre prochain. I Crédit photo Wikipedia

Auteur

  • Manon Gayet (avec AFP)

Après les deux crashs survenus en Indonésie et en Éthiopie, Boeing tente de faire redécoller son B737 MAX. Mais la mise à jour du logiciel défectueux de l'appareil n'a toujours pas été présentée aux autorités. Et un nouveau défaut a été signalé.

La mise à jour du logiciel n’est toujours pas validée

Boeing travaille depuis le mois d'avril sur une version modifiée du MCAS, un programme informatique spécifique au B737 MAX soupçonné d’être à l’origine des deux crashs survenus ces derniers mois en Indonésie et en Éthiopie. L’avionneur doit ensuite la présenter à l’autorité de l’aviation civile américaine, puis aux différentes autorités compétentes à travers le monde, y compris en Europe.

Mais pour l’heure, alors que la saison estivale démarre, les compagnies aériennes propriétaires de Boeing 737 MAX se trouvent dans l'incapacité de les faire voler de nouveau. American Airlines a ainsi annulé par précaution tous ses vols prévus sur ce type d’appareils jusqu’au 3 septembre prochain. 115 vols sont concernés au total. La compagnie assure prolonger la période d’annulation pour permettre à ses clients et à ses équipes de mieux s’organiser.

Un nouveau défaut concerne (presque) tous les B737

Après les deux crashs, une deuxième faille avait été détectée dans le logiciel de pilotage des B737 MAX. Et Boeing a accusé un nouveau coup dur début juin. Le constructeur a en effet annoncé que certains de ses B737 (dont des Boeing 737 MAX) pouvaient aussi présenter une pièce défectueuse sur leurs ailes, selon l’un de ses sous-traitants. Boeing a toutefois précisé ne pas avoir été au courant de problème en vol lié à ce défaut.

La pièce concernée, le bec de bord d’attaque, est un dispositif primordial pour l’appareil au décollage et à l’atterrissage de l’avion. Elle permet d’améliorer le glissement de l’air sur l’aile et de favoriser l’aérodynamisme de l’appareil. Le numéro de lot défectueux a été transmis aux compagnies aériennes afin d’inspecter les pièces en question.

Dans ces conditions, il ne sera pas facile pour Boeing de rétablir la confiance auprès des compagnies, des pilotes et des PNC ni même des clients. Et ce, bien au-delà de l’été…

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format