Menu
S'identifier
Voyages d'affaires

CWT France : la tension monte, les salariés sont "à bout"


Publié le : 10.01.2019 I Dernière Mise à jour : 10.01.2019
{ element.images.0.titre }}
CWT France compte environ 800 salariés. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Céline Perronnet

Le syndicat SNEPAT-FO menace d’une grève illimitée à partir du 18 janvier si la direction ne réagit pas à ses exigences.

L’apaisement aura été de courte durée.. L’intersyndicale, qui regroupe la CGT, la CFTC et FO, avait déjà appelé le 19 juin à une grève générale illimitée chez CWT France. En cause : la dégradation des conditions de travail, surtout depuis la mise en place du plan de transformation 3.0, un mal-être (expertise en cours des risques psycho-sociaux), les délocalisations vers l’Inde et l’Espagne (Séville). Les principales revendications portaient à l’époque sur des ressources supplémentaires, au moins sous la forme de CDD, et de contrats intérimaires de personnes qualifiées.

"Entre 60 et 90 personnes ont été embauchées en CDD depuis juin. C’est du provisoire qui dure !", estime un représentant Snepat-FO, et ce n’est aujourd’hui plus suffisant.

"Il y a des démissions tous les mois. Les gens ne sont pas toujours remplacés ou alors par des CDD. Il y a également beaucoup d’arrêts maladie. On doit toujours faire plus avec moins. Il y a eu beaucoup de soucis liés à des bugs informatiques sur le dernier trimestre et comme nous sommes en sous-effectif chronique, cela crée du stress et de la fatigue. On lance donc un ultimatum car les salariés sont à bout", explique-t-il.

La délégation syndicale donne jusqu’au 18 janvier à la direction pour réagir. Sans réponse favorable à ses demandes, elle devra se "préparer à une grève illimitée".

Quatre exigences à court terme

Dans un tract diffusé hier, la délégation SNEPAT-FO fait savoir qu’elle exige des actions dans le court terme : une prime de fin d’année d’un montant de 500 euros pour tous et sans conditions pour compenser les conditions de travail ces dernières années (système de prime exceptionnelle défiscalisée mis en place par le gouvernement, ndlr), une augmentation générale minimale de 5%, une rencontre avec la famille Carslon, et un retour à une véritable qualité de service pour les clients.

"Il n’y a pas eu d’augmentation générale depuis des années et les augmentations individuelles se font au compte-gouttes. La direction doit s’engager et arrêter de réfléchir. Certaines décisions peuvent être immédiates. Nous voulons également rencontrer la famille Carlson car elle semble totalement déconnectée de ce que vivent les collaborateurs. Notre autonomie en France n’existe plus. Tout est décidé aux Etats-Unis", précise le délégué syndical.

La délégation espère que "2019 sera l’année du pouvoir d’achat et de la reconquête sociale chez CWT France".

Jeudi matin, la direction n’avait pas encore réagi.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format