Menu
S'identifier
Aérien

Les Assises du transport aérien n’auront finalement servi à (presque) rien


Publié le : 11.03.2019 I Dernière Mise à jour : 11.03.2019
{ element.images.0.titre }}
Les Assises du transport aérien auront duré presque un an. I Crédit photo Frank Peters / Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet

La ministre des Transports Élisabeth Borne a annoncé vendredi la clôture de ces assises, lancées en grande pompe presque un an plus tôt. La Fnam se dit déçue des conclusions.

« Les mesures proposées méritent d’être examinées mais ces dernières ne sont pas à la hauteur des enjeux et de l’urgence. » Le constat d’Alain Battisti, président de la Fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam), est sans appel. Un an après le lancement des Assises, la montagne a finalement accouché d’une souris…

Cinq propositions ont tout de même été faites par le gouvernement : la réduction de la taxe d’aéroport à 0,90€ par passager (contre 1,25€ actuellement) ; une hausse de la dotation en faveur des liaisons d’aménagement du territoire de 5 à 20 millions d’euros ; l'augmentation de l'abattement de la taxe pour les passagers en correspondance de 40 à 65% ; le renforcement des pouvoirs de l’Autorité de supervision indépendante de régulation économique des aéroports et la mise en place d'une mission menée par le Conseil supérieur de l’aviation civile concernant la stratégie nationale du transport aérien.

Un calendrier "bousculé"

Des propositions « insuffisantes », juge la Fnam dans un communiqué. « Les Assises étaient une bonne initiative, les professionnels du secteur ont pu s’exprimer. Malheureusement, à la rentrée 2018, le soufflé est retombé… », confiait il y a quelques semaines à Tour Hebdo Georges Daher, délégué général de la Fnam. « Le calendrier a été bousculé par la réforme ferroviaire, les gilets jaunes et le grand débat national… »

Les compagnies aériennes estiment ainsi ne rien avoir obtenu sur des sujets comme la baisse des taxes (Chirac et sur la TVA par exemple) ou la demande de simplification de certains textes législatifs. « L’aérien français croît de 3 à 4% chaque année, or les compagnies françaises ne captent que 10% du marché tricolore en raison de distorsions de concurrence ! », assure Georges Daher. Et la Fnam de résumer : « Tout ça que pour ça » !

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format