Menu
S'identifier
Aérien

Boeing 737 MAX : tout ce qu'il s'est passé ces dernières 24 heures


Publié le : 14.03.2019 I Dernière Mise à jour : 14.03.2019
{ element.images.0.titre }}
Donald Trump a signé hier l'ordre d'immobilisation de tous les Boeing 737 MAX des compagnies américaines. I Crédit photo Wikipedia

Auteur

  • Didier Forray

Après le crash du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines dimanche dernier, les événements s'accélèrent encore depuis hier soir, avec la suspension de toutes les vols opérés par cet appareil aux États-Unis. Le point sur les derniers développements.

Les États-Unis immobilisent enfin le Boeing 737 MAX, d'autres pays suivent

Après la Chine, l'Union européenne, le Canada et une trentaine d'autres pays, les États-Unis ont finalement, eux aussi, décidé de suspendre tous les vols de Boeing 737 MAX sur leur territoire. La décision a été annoncée par Donald Trump lui-même, court-circuitant l'Agence fédérale de l'aviation américaine. La FAA a tenté de sauver les apparences en publiant dans la foulée une déclaration. Boeing a, de son, côté appelé toutes les compagnies aériennes à suspendre l'appareil jusqu'à nouvel ordre. Ces dernières heures, la liste des pays interdisant le Boeing 737 MAX s'est encore allongée avec des suspensions prononcées par l'Albanie, le Bangladesh, la Colombie, Israël, l'Irak, le Japon, le Nigeria, la Russie et la Serbie. La compagnie panaméenne Copa Airlines a, elle aussi, immobilisé ses six Boeing 737 MAX.

De nouveaux éléments incriminent le logiciel anti-décrochage

La FAA a motivé son revirement de position par "le rassemblement de données et de nouvelles preuves collectées sur le lieu du crash". L'agence fédérale américaine affirme aussi avoir étudié des données satellites plus pointues mais elle n'a pas donné plus de détails pour l'instant. En revanche, quatre pilotes américains ont confié à la presse avoir rencontré des problèmes techniques ces dernières semaines. Les récits sont à chaque fois identiques : le 737 MAX commençait à piquer du nez au moment où le pilote enclenchait le pilotage automatique, après le décollage. Autre information concernant l'enquête : les deux boîtes noires de l'appareil d'Ethiopian Airlines sont arrivées ce matin à Paris, en France, où elles seront analysées.

Boeing et la FAA pointés du doigt

L'un des arguments commerciaux de Boeing pour passer du 737 au 737 MAX était sa simplicité de prise en main. Or, le New York Times affirme que Boeing et la FAA n'ont pas estimé utile que les pilotes soient informés du fonctionnement du MACS, le nouveau logiciel anti-décrochage. Les voix s'élèvent aussi contre la passivité de la FAA, après deux crashs et plusieurs incidents aux États-Unis, qui auraient dû amener l'agence à prendre la décision de suspension bien plus rapidement.

Norwegian va se retourner contre Boeing

La low-cost norvégienne, qui dispose de la plus importante flotte de Boeing 737 MAX en Europe avec 18 appareils, passe à l'offensive. Un porte-parole a déclaré à l'AFP que la compagnie allait "envoyer la facture à ceux qui ont construit l'avion". Norwegian se serait bien passée de cette nouvelle péripétie : la compagnie est aux prises à de grosses difficultés financières, avec une dette estimée à plus de 3 milliards d'euros et une perte de plus de 150 millions d'euros l'an dernier, et elle a le plus grand besoin d'exploiter tous ses appareils disponibles.

Des conséquences désastreuses pour Boeing

L'avenir s'assombrit pour Boeing ! Le géant de Seattle risque d'abord de devoir verser de coûteuses indemnités à ses clients. Au total, le sinistre pourrait coûter entre 1 et 5 milliards de dollars à Boeing, selon la société de consulting Melius Research. Le manque de réactivité et de transparence de Boeing va également ternir l'image de l'entreprise. Peut-on faire confiance à un constructeur qui met autant de temps à réagir ? Et les premiers dégâts commerciaux sont là : la compagnie indonésienne Lion Air, victime d'un crash d'un Boeing 737 MAX en octobre dernier, a annoncé l'annulation de sa commande de 200 appareils pour s'adresser à Airbus. Un contrat à 22 milliards de dollars ! Le patron de Garuda Indonesia a lui aussi fait part de son intention d'annuler une commande de 20 Boeing 737 MAX. Kenya Airways annonce quant à elle son intention de se détourner du modèle, préférant le Boeing 787 ou des modèles équivalents chez Airbus.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format