Menu
S'identifier
Tendances

Portrait-robot de la génération Z, ces voyageurs de demain


Publié le : 29.01.2020 I Dernière Mise à jour : 24.02.2020
{ element.images.0.titre }}
Connaissez-vous la génération Z ? I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet

Le média anglophone Skift a mené une étude sur les principales tendances à suivre cette année dans le tourisme. Parmi lesquelles, la familiarisation avec la génération Z, qui succède aux Millennials. Décryptage de cette génération qui a déjà pris le pli des voyages.

Elle va atteindre l’âge adulte cette année. La génération Z (c’est-à-dire les jeunes gens nés à partir de 1995 ou de 2000, selon les définitions) va sortir diplômée des universités cette année — tout du moins ses membres les plus âgés et donc entrer progressivement sur le marché du travail. Les entreprises du tourisme, comme les autres, doivent se préparer car les modes de consommation de la nouvelle génération bousculeront (encore) leurs process et produits.

 

Ils voyagent beaucoup (et en groupes)

Bonne nouvelle et non des moindres pour les professionnels du tourisme : la génération Z voyage beaucoup. Selon une étude menée par Skift aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, en Inde et en Chine en 2019, entre 83 et 88% des jeunes de moins de 22 ans ont voyagé entre 1 et 3 fois dans les 12 derniers mois. Surtout, ces nouveaux voyageurs ont l’habitude de partir à l’aventure en groupes. La preuve, entre 45 et 53% d’entre eux disent préparer leurs voyages à plusieurs et entre 43 et 54% déclarent diviser à plusieurs le coût des vacances. Pour capter leur intérêt, voilà un créneau sur lequel les pros du voyage peuvent se positionner : les voyages de groupes, de préférence entre amis, pour lesquels on peut facilement payer à plusieurs.

 

Ils sont nés le smartphone dans la main (ou presque)

En 2007, quand le tout premier iPhone sort des usines d’Apple, la génération Z avait entre 10 et 12 ans. Autrement dit, elle a toujours connu les smartphones nouvelle génération (et c’est donc sa norme), contrairement aux Millennials qui ont connu la transition entre la téléphonie des années 90-2000 et les modèles dernier cri des années 2010. Tout ou presque se gère donc depuis leur (plus si) petit écran tactile. Dans les pays anglophones et en Chine, 37 à 77% de la génération Z effectue ses recherches et réservations de voyages sur son smartphone. Si les pays occidentaux voient des similitudes d’usage entre Millennials et génération Z, selon Skift, c’est en Inde et en Chine que les taux de jeunes qui préparent tout sur leur smartphone est le plus élevé : entre 70 et 77%. L’avenir du voyage se jouera donc en responsive (version mobile d’un site web)... et en applis.  

 

Ils passent leur temps sur Snapchat, Youtube et TikTok

En parlant d’applications, la génération Z affirme nettement sa différence avec ses aînés les Millennials. Si la génération Y plébiscite Facebook, Instagram et Whatsapp, c’est sur Snapchat, Youtube et TikTok que communiquent les jeunes de 22 ans et moins. Ils font une exception avec Facebook en utilisant l’appli Messenger (désormais indépendante de Facebook) pour communiquer avec leurs parents. Des applis qui misent sur l’instantanéité, le partage de vidéos (plus ou moins) courtes et surtout authentiques, une attente très forte des Z. A noter que de premières études ont estimé que l’attention de cette nouvelle génération est de 12 minutes chrono montre en main avant de se lasser d’un sujet. Voilà de quoi chambouler les pratiques des services marketing des entreprises du tourisme qui vont devoir plancher sur des contenus originaux et impactants pour faire la différence.

 

Ils sont très exigeants et vraiment impatients

Leur temps d’attention est aussi lié à leur (haut) niveau d’exigence et leur impatience. Très débrouillards, les jeunes de la génération Z sont en quête de réactivité et de connectivité dans leurs voyages comme dans les autres domaines de leur vie. Ils entretiennent des relations conflictuelles avec l’entreprise dont la vie est caractérisée de « dure », « compliquée » et « difficile ». D’ailleurs, près de la moitié d’entre eux souhaitent créer leur entreprise selon journalducm.com, média spécialiste du community management. Si votre objectif est d’embaucher rapidement ces jeunes qui ne savent pas vivre sans Internet et en quête de processus fluides en entreprise, il vous faudra faire montre de pédagogie… et leur laisser beaucoup d’autonomie.

 

Ils s’inquiètent pour la planète (et les autres devraient en faire de même)

Elle a 17 ans et elle incarne cette génération Z à la perfection. Greta Thunberg a 17 ans et sa préoccupation première, c’est l’environnement. La jeune suédoise a fait de la lutte contre le réchauffement climatique son combat personnel et c’est d’ailleurs celui de toute la génération Z. D’après une infographie publiée par David Riviriego de LeLabRH, 76% des jeunes nés en 1996 et après sont inquiets pour la planète. Ils sont aussi 30% à avoir déjà fait un don à une ONG… ce qui leur confère d’ores et déjà leur surnom de « Philanthrokids ». Trêve de bavardages et de grandes idées, la génération Z passe, elle, déjà à l’action. Les entreprises du tourisme auront donc intérêt à faire de même !

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format