Menu
S'identifier
Tendances

25 agences de voyages ont tiré le rideau depuis le début de l’année et c’est beaucoup !


Publié le : 11.04.2019 I Dernière Mise à jour : 11.04.2019
{ element.images.0.titre }}
Deux fois plus d'agences de voyages ont mis fin à leur activité au premier trimestre 2019 par rapport à l'an dernier à la même période. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Céline Perronnet

L’année 2019 commence moins bien que les précédentes années avec déjà 34 défaillances enregistrées dans le secteur du tourisme.

Comme prévu, le début de l’année n’a pas été tout rose. Selon le bilan trimestriel d’Altares, 25 agences de voyages, 4 voyagistes et 5 services de réservation ont été placés en redressement ou en liquidation judiciaire entre janvier et mars 2019. L’an dernier, sur cette même période, seules 18 entreprises avaient connu le même sort (11 agences, 2 voyagistes, 5 services de réservation).

Les difficultés sont apparues dès le milieu de l’année dernière et se sont traduites par une accélération des sinistres : 56 au second semestre contre 35 au premier. A fin mars, le nombre de défaillances est donc déjà équivalent à celui des 6 premiers mois de l’année 2018.

Pour revenir à de tels niveaux, il faut remonter au dernier trimestre 2016 où 39 défaillances avaient été enregistrées. Le tourisme semble donc traverser une mauvaise passe et naviguer plutôt à contre-courant.

Un copier-coller de 2018

Selon l’étude globale d’Altares sur les défaillances d’entreprises au 1er trimestre 2019, 14 146 procédures collectives ont été ouvertes, soit une baisse de -1,1% par rapport au trimestre 2018. « Des défaillances d’entreprises reparties à la hausse depuis le début d’été dernier et en accélération en fin d’année pouvaient laisser augurer d’un premier trimestre compliqué pour nombre de TPE. Le mois de janvier (+10%) semblait confirmer, le début d’année paraissait perdu d’avance. Pourtant, contre toute attente, ce premier trimestre 2019 est quasiment un copier-coller de celui de 2018. Certes les trésoreries ont, et sont toujours, soumises à rudes épreuves mais le dispositif d’aides publiques semble avoir contribué à maintenir hors de l’eau les entrepreneurs en difficulté suite au mouvement des "gilets jaunes" (…) Ces mesures sont, toutefois exceptionnelles et temporaires, notamment celles relatives à l’étalement des échéances sociales et fiscales qui ont été le mois dernier prolongées jusqu’au 30 avril 2019. La crainte d’un « rattrapage » d’une partie des défaillances sur le 2e trimestre n’est pas exclue », souligne Thierry Million. Le tourisme fera-t-il exception ?

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format