Menu
S'identifier
Economie

Pourquoi les défaillances s’accélèrent dans le tourisme


Publié le : 24.01.2019 I Dernière Mise à jour : 24.01.2019
{ element.images.0.titre }}
Le nombre de défaillances s'est accéléré en fin d'année. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Céline Perronnet

Si 2018 a été globalement bonne pour le secteur avec 89 défaillances, la seconde partie de l’année a montré une certaine fragilité et laissé planer le doute sur l’avenir.

C'est l'heure du bilan. Selon la société Altares, 54 600 procédures collectives ont été prononcées en 2018, soit à peine 1% de moins qu’en 2017. Si le premier trimestre avait été encore très favorable (-9% vs 2017), le deuxième ne restait dans le vert (-2%) qu’à la faveur d’un bon mois de mai, tandis que le troisième trimestre (+6%) révélait plus clairement un changement de cap. Le dernier trimestre (+4%) n’a pas corrigé la trajectoire.

"Lorsque s’amorce le mouvement des "gilets jaunes" en novembre, les entreprises sont donc déjà fragilisées par des trésoreries sous tensions depuis plusieurs semaines. Pour nombre des plus petites d’entre elles, en particulier dans le commerce de l’habillement, le défi de novembre-décembre était de réussir à rattraper une partie du chiffre d’affaires perdu les mois précédents. Mais c’était parfois déjà trop tard et les perturbations ont pu donner le coup de grâce à certains commerces. D’autres sont encore debout mais, par manque de trésorerie, en situation de ne plus pouvoir payer leurs fournisseurs. Ceux-là ont 45 jours après le constat de l’état de cessation de paiement pour redresser la situation ou la déclarer au tribunal compétent", explique Thierry Million, directeur des études d'Altares.

20 agences de voyages ont tiré le rideau fin 2018

Si l'année 2018 a globalement été positive dans le tourisme, le secteur n’a toutefois pas échappé à la tendance générale. Selon le bilan d’Altares, 89 entreprises du secteur ont baissé le rideau en 2018 : 53 agences de voyages, 13 voyagistes et 23 services de réservation et activités connexes. Pour rappel, 2017 avait enregistré 96 défaillances.

Comme pour l’ensemble des commerces, les difficultés sont apparues à partir de la seconde partie de l’année. 27 défaillances ont été comptabilisées au 3e trimestre (contre 21 au 3e trimestre 2017) ainsi qu’au 4e trimestre (contre 22 au 4e trimestre 2018). Plus ennuyeux, 20 agences de voyages ont mis la clé sous la porte en fin d’année contre 11 fin 2017.

Dans le secteur des transports, les difficultés se sont également accélérées en fin d’année. 653 entreprises ont été placées en redressement judiciaire ou en liquidation judiciaire, contre 453 un an plus tôt, dont 307 lors du second semestre.

L’année 2018 s’est achevée dans un contexte social tendu et économique incertain. (…) La France, comme les pays de la zone Euro, s’essouffle depuis 2018 après une année 2017 record depuis dix ans, durant laquelle le PIB a gagné 2,3%. En 2019, voire en 2020, le PIB pourrait, au mieux, stagner aux environs de 1,5% comme en 2018", commente Thierry Millon, directeur des études de la société Altares.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format