Menu
S'identifier
Réceptif

La grève a (finalement) eu un impact limité sur la fréquentation touristique en France


Publié le : 20.01.2020 I Dernière Mise à jour : 20.01.2020
{ element.images.0.titre }}
Les touristes étrangers n'ont pas boudé la France malgré les mouvements de grève. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Céline Perronnet (avec AFP)

Les résultats ne sont pas si mauvais. Si le tourisme intérieur accuse une baisse, les arrivées internationales sont en croissance en décembre.

Cela aurait pu être pire. La fréquentation touristique en France a bien résisté en décembre malgré les grèves contre la réforme des retraites, a indiqué en fin de semaine dernière le quai d'Orsay, même si le tourisme intérieur, notamment d'affaires, en a pâti.

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État aux Affaires étrangères, a fait état "d'une bonne résilience de la destination France dans son ensemble", reconnaissant toutefois "des impacts contrastés et le fait que certains hôteliers et restaurateurs à Paris ont connu des difficultés".

"Le tourisme d'affaires domestique a été plus touché que le tourisme de loisirs international", a-t-il résumé à l'issue du premier comité de filière Tourisme réuni au quai d'Orsay.
 
Le mois de décembre a ainsi vu "une augmentation globale des arrivées aériennes internationales de l'ordre de 4,9%", ce qui est une bonne performance au vu du contexte.

Dans le détail, les arrivées aéroportuaires en provenance d'Europe sont "en baisse de l'ordre de 5%", tandis que "les zones hors Europe sont en croissance : on est à +13% pour l'Amérique du Nord, +28% pour le Brésil, +16% pour la Chine, +17% pour le Japon", a détaillé Jean-Baptiste Lemoyne. Les grèves à répétition n’ont donc pas dissuadé les touristes étrangers de venir en France !

Roissy en hausse, Orly en baisse

Il a également indiqué que pour décembre, "à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, très orienté à l'international, le trafic aérien s'affichait en hausse de 2,9% sur un an, alors qu'à Orly, très orienté national, le trafic était en baisse de 7,5%". Il a tenu cependant à souligner que toutes ces comparaisons se faisaient "avec un mois de décembre 2018 qui avait été complexe" du fait du mouvement des "gilets jaunes".

Quant à la fréquentation hôtelière à Paris, mesurée par le taux d'occupation des établissements, "elle va ressortir à 71,2% pour l'ensemble de l'année, cela montre qu'elle n'a pas retrouvé, à la suite de l'épisode "gilets jaunes", le niveau de 2017 qui était de 75,2%", a souligné le secrétaire d’Etat, s'appuyant sur des données du cabinet MKG.

Sur décembre uniquement, l'Union des métiers et industries de l'hôtellerie (Umih) confirme cette tendance en évoquant "une relative stabilité de l'activité hôtelière en Ile-de-France si on compare à 2018, mais une baisse de 4 points de taux d'occupation par rapport à décembre 2017".

Pour l'ensemble de l'année 2019, le secrétaire d'État dit s'attendre à une fréquentation touristique étrangère "toujours en légère croissance". En 2018, l'Hexagone avait accueilli 89 millions de visiteurs internationaux. L’objectif d’atteindre la barre des 100 millions a été reporté à 2022.

 

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format