Menu
S'identifier
Production

TUI France : le CSE craint la suppression de « 300 à 400 postes »


Publié le : 08.03.2019 I Dernière Mise à jour : 08.03.2019
{ element.images.0.titre }}
Le CSE de TUI France s'inquiète de la suppression potentielle de "300 à 400 postes". I Crédit photo DR

Auteur

  • Manon Gayet (avec AFP)

Le comité social et économique de TUI France exprime de nouveau ses inquiétudes liées au rattachement de la filiale tricolore à la Western Region du groupe TUI.

L’ambiance n’est clairement pas au beau fixe au sein de TUI France. Après le départ précipité de son ex-PDG Pascal de Izaguirre fin janvier, le comité social et économique (CSE) du voyagiste craint toujours l'organisation d'un nouveau plan social. « Un plan social est en cours de préparation. Les bruits qui courent font état de 300 à 400 postes » qui pourraient être supprimés, explique Lazare Razkallah, secrétaire du CSE de TUI France.

Le CSE avait déjà adressé une lettre à la nouvelle direction en février dernier pour faire part de ses inquiétudes. « Il y a deux ans », lors du rachat de Transat France, « on nous avait promis monts et merveilles. Or, on s’écroule. » Lazare Razkallah assure que TUI France a « perdu une trentaine de millions d’euros » sur son dernier exercice, clos fin septembre, rapporte l'AFP.

L'Élysée se dit « attentif » à la « démarche » du CSE

Une situation économique compliquée qu’a confirmé Elie Bruyninckx, le nouveau PDG de TUI France et responsable de la Western Region (Belgique, Pays-Bas et France) au syndicaliste : « ‘Ça va très mal, je vais prendre des mesures dans les prochaines semaines à venir et je n’exclus pas un plan social’ », rapporte Lazare Razkallah.

En février, le CSE a adressé un courrier au président Emmanuel Macron pour l’alerter « sur la situation économique et sociale catastrophique » de l’entreprise. Depuis 2012, TUI France a déjà connu quatre plans sociaux. L’Élysée, dans sa réponse consultée par l’AFP, se dit « attentif » à la « démarche » du CSE. Le courrier a été transmis au délégué interministériel aux restructurations d’entreprises Jean-Pierre Floris. Les ministres de l’Économie et du Travail auraient par ailleurs été « avisés » de la situation.

Selon les chiffres cités par Lazare Razkallah, l’entreprise compte actuellement « 1 300 à 1 400 salariés », dont « 967 en CDI ». Un porte-parole de TUI France, contacté par la rédaction de Tour Hebdo, indique que la direction ne fera « pas de commentaire ».

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format