Menu
S'identifier
Hébergement

Pierre & Vacances paye les effets de la crise sanitaire mais reste confiant


Publié le : 26.11.2020 I Dernière Mise à jour : 26.11.2020
{ element.images.0.titre }}
Le développement du groupe Pierre & Vacances-Center Parcs passera par une concentration plus forte sur la montagne. I Crédit photo ©Adobe Stock

Auteur

  • Brice Lahaye

Le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs a présenté mercredi ses résultats annuels. Sans grande surprise, un bilan largement impacté par la crise du coronavirus, avec une perte nette annuelle annuelle de 336,1 millions d'euros, contre 33 millions l'an passé.  

Aucune entreprise du tourisme ne semble épargnée. Le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs a présenté mercredi ses résultats annuels, dont l'exercice a été clôturé le 30 septembre dernier. Une année évidemment particulière, la pandémie de coronavirus ayant complètement chamboulé les perspectives de l'entreprise.

« Il y a eu trois périodes successives », prévient en préambule Gérard Brémond, fondateur et président du groupe Pierre & Vacances-Center Parcs. La première d'entre elle, du 1er octobre 2019 au 15 mars 2020, a permis à l'entreprise d'enregistrer « des performances excellentes ». « Il y a eu une croissance significative de l'activité. Le plan Change Up délivrait toutes ses promesses, jusqu'à la date du premier confinement », précise Patricia Damerval, directrice générale adjointe. La deuxième période, du 15 mars au 30 juin, a en effet mis l'activité complètement à l'arrêt. « La quasi-totalité des sites ont fermé, et nous avons eu une perte de de 325 millions d'euros de chiffre d'affaires, dont 230 000 euros sur la partie hébergement », ajoute Patricia Damerval.

Enfin, la dernière période, correspondant à la saison estivale, a de nouveau connu « des résultats remarquables, parfois supérieurs à ceux de 2019 ». « Elle a été la période la plus contributive pour le groupe. Alors qu'il y avait encore peu de réservations au début de la saison, tout a été rattrapé, avec des performances fortes des Center Parcs, notamment en Belgique et aux Pays-Bas ». La montagne, elle aussi, a attiré les touristes, avec des résultats en hausse (+9,4%) et 30% de nouvelle clientèle sur la destination.

Une baisse du CA de 22,4%

Une reprise très encourageante qui n'aura pourtant pas permis de rattraper les résultats négatifs dus au premier confinement. Si le groupe annonce un chiffre d'affaires de 1,298 milliard d'euros sur l'exercice 2019-2020, celui-ci enregistre une baisse de 22,4% par rapport à l'année dernière. Pierre & Vacances-Center Parcs a même vu sa perte nette annuelle chuter à -336,1 millions d'euros, contre -33 millions l'an passé. 

Dans le détail, le groupe enregistre un chiffres d'affaires 2020 de 1,023 milliard d'euros sur le tourisme (407 millions pour Pierre & Vacances Tourisme Europe et 615 millions pour Center Parcs Europe), contre 1,365 milliards en 2019. Sur l'immobilier, le chiffre d'affaires s'élève à 275 millions d'euros, contre 308 millions en 2019. Concernant le résultat opérationnel courant (ROC), c'est une une perte de 171,5 millions d'euros qui est annoncée pour l'exercice 2019/2020, alors que le groupe enregistrait un gain de 30,9 millions l'année précédente.

Malgré tous ces chiffres en forte baisse, le groupe reste confiant, notamment grâce à sa trésorerie, qui s'élevait au 30 septembre à 450 millions d'euros de liquidités (dont un PGE à hauteur de 240 millions d'euros). « Nous avons plus de 450 millions d'euros de liquidités qui permettent de voir venir. On passera en termes de liquidités, même si nous devions être fermés en février. Il n'y a donc pas de problème sur l'exercice à venir », selon la directrice générale adjointe du groupe.

Concentration sur la montagne

Pierre & Vacances garde donc le cap et continue d'oeuvrer à sa nouvelle stratégie, concrétisé par son plan d'économies « Change Up ». D'abord avec une réduction des coûts, à travers notamment le licenciement de 220 postes, mais aussi avec le développement des établissements. « Tout ce qui concerne la partie organisation est terminée. Sur les achats, nous sommes sur une période plus longue, sur 5 ans, mais nous avons déjà un an d'avance sur les objectifs. Comme l'activité à été réduite, les achats aussi ont été réduits », fait savoir Yann Caillère, directeur général du groupe.

Avant de poursuivre : « Le plan Change Up, ce n'est pas seulement un problème d'effectif et d'organisation, c'est aussi un projet de développement ». Un développement qui passera par une concentration plus forte sur la montagne et par la rénovation d'établissements Center Parcs en Europe, avec une montée en gamme des produits.

Mais tout cela sera-t-il suffisant pour voir les résultats repartir à la hausse ? « Les perspectives pour la montage, au court terme, vont dans le mauvais sens. Mais il y a aussi des annonces encourageantes : l'amélioration dans la lutte contre le coronavirus et les vaccins bientôt mis en application. Cela ouvre de vraies perspectives sur la fin du cauchemar », conclut Gérard Brémond.

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format