Menu
S'identifier
Destination

Vers une (vraie) sortie de crise à La Réunion ?


Publié le : 04.12.2018 I Dernière Mise à jour : 04.12.2018
{ element.images.0.titre }}
Après plus de 15 jours de blocages, l'île est en voie d'apaisement. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Céline Perronnet

Après 15 jours de mobilisations et de blocages, dus au mouvement des "Gilets Jaunes", la situation sur l’île est en voie d’apaisement. Les départs sont assurés par les TO depuis ce matin.

Il aura fallu plus de deux semaines pour que la colère retombe. Selon un communiqué publié en début d’après-midi par l’Ile de La Réunion Tourisme (IRT), "Suite à la visite de la Ministre des Outre-mer, Annick Girardin, la situation sociale à La Réunion montre des signes positifs : les entraves à la circulation et troubles à l’ordre public sont de plus en plus anecdotiques et les mesures d’urgences prises par les autorités locales sont peu à peu levées".

Sur la plan touristique, la situation revient également à la normale : "l’aéroport de La Réunion Roland Garros a repris ses horaires d’ouverture classiques et les plans de vol des compagnies, régulièrement communiqués et faciles à consulter, ne sont plus impactés", précise l’IRT.

Les départs de nouveau assurés par les TO

Même son de cloche du côté du SETO, qui publiait dès hier soir une note rassurante sur la situation. "Les départs des voyages à forfait à partir du mardi 4 décembre 2018 sont assurés par les tour-opérateurs et cela sur la base des conditions de vente en vigueur", fait savoir le syndicat.

Pour les clients sur place, les tour-opérateurs membres du SETO sont "en contact avec leurs clients pour répondre à leurs interrogations et pour apporter, le cas échéant, les solutions adaptées aux besoins spécifiques".

Le SETO se montre toute fois prudent et reste vigilent. "Le SETO continue à suivre l’évolution de la situation sur l’île de La Réunion. Ainsi il pourrait modifier ses recommandations à tout moment, dans un souci de l’intérêt de la clientèle, des agences de voyages et des tour-opérateurs".

Hier, la situation était encore tendue dans certaines zones de l’île, notamment au port-est où une nouvelle nuit d’affrontements entre jeunes manifestants et forces de l’ordre a eu lieu.

Selon un bilan établi entre le 26 novembre et le 3 décembre par la Chambre de commerce et de l’industrie réunionnaise (CCIR), "la perte estimée pour l’ensemble des entreprises réunionnaises sur 11 jours - en paralysie partielle - est comprise entre 600 et 700 millions d’euros".

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format