Menu
S'identifier
Destination

Gilets jaunes à La Réunion : c'est toujours la pagaille


Publié le : 30.11.2018 I Dernière Mise à jour : 30.11.2018
{ element.images.0.titre }}
Les blocages à La Réunion durent depuis 2 semaines. I Crédit photo C. Aucher / Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet

Si la violence est retombée sur l’île, les blocages persistent. Les tour-opérateurs prolongent leurs mesures commerciales.

Deux semaines que cela dure à La Réunion. Les gilets jaunes ne décolèrent pas, même après les annonces du gouvernement en début de semaine, et la venue sur l'île de la ministre des Outre-mer Annick Girardin. Des blocages se poursuivent, entravant la circulation des touristes et des locaux. Le déploiement des gendarmes a toutefois calmé les violences.

Le Seto recense toujours 900 clients environ en voyages à forfait à La Réunion actuellement. Face à l’incertitude de la situation, les tour-opérateurs maintiennent leurs opérations commerciales. Pour les clients résidentiels avec une location de voiture et/ou une combinaison avec l’île Maurice ou les clients en autotour, les TO proposent soit de continuer ou d’interrompre leur voyage « dans les meilleures conditions possibles » ou de reporter immédiatement leur voyage sur l’île Maurice. 

Des mesures économiques pour les entreprises réunionnaises... mais pas pour les TO

Les séjours balnéaires sans location de voiture sont maintenus, seuls les transferts vers/depuis l’aéroport souffrent de modifications. Les clients en partance ce week-end pour La Réunion peuvent choisir de partir comme initialement prévu, de reporter leur voyage (report sans frais, valable de 6 ou 12 mois selon le voyagiste) ou de reporter leur voyage immédiatement sur l’île Maurice. L’annulation du voyage est également possible.

La durée du conflit entame toutefois sérieusement les résultats des entreprises réunionnaises. Selon un bilan établi entre le 26 et le 29 novembre par la Chambre de commerce et de l'industrie réunionnaise (CCIR), "la perte estimée pour l'ensemble des entreprises réunionnaises sur dix jours est comprise entre 500 et 600 millions d'euros". Le préfet de La Réunion a ainsi pris certaines mesures, relayées sur le site de la préfecture, notamment d'étalement des impôts et de mise au chômage technique des employés. Les tour-opérateurs, eux, risquent de payer une addition (très) salée...

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format