Menu
S'identifier
Billet d'humeur

Le clash / le crush : Bilan de l’été ? Pas de coup de froid pendant la canicule !


Publié le : 28.08.2019 I Dernière Mise à jour : 28.08.2019
{ element.images.0.titre }}
Le bilan de l'été 2019 ? Encore positif ! I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Thierry Beaurepère

Le mercredi, c'est permis ! Thierry Beaurepère est de retour pour vous faire part de son humeur du moment. Et cette semaine, il est bien content que ce soit (presque) l'heure de la rentrée pour dresser un premier bilan de l'été... Résultat ? Il avait (encore) vu juste.

Chouette, voilà la rentrée ! Chouette pour les Parisiens notamment, qui ont gardé la maison et ont dû jeuner durant tout le mois d’août, faute de boulangeries ouvertes. A moins de se mettre au diapason des touristes qui ont envahi la Ville Lumière, abusant de Deliveroo. Et tant pis pour les pauvres coursiers qui ont sué sang et eau pour livrer pizzas et sushis…

Et qui dit rentrée, dit bilan touristique. J’avais pris les devants dès juillet en prophétisant les tendances. Et je dois dire que je ne suis pas peu fier d’avoir vu presque juste… Hier, l’Ile-de-France a dévoilé les tendances du premier semestre à la Cité de l’Architecture, avec pour toile de fond la Tour Eiffel envahi par les vendeurs de souvenirs à la sauvette : 1 € les 5 mini Dames de Fer ! Les fins négociateurs qui achètent la version clignotante peuvent même repartir avec une bouteille d’eau en cadeau. Mieux qu’au souk de Marrakech !      

Souvenez-vous l’hiver dernier. Les « diseurs de bonne aventure » de l’économie nous annonçaient l’apocalypse après les gilets jaunes, un refroidissement de la fréquentation en pleine canicule. Finalement, pas de coup de froid, juste un léger frisson, avec une fréquentation au premier semestre en retrait de 0,1% (17,3 millions d’arrivées hôtelières). Encore ces chiffres ne prennent-ils pas en compte les locations Airbnb. « Un million de nouveaux utilisateurs dans le monde ont choisi de visiter la France entre le 1er juin et le 31 juillet », fanfaronne la plate-forme.

La fin de l'année s'annonce bonne

Les cadors de la catastrophe qui adorent se faire peur verront néanmoins dans ces chiffres la preuve de leur clairvoyance.  Après tout, dans un marché mondial qui vole de record en record, un recul – même minime – signifie une perte de parts de marché. C’est comme ça aujourd’hui ; le touriste n’est plus un « gentil membre » venu découvrir un pays ou une culture, mais un élément comptable dans un plan marketing longuement discuté sous les néons blafards d’un office de tourisme ou d’un « visitors bureau » (ça fait plus classe, en anglais !).

Mais à y regarder de plus près, sans nos « amis » anglais qui affichent un recul de 12,7% pour cause de Brexit et de dépréciation de la livre, le bilan aurait été largement positif. Les Allemands sont toujours là (+1,6%), les Américains s’emballent (+6%). Même les Japonais, pourtant frileux dès qu’il s’agit de sécurité, affichent une envolée de 11,7%, relativisant d’autant plus l’impact des gilets jaunes. Et les Français n’ont même pas peur, toujours amoureux de leur capitale (+0,3%).

La fin de l’année s’annonce bonne. 62% des professionnels prévoient une amélioration de l’activité à moyen terme. Avec les images des visiteurs de l’été, agglutinés devant le Louvre pour avoir le plaisir de faire un selfie avec la Joconde mais ne jetant souvent qu’un regard dédaigneux sur les milliers d’autres chefs-d’œuvre, rageant parce que les toilettes publiques ne sont pas assez nombreuses, le surtourisme pourrait donc être l’invité surprise des prochaines élections municipales, alors que l’Ile-de-France accueille chaque année 50 millions de visiteurs.  

Candidat à la Mairie de Paris, Gaspard Gantzer a lancé les hostilités, en déclarant qu’il y avait « trop de touristes » dans la capitale et regrettant que « des quartiers entiers ont été transformées en parcs d’attraction ». L’ancien conseiller communication de François Hollande a proposé d’y remédier en interdisant les cars touristiques et en limitant les nuitées Airbnb à 30 par an et par logement (contre 120 aujourd’hui). Des Ecolos aux Insoumis, et en attendant la réaction d’Anne Hidalgo emmêlée dans les trottinettes, la surenchère ne devrait pas tarder !  

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format