Menu
S'identifier
Marché

Les Caraïbes, stars des croisières d’hiver


Publié le : 01.09.2014 I Dernière Mise à jour : 01.09.2014
{ element.images.0.titre }}
Les Caraïbes, stars des croisières d’hiver I Crédit photo Caroline Revol, Stéphane Jaladis

Auteur

  • Caroline Revol, Stéphane Jaladis

Incontournables dans le soleil d’hiver prisé des clients, les itinéraires dans la zone caribéenne font office de valeur sûre, qui sait se renouveler.

Du soleil, une mer turquoise, des îles superbes : la croisière aux Caraïbes a depuis longtemps fait ses preuves. Mais les Français, en pleine découverte de l’industrie de la croisière, sont de plus en plus nombreux à être séduits par les itinéraires d’hiver dans la zone caribéenne, et prennent des parts de marché non négligeables. La preuve ? Le nombre de nos compatriotes à avoir fait une croisière dans la région a quasiment doublé en quatre ans, passant de 42 000 en 2010 à 74 000 en 2013, selon les chiffres livrés par l’association française des compagnies de croisières, la Clia France. On devrait même approcher les 80 000 croisiéristes français aux Caraïbes l’an prochain, selon les prévisions des compagnies. En comparaison, le nombre global de croisiéristes dans la zone reste relativement stable (19,5 millions en 2009, et 21,9 millions en 2013), d’après les statistiques de la Caribbean Tourism Organization, qui regroupe les offices du tourisme des destinations de la région. Mais les compagnies rivalisent d’ingéniosité pour réinventer cette destination qui fait office de grand classique de l’hiver, au même titre que la Méditerranée l’été. « Les Caraïbes, c’est souvent une première destination de croisières, pour des clients qui font leur première expérience à bord », estime Corinne Renard, directrice commerciale d’Un océan de croisières (ex-CIC), qui réunit l’offre d’une vingtaine de compagnies dont nombre d’américaines très bien positionnées sur la région. Historiquement, ce sont bien sûr les Américains qui ont ouvert la voie des croisières aux Caraïbes : un secteur qui s’est développé pendant la Prohibition, une période durant laquelle les clients étaient bien heureux de pouvoir s’encanailler quelques jours dans les eaux internationales… Plus de quatre-vingts ans plus tard, les arguments de vente ont un peu changé ! Aux Caraïbes, le concept choc des croisiéristes, c’est « 7 jours, 7 îles ». « La diversité des paysages des Caraïbes est un argument de vente très fort », juge Pierre Pelissier, directeur général de QCNS Cruise. Néanmoins, la sortie de nouveaux bateaux toujours plus époustouflants, qui deviennent des destinations en eux-mêmes, change là aussi un peu la donne. Désormais, les croisières d’une semaine prévoient souvent trois jours d’escales et trois jours de navigation pure, histoire de permettre au client de profiter au maximum du navire… et éventuellement de dépenser davantage à bord. « Quand un nouveau bateau sort, les compagnies le positionnent généralement aux Caraïbes pour le faire découvrir à leurs clients », remarque Corinne Renard. C’est d’ailleurs bien aux Caraïbes que NCL a choisi de dévoiler le Getaway en janvier dernier, et que Royal Caribbean fera découvrir cet hiver son très attendu Quantum of the Seas.

« UNE DESTINATION STRUCTURELLE »

De nos jours, les Caraïbes concentrent entre 34 % et 40 % des capacités internationales de la croisière maritime, selon les années, d’après les chiffres dévoilés par la Florida-Caribbean Cruise Association début 2014. À titre de comparaison, la Méditerranée regrouperait, selon cette même source, 19 % des capacités mondiales. Il faut dire que les compagnies européennes s’intéressent de plus en plus près à la zone caribéenne. Costa Croisières, présente aux Antilles françaises depuis soixante ans, et en tête de ligne depuis vingt ans cette année, fait aujourd’hui office d’acteur historique dans la région, édite un tiré à part dédié aux Caraïbes, et propose des vols directs depuis Lyon, Marseille, Bordeaux, Metz, Mulhouse, Strasbourg, ou même Deauville. Mais la concurrence européenne compte bien profiter elle aussi du marché. Pour Erminio Eschena, Dg de MSC Croisières en France, « les Caraïbes sont une destination structurelle pour la croisière, donc une évidence ». MSC opérera cet hiver sa troisième saison d’embarquement aux Caraïbes. De son côté, Croisières de France, qui partageait sur la région les bateaux de Pullmantur jusqu’en 2010, a relancé plus vigoureusement la destination sur la saison 2013-2014 : après avoir commercialisé sur le marché français 60 % des cabines de l’Horizon l’année dernière, la compagnie devra cet hiver en vendre 75 %. « Notre objectif est de commercialiser la totalité des cabines pour le marché français sur la saison 2015-2016 », assure Antoine Lacarrière, Dg de CDF. Pour lui, programmer les Caraïbes est un axe de développement stratégique qui permet de rester dans l’esprit des clients et de la distribution toute l’année. « Vendre seulement la Méditerranée, c’est se couper de ses clients quatre mois de l’année », explique le Dg. Même si les Caraïbes sont difficiles à rentabiliser selon lui, à cause du coût de l’aérien, élevé par rapport au prix de vente de la croisière. CDF a fait cette année le choix d’affréter un vol entier chez Pullmantur Air le samedi, entre Paris et Saint-Domingue (un B747-400 de 529 passagers), en sus de 80 places assurées sur un vol de Corsair le mardi.

UNE CLIENTÈLE PLUS JEUNE

Compagnie historique sur la destination, Costa n’aura jamais eu autant de navires dans la zone que cet hiver. Il y a vingt ans, au moment de lancer les embarquements aux Antilles, c’était le Costa Allegra qui y était positionné. Soit 800 passagers. Cet hiver, il y aura le Magica, le Fortuna, et le Mediterranea, soit 7 500 passagers ! MSC, qui a positionné pour la première fois l’hiver dernier deux bateaux dans les Caraïbes (dont le MSC Divina, le dernier-né, à Miami), reste à flotte égale cet hiver mais affrète pour la première fois des vols, vers La Romana, en République dominicaine.

C’est dire l’engouement des Français pour le produit des croisières aux Caraïbes. « La demande a augmenté ces dernières années à cause de la baisse des prix des croisières et de l’euro qui reste fort par rapport au dollar », juge Franck Bondrille, directeur général du réceptif Contact Tours, basé en Floride. Chez Costa, l’évolution des prix sur deux décennies en dit long sur la démocratisation des croisières aux Caraïbes. « Il y a vingt ans, une croisière d’une semaine au départ de Paris coûtait 9 999 francs, soit 1 522 €, sur le Costa Allegra, calcule Georges Azouze, Pdg de Costa Croisières France. Aujourd’hui, une croisière d’une semaine au départ de Paris à bord du Costa Magica coûte 1 499 €, soit 9 832 francs ! » Et la clientèle est, selon certains témoignages, un peu différente de celle qui opte pour la Méditerranée. « Aux Caraïbes, la clientèle est souvent plus jeune qu’en Méditerranée ou en Europe du Nord », remarque Géraldine Guilvard, de l’agence Destination Croisières, à Lyon. Un sentiment confirmé par Franck Bondrille : « Notre clientèle est surtout constituée de familles et de jeunes actifs qui combinent une croisière et un séjour aux États-Unis en pré ou post », souligne-t-il.

LES ANTILLES FRANÇAISES SUR LE PONT

Côté réceptif, les Antilles françaises ont bien compris l’enjeu du développement de la clientèle française. Déjà destinations d’escales, Guadeloupe et Martinique jouent à fond la carte de ports privilégiés d’embarquement. Pour les clients métropolitains, mais aussi pour les clients antillais, très experts sur le produit croisière.

La Guadeloupe a fait des efforts remarquables depuis plusieurs années pour capter le tourisme de croisière et imposer, dans la zone, Pointe-à-Pitre comme un port incontournable. Un budget de 6 millions d’euros a été alloué à la construction de nouvelles infrastructures en trois ans, dont 1,5 million d’euros pour rénover le premier terminal de croisières à la saison 2012-2013, puis 1,7 million d’euros pour créer un deuxième terminal en 2013, et maintenant 1,2 million d’euros pour la rénovation d’un marché artisanal situé entre les deux, prévue à l’automne.

En Martinique aussi, des efforts sont faits pour booster la croisière : « Nous sommes en train de réaménager le port, explique Jules Michel Fayad, président du groupement du tourisme de croisière de la Martinique, en misant notamment sur l’élargissement du canal de Panama ». Ce dernier devrait en effet doubler de capacité d’ici 2015 ou 2016, grâce à la création d’une troisième écluse (longue de 427 mètres), en particulier pour permettre une croissance du trafic de fret maritime.

Dès le mois de septembre, les Antilles françaises seront au cœur de la stratégie de communication de Costa Croisières, qui veut mettre le paquet pour fêter ses vingt ans de présence en tête de ligne dans la zone, et ce dès le début de l’automne, même si les bateaux ne seront aux Caraïbes qu’à Noël. « Les Antilles françaises sont pour Costa une région tout à fait prioritaire, confie Georges Azouze, aussi bien en terme de destination que de marchés émetteurs de clients. Comme nous sommes présents depuis vingt ans en tête de ligne, nous avons une relation très privilégiée et très solide avec les agences de voyages locales. C’est aussi ce qui a changé en deux décennies : en commençant en tête de ligne, on pensait aux clients européens ; on n’avait pas mesuré le potentiel de croissance de la clientèle antillaise.  » Cette clientèle antillaise très friande de croisière, qui pose quelques difficultés aux agences en ligne. « Souvent, des clients antillais nous contactent car notre site est francophone, relate le patron d’une petite agence en ligne spécialisée. Mais nous avons du mal à obtenir de la part des compagnies des cabines pour des trajets port-port ; les compagnies préfèrent qu’on vende leurs cabines avec les vols ! » Sur place, les agences de voyages physiques se frottent les mains…

MISER SUR LA COULEUR LOCALE

À mesure que la clientèle métropolitaine s’approprie le produit croisières aux Caraïbes, et que la clientèle antillaise monte à bord de bateaux européens, les compagnies cherchent à affiner leur produit. Le secret ? Faire « couleur locale ». Chez MSC, « le parti pris est d’avoir un bateau qui vibre à l’heure créole », selon les termes d’Erminio Eschena. Notamment à table. Chez Croisières de France, Antoine Lacarrière veut continuer à développer dans les Caraïbes les croisières thématiques. Sept départs étaient thématisés l’an dernier ; il y en aura dix cet hiver. « C’est un bon moyen de toucher de nouveaux clients, et d’augmenter les revenus à bord », explique-t-il. Cet hiver, salsa, carnaval, bien-être ou encore Bollywood : les thématiques seront variées, et imaginées à destination des clients métropolitains aussi bien qu’antillais. Très enthousiaste sur les Caraïbes, Antoine Lacarrière ne manque pas d’idées. Sa nouvelle marotte ? Programmer la destination l’été. À suivre…

QUOI DE NEUF ?

ET DE TROIS UNITÉS AUX ANTILLES POUR COSTA…

Pour la première fois, Costa Croisières aura trois bateaux l’hiver prochain au départ des Antilles françaises : le Fortuna viendra rejoindre le Mediterranea et le Magica, et sera positionné au départ de Pointe-à-Pitre à partir du 12 décembre pour la croisière « Parfums des Tropiques », de 7 ou 14 jours. …

QUI LANCE UN NOUVEL ITINÉRAIRE POUR LE MEDITERRANEA

Seulement positionné au départ de Miami l’an dernier, le Costa Mediterranea proposera l’hiver prochain des programmes au départ de Pointe-à-Pitre, avec des places limitées. L’itinéraire de 13 jours, appelé « Couleur des Caraïbes », passe par les Bahamas, la Rép. dom., les îles Vierges britanniques, les Antilles et Turks-et-Caicos. Il sera opéré en décembre 2014, janvier et février 2015.

MSC AFFRÈTE VERS LA RÉP. DOM.

Pour sa troisième saison aux Caraïbes, MSC ouvre un troisième port d’embarquement en Rép. dom. : La Romana, en plus de Fort-de-France et de Pointe-à-Pitre. Et c’est la première fois que la compagnie affrète vers les Caraïbes. Elle positionnera pour cela un B747 depuis Paris-CDG pour 18 rotations. À destination, les passagers embarquent à bord du MSC?Musica pour des croisières d’une semaine vers les îles Vierges britanniques, Antigua-et-Barbuda, la Martinique, Sainte-Lucie, la Guadeloupe et St. Maarten.

CROISIÈRES DE FRANCE EMBARQUE À SAINT-DOMINGUE

Après La Romana l’an dernier, c’est cette année de Saint-Domingue que Croisières de France fait partir sa croisière « Tropicale ». Pour sa deuxième saison depuis la relance de la destination Caraïbes, la compagnie affrétera un B747-400 de 529?places tous les samedis entre Paris-Orly et Saint-Domingue, auprès de Pullmantur Air, la compagnie maison. L’itinéraire fait cette année et pour la première fois escale en Guadeloupe.

LE NORWEGIAN GETAWAY VOGUE DEPUIS MIAMI

Inauguré en janvier 2014, le dernier fleuron de Norwegian Cruise Line est positionné depuis aux Caraïbes. Cet hiver et jusqu’en avril 2015, il propose un itinéraire d’une semaine au départ de Miami, vers St. Maarten, les îles Vierges américaines et Nassau. Trois jours de navigation pure sont prévus pour profiter à plein du navire. Parmi les innovations, un partenariat avec le Grammy Museum(r) de Los Angeles pour les animations à bord, ou encore l’Illusionarium, un restaurant installé dans une sorte de « Palais des Mirages ».

RCCL DÉVOILE LE QUANTUM OF THE SEAS

Le nouveau fleuron de Royal Caribbean Cruise Lines sera inauguré le 31 octobre à Southampton et rejoindra ensuite Cape Liberty (à 10 km de New York) pour des croisières de 8 nuits et 12 nuits dans les Bahamas, les Caraïbes du Sud et les Caraïbes orientales, à partir de mi-novembre. Au programme, deux jours de navigation pure pour rejoindre les Caraïbes, et deux jours au retour. De quoi profiter de ce nouveau bateau, le premier de la classe Quantum, qui s’annonce bluffante et dévoile beaucoup d’installations inédites en mer. On pourra par exemple y faire du parachute, monter à bord de la North Star, une capsule de verre montée sur un bras mécanique qui permet de voir le bateau à 360°, ou profiter de balcons virtuels dans certaines cabines.

TROIS NOUVELLES COMPAGNIES POUR UN OCÉAN DE CROISIÈRES

Les Caraïbes sont en vedette dans la brochure d’Un océan de croisières. Cette année plus que jamais, puisque l’agent intègre désormais trois nouvelles compagnies qui programment la zone : Crystal Cruises, Azamara Club Cruises et Oceania Cruises. Chez Crystal par exemple, une croisière de 15 j/14 n permet de passer Noël et le Nouvel An à bord du Crystal Serenity (Miami, Tortola, La?Barbade, Sainte-Lucie, St. Maarten, Saint-Barth, Curaçao, Grand Turk). Itinéraire semblable chez Oceania : Noël en mer, et 1er janvier à Tortola…

POINTE-À-PITRE BOOSTE ENCORE SES INFRASTRUCTURES

Le Port maritime de Guadeloupe a mis le paquet pour séduire les compagnies de croisières ces dernières années. Après avoir rénové en 2012 le premier terminal de croisières de Pointe-à-Pitre, et aménagé ses abords avec notamment des parkings pour les bus, un deuxième terminal de croisières a été créé en 2013 dans le hangar consacré jusque-là à la réparation des yachts et à la logistique. Entre ces deux terminaux se trouve un marché artisanal, Karuland. Cet espace est en cours de réaménagement : 1,1 M € ont été investis dans ces travaux, qui seront terminés pour l’ouverture de la prochaine saison d’hiver.

STAR CLIPPERS REVISITE SES ANIMATIONS

Parmi la dizaine d’expériences à vivre à bord de sa flotte, Star Clippers propose notamment du paddle, des balades en kayak à Cuba avec le Star Flyer positionné de Cienfuegos, du snorkeling aux îles Grenadines avec le Royal Clipper au départ de La Barbade, la confection de cocktail en fin de journée sur le pont du Star Clipper de Saint-Martin.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format