Menu
S'identifier
Ferroviaire

Tout ce qu’il faut savoir sur la nouvelle SNCF


Publié le : 06.01.2020 I Dernière Mise à jour : 06.01.2020
{ element.images.0.titre }}
Une nouvelle ère s'ouvre pour la SNCF avec la fin du statut de cheminot pour les nouveaux embauchés et la transformation juridique du groupe. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet (avec AFP)

Les transformations engendrées par la réforme ferroviaire se sont concrétisées le 1er janvier dernier. Tour Hebdo fait le point sur ce qui change pour le groupe français.

1/ Une nouvelle structure juridique

Anciennement, la SNCF était un Epic, c’est-à-dire un établissement public à caractère industriel et commercial. Depuis le 1er janvier dernier, elle est désormais une société anonyme à capitaux publics. Elle détient la totalité des titres de SNCF Réseau et de SNCF Voyageurs, également des sociétés anonymes, sans possibilité de les céder.

L’État est actionnaire de cette nouvelle structure. A ce titre, il exige que la SNCF fasse d’importantes économies pour booster sa compétitivité dans un contexte d’ouverture à la concurrence du rail. Le ministère de l’Économie reprend en contrepartie 35 milliards d’euros de la dette de SNCF Réseau (sur plus de 50 milliards).

Autrement dit, le groupe est devenu « une entreprise à part entière », comme disait son ancien patron Guillaume Pépy, impliquant une gestion des investissements, l’évitement des pertes et la maîtrise de sa dette. Avec cette nouvelle forme juridique, la SNCF peut d’ailleurs (en théorie) faire faillite.

 

2/ Des nominations tous azimuts

L’ancien président du directoire du groupe SNCF Guillaume Pépy ayant quitté l’entreprise au 31 octobre 2019, Jean-Pierre Farandou (ex-Keolis, filiale de la SNCF) lui a succédé dès le 1er novembre. Le nouveau président a depuis nommé Christophe Fanichet, l'un de ses conseillers et salarié de la SNCF, à la tête de SNCF Voyageurs et l'actuel patron d'Infrabel (le gestionnaire des infrastructures ferroviaires belges) Luc Lallemand pour diriger SNCF Réseau.

Dans le même temps, l'ex-PDG de SNCF Réseau Patrick Jeantet prend la direction générale de Keolis, filiale de mobilité urbaine de la SNCF... anciennement dirigée par Jean-Pierre Farandou. SNCF Voyageurs regroupe notamment les TGV et Intercités, les TER, les trains de banlieue franciliens et le site oui.sncf tandis que SNCF Réseau demeure le gestionnaire du réseau ferré tricolore. D'autres nominations sont attendues dans les prochaines semaines pour rendre la nouvelle structuration du groupe complètement opérationnelle.

 

3/ Plus d’embauche de cheminots

C’est l’autre révolution de taille pour la SNCF opérée au 1er janvier, liée à la réforme ferroviaire voulue par le gouvernement. La SNCF n’embauche désormais plus au statut de cheminot. Ceux qui bénéficient de ce statut (89% des effectifs du groupe SNCF à fin 2018) le resteront.

Le nouveau patron du groupe Jean-Pierre Farandou espère toutefois introduire davantage de souplesse dans la définition des différents métiers et dans l’organisation du travail. Et pour les futurs embauchés, le nouveau contrat de travail est prêt, indique d’ores et déjà la SNCF. La convention collective du secteur est, quant à elle, encore incomplète. Elle pourrait être finalisée courant février.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format