Menu
S'identifier
Ferroviaire

Comment la SNCF veut se faire pardonner de la grève


Publié le : 11.05.2018 I Dernière Mise à jour : 11.05.2018
{ element.images.0.titre }}
3 millions de billets de TGV à moins de 40€ cet été, c'est la promesse de la SNCF pour reconquérir ses clients. I Crédit photo ©Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet (avec AFP)

Alors que la grève se poursuit et que le ton monte entre le gouvernement et les syndicats, le transporteur ferroviaire tente de reconquérir ses clients.

"Une opération de reconquête." Ce sont les mots de Guillaume Pépy, hier, dans Le Parisien. Le patron de la SNCF a annoncé une série de nouvelles mesures commerciales pour les clients de la SNCF. Entre le 15 mai et le 31 août, 3 millions de billets de TGV seront commercialisés à moins de 40 "sur toutes les destinations et tous les jours". L’objectif est de proposer les places disponibles à moitié prix sur toute cette période.

Par ailleurs, toutes les cartes de réduction seront vendues au prix unique de 29 € du 23 mai au 15 juin. Initialement, la carte Jeune coûte 50 €, la carte Senior 60 € et les cartes Enfant et Week-end 75 €, et ont une validité d’un an.

Ces mesures sont cumulables avec les indemnisations déjà prévues par la direction de la SNCF, notamment pour les abonnés TER. Une décision qui vient gonfler la facture de la grève, qui s’annonce salée. Selon Guillaume Pépy, interrogé par franceinfo, la grève pourrait coûter "plus de 300 millions d’euros" à la SNCF, mesures commerciales comprises.

Une "journée sans cheminots" lundi

Même si les taux de participation tendent à diminuer après plus de 15 jours de mobilisation cumulés, le mouvement de grève se maintient, à raison de deux jours sur cinq depuis début avril. L’intersyndicale représentante des cheminots (CGT, Unsa, Sud Rail et CFDT) a même décidé de donner la parole aux cheminots via "une consultation". Du 14 au 21 mai prochains, les cheminots pourront ainsi répondre à la question "Êtes-vous pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement ?" 

Une consultation symbolique, puisque le sort de la SNCF sera scellé par l’Assemblée nationale et le Sénat avant l’été. En attendant, les cheminots se feront une nouvelle fois entendre dès ce week-end, avec un préavis de grève courant de samedi soir à mardi matin. Et la promesse d’une "journée sans cheminots", lundi. Encore quelques galères en perspective.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format