Menu
S'identifier
Aérien

Star Alliance, SkyTeam, Oneworld... Les alliances aériennes ont-elles encore un avenir ?


Publié le : 19.11.2018 I Dernière Mise à jour : 19.11.2018
{ element.images.0.titre }}
China Southern Airlines quittera l'alliance SkyTeam à compter du 1er janvier 2019. I Crédit photo Sergey Kustov/Wikipedia

Auteur

  • Didier Forray

En l'espace d'une semaine, deux grandes compagnies aériennes ont annoncé leur intention de quitter leur alliance. Des annonces qui ne marquent pas forcément la fin d'une époque.

Sale temps pour les alliances aériennes. Le 15 novembre dernier, la première compagnie chinoise China Southern Airlines a annoncé son intention de ne pas renouveler son contrat avec SkyTeam et de quitter l'alliance à compter du 1er janvier 2019. Quelques jours plus tôt, Qatar Airways menaçait de claquer la porte de Oneworld, sur fond de tensions avec American Airlines et Qantas. Les alliances aériennes sont-elles un modèle dépassé, 21 ans après la création de Star Alliance, la toute première alliance aérienne ?

SkyTeam reconnaît volontiers que "la décision de China Southern reflète son développement stratégique, les changements de tendance dans l'industrie du transport aérien et l'évolution des alliances". China Southern Airlines ne veut plus être bridée par le cadre d'une alliance et souhaite pouvoir établir librement ses partenariats.

Des signatures de partenariats en pagaille

Ces dernières années, de nombreux accords ont d'ailleurs été signés en dehors de toute alliance. Ce fut par exemple le cas entre Qantas et Emirates en 2012. Qantas faisait de Dubaï son hub vers l'Europe, mettant un terme à l'accord avec British Airways, pourtant membre de Oneworld comme elle…

Le modèle des alliances évolue surtout vers un modèle où les liens capitalistiques l'emportent sur la participation à une alliance. En avril 2017, American Airlines a ainsi pris 2,7% du capital de China Southern Airlines. Mais ce n'est pas pour autant que China Southern rejoindra Oneworld, étant donné que Cathay Pacific, concurrente directe de la compagnie chinoise dispose d'un droit de veto.

Autre exemple : en juillet 2018, Air France, KLM, China Southern Airlines et Xiamen Airlines, filiale de China Southern, ont formé une joint-venture unique en fusionnant leurs différents accords. Le modèle de la joint-venture s'est d'ailleurs répandu comme une traînée de poudre dans le monde de l'aérien, supplantant les relations habituelles au sein des alliances. 

Les synergies, principale raison d'être des alliances

Le modèle des alliances devrait toutefois encore perdurer. Star Alliance regroupe toujours 28 membres, SkyTeam comptera encore 18 compagnies après le départ de China Southern et Oneworld devrait rester à 13 membres, en comptant Qatar Airways. Et les rumeurs courent sur l'intégration de plusieurs grands transporteurs, en particulier Air Tahiti Nui et Royal Air Maroc.

De nouvelles alliances apparaissent aussi de façon régionale, notamment l'Alliance Vanille créée en 2015 dans l'océan Indien entre Air Austral, Air Madagascar, Air Mauritius, Air Seychelles et Int'Air Îles.

Les alliances permettent en effet aux compagnies aériennes d'exploiter de réelles synergies, notamment sur les coûts des prestations aéroportuaires, qu'il s'agisse de la gestion des salons ou du traitement des bagages.

Autre grand avantage : les alliances permettent de tisser des réseaux globaux tout en contournant les réglementations nationales en matière de slots et de limitation de prise de participation dans les compagnies locales.

La main mise des alliances sur le marché aérien mondial

Les alliances permettent enfin d'organiser le marché, en limitant la guerre des prix ou la surcapacité entre membres. Preuve de la bonne santé des alliances : IATA précise que plus de 60% des sièges vendus dans le monde reviennent à l'une des 3 alliances mondiales. En cumulant les chiffres communiqués par les 3 alliances, le total s'élève à près de 2 milliards de passagers en 2017.

D'ailleurs, il est intéressant de voir que, tout en tonnant contre Oneworld lors de l'assemblée de IATA à Madrid, le patron de Qatar Airways s'est dit prêt à former une nouvelle alliance. Son idée : regrouper les compagnies dans lesquelles Qatar Airways possède une participation, à savoir IAG, Air Italy, Cathay Pacific et Latam... L'alliance aérienne reste un concept actuel !

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format