Menu
S'identifier
Aérien

Retard, annulation, surbooking : cinq plates-formes d'indemnisation au banc d'essai


Publié le : 12.11.2018 I Dernière Mise à jour : 12.11.2018
{ element.images.0.titre }}
La législation européenne prévoit les différents cas de figure dans lesquels les compagnies sont tenues d'indemniser les passagers. Des start-up simplifient les démarches pour faire valoir les droits de vos clients. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet

La législation européenne prévoit différents cas contraignant la compagnie aérienne à rembourser ses passagers. La rédaction de Tour Hebdo a comparé cinq plates-formes permettant à vos clients d'être indemnisés. Verdict.

AirHelp

Lancée par deux serial entrepreneurs en 2013, cette start-up est basée à Hong Kong. L’entreprise mise sur sa présence à l’international (20 nationalités, plus de 15 bureaux dont un en France) et se rémunère à hauteur de 25% du montant de l’indemnité récupérée auprès de la compagnie (prélevée avant versement au client). La démarche peut être enclenchée gratuitement, AirHelp se rémunère si elle obtient gain de cause auprès de la compagnie aérienne. La start-up sollicite uniquement "les compagnies européennes assurant des vols internationaux".

Les avantages : AirHelp met en avant la possibilité de travailler en BtoB et d’établir des partenariats avec des agences de voyages, directement sur son site. La start-up propose aussi des services supplémentaires aux voyageurs lésés comme un accompagnement pour récupérer les indemnités liées à une perte d’un bagage (ou un retard à sa livraison).

L’inconvénient : il faut créer un compte pour déterminer si le dossier est recevable ou non après avoir répondu à une série de questions. A noter que pour une indemnité d’un montant inférieur à 100€, il faut ajouter la TVA au taux de commission de 25% (au-dessus de 100€, la TVA est incluse dans les 25%).

 

Air Indemnité

Air Indemnité s’est lancée sur ce créneau, il y a 10 ans, sur le marché français. Comme ses concurrents, le service n’est payant que si la démarche auprès de(s) compagnie(s) aérienne(s) aboutit (à raison de 30% de commission prélevée sur l'indemnité). Air Indemnité assure travailler avec plus de 300 transporteurs.

Les avantages : Air Indemnité met en avant la possibilité d’être indemnisé pour une correspondance manquée. Un retard ne serait-ce que d'une demi-heure peut en effet faire manquer son vol suivant à votre client. Par ailleurs, les dernières informations pratiques concernant les compagnies (politique bagage par exemple) sont aussi disponibles sur le site, gratuitement.

L’inconvénient : le site web d’Air Indemnité est dense et les textes pas toujours bien mis en valeur. La navigation pourrait être encore plus fluide pour une meilleur expérience utilisateur.

 

Flightright

Créée en 2010 à Potsdam en Allemagne, FlightRight est présent partout dans le monde et repose sur le même modèle que les deux précédents. La procédure pour connaître la recevabilité du dossier ou non est extrêmement simple.

Les avantages : le site web est simple d’utilisation et FlightRight accepte les dossiers de "toutes les compagnies qui affrètent des avions au sein de l’Union européenne" (ou qui ont leur siège social basé dans l’UE).

L’inconvénient : le site web manque de transparence. Certes, le taux de commission est clairement indiqué (27%) mais il faut ajouter 19% de TVA.

 

IndemniFlight

Start-up française lancée en 2016, IndemniFlight travaille à l’heure actuelle avec 27 compagnies aériennes. Un nombre relativement restreint, à dessein, puisque la direction affirme qu’il s’agit "des compagnies qui génèrent le plus de retard".

Les avantages : de tous les acteurs du marché testés, son processus d’analyse du dossier est le plus rapide ! Rentrez le numéro et la date du vol et en un clic vous saurez si votre client peut prétendre à une indemnité ou non. 

L’inconvénient : IndemniFlight ne se concentre que sur l’application de la législation européenne (comme AirHelp et FlightRight). Or d’autres législations sont en vigueur et les règles bien plus strictes dan d'autres pays, comme aux Etats-Unis par exemple.

 

Trafundo

Arrivée à l'automne sur le marché français, Trafundo est une jeune pousse installée au Luxembourg. Son offre couvre le transport aérien mais aussi le transport par bateau et par autocar. L’analyse du dossier prend quelques heures en moyenne car l’équipe d’avocats avec laquelle Trafundo travaille vérifie à la fois la recevabilité de la demande par rapport à la législation européenne mais aussi d’autres législations étrangères. Ce qui ouvre la porte aux réclamations pour des compagnies aériennes basées hors de l’UE.

Les avantages : contrairement à ses concurrents, Trafundo mise sur le multi-modal en incluant les ferries, les compagnies de croisières et les lignes d’autocars (type Ouibus, Flixbus…) dans son offre. La start-up espère aussi grandir grâce à des partenariats avec les agences de voyages, en leur allégeant leur charge de travail dans les dossiers de réclamation.

L’inconvénient : le taux de commission s’élève à 25% hors TVA.

 

=> Besoin d'un rappel concernant la législation européenne en matière d'indemnisation dans le transport aérien ? C'est ici et .

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format