Menu
S'identifier
Aérien

Les 3 idées pour améliorer la compétitivité des compagnies françaises


Publié le : 13.05.2019 I Dernière Mise à jour : 13.05.2019
{ element.images.0.titre }}
Alors que le transport aérien mondial est en croissance, les compagnies françaises peinent à maintenir leur rang en raison des réglementations et des taxes, affirment les représentants du secteur. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet

Iata, la Fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam) et BAR France (représentant des compagnies européennes et étrangères) organisaient ce matin une conférence sur les mesures à prendre d'urgence pour booster la compétitivité du secteur aérien français, chiffres à l’appui.

1/ Réformer la réglementation existante

D’après l’indice de compétitivité du transport aérien établi par Iata, l’environnement réglementaire français (c’est-à-dire l’ensemble des normes qui régissent le secteur) obtient le score de 4,6 (sur 10), soit moins que la moyenne en Europe (5,1). « La France dispose d’une bonne connectivité mais la compétitivité est freinée par le cadre législatif », explique Brian Pierce, économiste en chef d’Iata. Alain Battisiti, président de la Fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam), appelle à une meilleure régulation via un organisme indépendant.

2/ Baisser les taxes, les charges et les redevances

C’est justement l’une des principales revendications des représentants du secteur aérien français. « En raison des taxes et charges sociales que paient les compagnies (tricolores), on estime le déficit de 2 milliards d’euros par rapport à leurs concurrentes », assume Alain Battisti, président de la Fnam. Les compagnies en appellent ainsi à une maîtrise des hausses de redevances versées aux aéroports. L’idée d’une taxe sur le kérosène est également rejetée en bloc. Selon les représentants des compagnies aériennes, ces dernières contribuent déjà largement à la préservation de l’environnement. Le responsable Europe d’Iata Rafael Schvartzman pointe aussi du doigt la taxe de solidarité, une taxe prélevée sur le prix des billets pour financer l’organisme international Unitaid (seuls neuf pays l’appliquent dans le monde, la France est le seul pays européen à le faire).

3/ Définir une vraie stratégie de gestion du trafic

Rafael Schvartzman appelle la France à définir une réelle stratégie pour gérer les flux de trafic aérien. L’Hexagone traite en effet 30% du trafic aérien européen… ce qui pose problème en cas de grèves (répétitives) des contrôleurs aériens. Dans les prochains jours la French Airline Traffic Management Strategy va être signée et prévoit notamment que les contrôleurs aériens déclarent à l’avance leurs jours de grève pour éviter les conséquences d’un mouvement très suivi. Cette notification d’un mouvement de grève devrait intervenir 72 heures auparavant pour laisser aux compagnies le temps de réagir et d'ajuster leur programme de vols. Une solution pour regagner en ponctualité.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format