Menu
S'identifier
Aérien

B737 MAX : comment les compagnies aériennes s'organisent pour gérer l'interdiction de vol


Publié le : 15.01.2020 I Dernière Mise à jour : 15.01.2020
{ element.images.0.titre }}
Le B737 MAX est immobilisé partout dans le monde depuis le crash d'un B737 MAX d'Ethiopian Airlines en mars, quelques mois après l'accident d'un modèle similaire de Lion Air. I Crédit photo Wikipedia

Auteur

  • Didier Forray

L'immobilisation des Boeing 737 MAX depuis mars dernier donne du fil à retordre aux compagnies aériennes clientes. A chacune sa solution pour faire avec… ou plutôt sans !

Quand le Boeing 737 MAX sera-t-il autorisé à voler de nouveau ? Après l'interdiction de vol prononcée en mars dernier, la nouvelle certification de l'appareil tient en haleine une cinquantaine de compagnies aériennes clientes du modèle. En attendant, chacun s'organise. Plusieurs compagnies aériennes ont ainsi décidé de louer des avions pour compenser l'absence de leurs B737 MAX. Exemple avec Icelandair qui a loué deux B767 et un B757 pour remplacer ses 3 B737 MAX. La compagnie islandaise entend en parallèle maintenir un peu plus longtemps en flotte ses B757 vieillissants. La low-cost Flydubai a elle aussi loué 4 B737-800 à la compagnie tchèque Smartwings. Air Canada, TUI, Sun Express ou Norwegian ont également opté pour cette solution, pour une saison ou plus.

De quoi faire les affaires des loueurs d'avion, à commencer par les trois grands noms du secteur, Air Lease, AerCap et GE Capital Aviation Services. Contactées, aucune de ces entreprises n'a souhaité répondre. "Nous ne faisons aucun commentaire", rétorque-t-on sèchement chez AerCap. Mais un coup d'œil aux cours des actions permet de constater le dynamisme de l'activité de l'année écoulée.

Le titre Air Lease s'est envolé de près de 50% depuis mars 2019. Même chose pour sa concurrente AerCap, qui a vu son cours à la bourse de New York décoller de 50%. Les loueurs n'ont d'ailleurs pas hésité à faire monter les enchères : en six mois, le prix de la location d'un 737 NG a été revu à la hausse de 30%, à plus de 300 000 dollars par mois. La demande est là et les loueurs en profitent ! Les modèles remplaçants sont toutefois loin de constituer la panacée : plus anciens, ces appareils se montrent plus gourmands en carburant, à l'image du 737 NG, prédécesseur du 737 MAX, qui consomme 15% de kérosène que son successeur. Mais les compagnies aériennes n'ont pas le choix.

Boeing dédommage les compagnies aériennes

D'autres compagnies aériennes se sont quand à elles résolues à supprimer purement et simplement des vols. Plus gros client du B737 MAX, avec 34 avions en flotte, Southwest Airlines a refusé de louer des avions et a préféré revoir le planning de ses vols, rayant 300 vols quotidiens sur 4 000 depuis mars. Faute d'avion, American Airlines, qui n'a pas souhaité non plus louer d'avions, a annulé 140 vols par jour jusqu'au 6 avril 2020. Norwegian a de son côté arrêté ses vols transatlantiques au départ de Cork et de Shannon. Et pour honorer les billets déjà émis, la compagnie a dû prendre en charge le transport en bus vers Dublin. United Airlines, qui a retiré plus de 90 vols par jour sur le dernier trimestre, a préféré de son côté acheter 19 Boeing 737-700 d'occasion pour pallier ses 14 B737 MAX cloués au sol. Une solution radicale !

Qui paiera la facture et les coûts liés à l'immobilisation du B737 MAX ? Les compagnies aériennes ne sont rapidement tournées vers Boeing. En décembre, American Airlines et Southwest Airlines ont annoncé la signature de premiers accords de dédommagement, pour des montants qui restent confidentiels. "La perte de revenus liée à l'immobilisation des B737 MAX est estimée à 435 millions de dollars", précise-t-on chez Southwest Airlines. Au total, Boeing a estimé en mai le coût de cette crise à un milliard de dollars, puis près de 8 milliards de dollars en juillet. Et la facture devrait encore s'élever : le stockage des appareils qui n'ont pas pu être livrés représente à lui seul un coût de 800 millions de dollars chaque mois.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format