Menu
S'identifier
Aérien

Après Primera Air et Cobalt, pourquoi d'autres compagnies pourraient faire faillite


Publié le : 22.10.2018 I Dernière Mise à jour : 22.10.2018
{ element.images.0.titre }}
Et si Norwegian était la prochaine compagnie aérienne à faire faillite ? I Crédit photo Alain Wilson / Flickr

Auteur

  • Didier Forray

Avec la montée du prix du pétrole et une concurrence toujours plus forte, plusieurs compagnies aériennes sont en danger.

Après la faillite surprise de la low-cost Primera Air, quelques mois seulement après le lancement de ses opérations en long-courrier, c'est au tour de la low-cost chypriote Cobalt Air de cesser ses activités. La compagnie n'a pas réussi à trouver un arrangement avec ses créanciers. Et l'hécatombe n'est peut-être pas finie : plusieurs voix s'élèvent pour annoncer d'autres chutes dans les mois à venir.

Lors d'une interview sur la chaîne américaine CNBC, le PDG de Ryanair Michael O'Leary a lancé que "très clairement, un baril de pétrole à 80 $ allait faire des victimes en Europe cet hiver". "Plusieurs de ces compagnies ne gagnaient déjà pas d'argent quand le pétrole était à 40 $ le baril l'an dernier", souligne-t-il. Or le baril ne devrait pas retrouver son niveau le plus bas de sitôt, compte tenu des tensions géopolitiques.

Selon la banque suisse Lombard Odier, le prix du baril de pétrole devrait se maintenir aux alentours de 75 $ d'ici 3 à 12 mois, avec une chance non négligeable d'atteindre la barre des 100 $. Un scénario catastrophe auquel la banque attribue une probabilité de 25%...

Et si Norwegian fermait boutique ?

L'envolée du pétrole n'est pas la seule source d'inquiétude. Dans une réponse à une question posée par le FDP, le gouvernement allemand explique lui aussi sans détour que "l'augmentation de la pression concurrentielle va entraîner de nouvelles restructurations et des faillites".

Ceci dit, ni Michael O'Leary ni le gouvernement allemand ne se risquent à donner des noms... Quelles sont ces compagnies en danger ? Tous les regards se tournent d'abord vers la low-cost Norwegian. En septembre dernier, la compagnie aérienne norvégienne a été contrainte de mettre en vente 90 Airbus 320neo qui devaient être livrés d'ici 2020 afin de réduire une dette colossale. Celle-ci est chiffrée à plus de 2 milliards d'euros en juin !

Le gouvernement islandais au chevet de Wow Air

Autre low-cost sous la loupe : Wow Air, qui vient de fermer 3 lignes aux États-Unis. Le magazine économique Markaðurinn révèle que le gouvernement islandais a formé une "task force" pour étudier les menaces qui pèsent sur l'économie islandaise en cas de retournement de la conjoncture dans le tourisme, en particulier pour Wow Air et Icelandair. Ces experts estiment qu'une faillite de Wow Air entraînerait une baisse de 3% du PIB national et la destruction de 1 400 emplois.

Skúli Mogensen, PDG de Wow Air, se veut toutefois rassurant : dans les colonnes de USA Today, il affirme que sa compagnie continue à se développer et revendique son opportunisme en matière de destinations. "Nous modifions rapidement notre réseau si nous estimons que nous pouvons utiliser nos appareils plus efficacement ailleurs", confie-t-il.

Des compagnies nationales aussi en difficulté

Plusieurs grandes compagnies nationales sont également scrutées. C'est le cas en Italie avec la suite du feuilleton Alitalia… Dernier rebondissement en date : le gouvernement italien propose la mise en place d'une co-entreprise, avec la société nationale des chemins de fer. Dans un entretien au quotidien Il Sole 24 Ore, le ministre du Développement économique précise que l'Etat italien pourrait alors prendre 15% du capital de la société. Un modèle inspiré de celui d'Air France.

Autre compagnie dans le viseur : South African Airways. La compagnie a tout simplement refusé de présenter ses comptes pour l'exercice 2017/2018… Mais les experts estiment que sa dette s'élève désormais à près de 2 milliards d'euros et que, techniquement, la compagnie est en faillite. Reste à attendre la réaction du gouvernement sud-africain, qui a déjà organisé un plan de sauvetage d'un montant d'un milliard d'euros l'an dernier. L'hiver sera chaud pour les compagnies aériennes !

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format