Menu
S'identifier
Economie

Ce que l’on sait (et ce que l’on ne sait pas encore) sur le déconfinement


Publié le : 28.04.2020 I Dernière Mise à jour : 28.04.2020
{ element.images.0.titre }}
Les plages ne rouvriront au public qu'à partir du 1er juin. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet

Il démarrera comme prévu dans moins de deux semaines. Le déconfinement débutera le 11 mai prochain selon le plan du gouvernement présenté le 28 avril par le Premier ministre Edouard Philippe. On fait le point sur les principales annonces… et les zones d’ombre.

Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a placé cette séance dans l'Hémicycle sous le signe de « l’espoir », en la souhaitant « tournée vers des lendemains heureux ». Avant de laisser la parole au Premier ministre. C’est l’air grave et les traits tirés qu’Édouard Philippe a pris la parole depuis l’Assemblée nationale, devant 75 députés, pour exposer le plan de déconfinement prévu par le gouvernement.

Ce que l’on sait

La volonté affichée du gouvernement est d’éviter à tout prix une deuxième vague, alors que le nombre de nouveaux cas et de personnes placées en réanimation diminue lentement. La vie quotidienne devra donc continuer d’être aménagée dans les prochaines semaines. Le Premier ministre a annoncé que le déconfinement se ferait par « marches » de trois semaines. Une évaluation de la situation se fera donc fin mai pour déterminer de nouvelles règles applicables à partir du 2 juin, et ainsi de suite.

*Libre circulation : à compter du 11 mai, il sera possible de circuler librement sans attestation, à moins de 100 kilomètres du domicile. Au-delà, seuls des motifs familiaux ou de travail impérieux pourront justifier un tel déplacement.

*Entreprises : le Premier ministre a souligné l’importance pour le gouvernement d’amorcer « la reprise de la vie économique » sous réserve d’une réorganisation de la vie au travail. « Le télétravail doit être maintenu partout où cela est possible, au moins dans les trois prochaines semaines [à compter du 11 mai, NDLR] », a-t-il précisé. « Je le demande avec insistance. Il faut limiter le recours au transport public et les contacts. Pour les personnes qui ne peuvent pas télétravailler, la mise en place d’horaires décalés doit être prévue. » La distanciation sociale doit être respectée en cas de présence sur le lieu de travail, le masque devra être imposé le cas échéant.

*Commerces : ils pourront rouvrir le 11 mai prochain, à l’exception des cafés et des restaurants. Les commerces qui souhaitent rouvrir devront toutefois se plier à « un cahier des charges strict », avertit Édouard Philippe. Le nombre de personnes simultanément dans le magasin et les flux devront être limités et régulés, le personnel protégé. « Le port du masque est recommandé pour les personnels et les clients quand la distanciation physique n’est pas possible. L’accès à un commerce pourra d’ailleurs être subordonné au port du masque », explique le Premier ministre. Seuls les centres commerciaux de plus de 40 000 mètres carrés resteront fermés pour éviter la concentration d’un trop grand nombre de personnes dans un espace clos.

*Aides : les mesures d’accompagnement et de soutien financier des entreprises vont se poursuivre durant le mois de mai. « Le dispositif d’activité partielle restera en place jusqu’au 1er juin, puis il sera progressivement adapté pour accompagner la reprise d’activité si l’épidémie est maîtrisée. »

*Transports : le Premier ministre ne s’en est pas caché, les transports sont le domaine pour lequel « les décisions sont les plus ardues ». Ils sont, pour autant, « un dispositif clé pour la reprise économique ». L’offre de transport sera rapidement « remontée » (de l’ordre de 70% pour la RATP au 11 mai) mais la demande doit baisser en continuant d’inciter au télétravail, en étalant les horaires mais aussi en réservant les heures de pointe à ceux qui doivent être présents physiquement sur leur lieu de travail. Le port du masque sera par ailleurs obligatoire dans les transports. « Concernant les déplacements inter-régionaux et inter-départementaux, nous voulons les réduire aux seuls motifs de travail et motifs familiaux impérieux. »

*Organisation d’événements : les grandes manifestations sportives, les salons professionnels et autres événements accueillant plus de 5 000 participants « ne pourront pas se tenir avant le mois de septembre », a annoncé Édouard Philippe devant les 75 députés présents à l’Assemblée nationale. « Les rassemblements doivent être évités autant que faire se peut et seront limités à 10 personnes », a-t-il ajouté après près d’une heure de discours.

*Activités culturelles : les médiathèques, bibliothèques et musées d’une moindre mesure pourront rouvrir, toujours sous réserve du respect de la différenciation sociale et des gestes barrières. En revanche, les musées attirant de nombreux visiteurs, les cinémas, les théâtres ou encore les salles de concert ne pourront pas rouvrir.

*Plages : elles resteront inaccessibles au moins jusqu’au 1er juin. Le Premier ministre a d’ailleurs rappelé que le jeudi de l’Ascension serait bien férié mais qu’il ne fallait pas y voir une occasion de partir en week-end.

*Tests massifs : le 11 mai, la France sera capable de traiter 700 000 tests virologiques par semaine. Cette capacité supplémentaire est liée à la nouvelle augmentation attendue du taux de contamination sur le territoire, en raison du déconfinement progressif.

Ce que l’on ne sait pas encore

*Cafés et restaurants : « Nous donnons rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour évaluer les conditions de la prochaine phase de déconfinement : nous y évoquerons l’organisation et la réouverture des restaurants et des cafés », a déclaré le Premier ministre à la fin de sa présentation.

*Déplacements intérieurs : durant le mois de mai, les déplacements resteront très fortement restreints pour éviter une nouvelle flambée de l’épidémie. Aucune nouvelle décision n’est prise à ce stade pour permettre une reprise des vols commerciaux et la réouverture des frontières. Pour rappel, les déplacements ne doivent pas excéder un rayon de 100 kilomètres autour du domicile, sauf en cas de motifs professionnels et familiaux impérieux.

*Vacances d’été : « Il est trop tôt aujourd’hui pour prendre une décision », a-t-il simplement commenté. Une chose est sûre, les autorités sanitaires déconseillent fortement les voyages à l’étranger dans les prochains mois. Et les départs en week-ends et en vacances seront, au mois pendant le mois de mai, fortement déconseillés pour éviter à la France de connaître une deuxième vague de contamination. Edouard Philippe n’a pas hésité à évoquer un retour au confinement si « les indicateurs ne sont pas au rendez-vous ».  

*Mise en application : le Premier ministre l’a dit, ce plan de déconfinement doit être « enrichi avec les élus, les représentants syndicaux, les Français ». De nouvelles précisions à la stratégie présentée aujourd’hui doivent ainsi être apportées la semaine prochaine.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format