Menu
S'identifier
Tendances

Ce que pensent les agents de voyages de leurs clients


Publié le : 02.10.2019 I Dernière Mise à jour : 02.10.2019
{ element.images.0.titre }}
Guy Raffour (à droite) accompagné de Blaise Borezée, DG d'Interface Tourism, Stéphane Le Pennec, DG de Salaün Holidays, et Christophe Boniface, directeur commercial de l'ANCV (Agence nationale pour les chèques-vacances). I Crédit photo M.G.

Auteur

  • Manon Gayet

Guy Raffour, fondateur du cabinet Raffour Interactif, a présenté aujourd’hui les résultats de son baromètre sur les attentes de la clientèle loisirs en agence de voyages, à l’occasion de l’IFTM Top Resa 2019.

Quand un client pousse la porte d’une agence de voyages tricolore, c’est essentiellement pour partir à l’étranger. « Les Français apprécient le dialogue avec les professionnels pour exprimer leur projet, leur connaissance des destinations, leurs conseils, l’accompagnement pendant le séjour », explique Guy Raffour, qui présentait aujourd’hui les résultats de son 13e baromètre sur les nouvelles tendances des clientèles perçues par les agents de voyages sur l’IFTM Top Resa 2019.

Le fondateur du cabinet Raffour Interactif était entouré de Stéphane Le Pennec, DG de Salaün Holidays, Blaise Borezée, DG d'Interface Tourism et Christophe Boniface, directeur commercial de l'ANCV (Agence nationale pour les chèques-vacances). 200 agents de voyages ont été sélectionnés dans le cadre de cette étude, menée du 17 juillet au 23 septembre 2019.

D’après les vendeurs interrogés par le cabinet Raffour Interactif, 91% des clients attendent d’abord que la destination soit sûre. Un élément « indétrônable » à ne pas négliger dans les propositions formulées. Les voyageurs français sont aussi sensibles à la question du surtourisme puisque 75% de la clientèle souhaite « à la fois visiter ce qui est incontournable tout en voulant apprécier les lieux avec calme ». Une connaissance fine des destinations (jours et heures idéaux de visite, meilleures saisons pour éviter la surfréquentation, utilisation des billets coupe-file) pour sortir des sentiers battus sera alors un vrai plus à valoriser. 

Des voyages éco-responsables et préparés en ligne

Le respect de l’environnement s’avère aussi un critère déterminant dans le choix d’une destination : gestion de l’eau, des déchets, recyclage… 41% des clients français choisiront une destination en fonction de « la prise en compte de la transition écologique ». « On n'est plus dans la prévention mais dans l'action. C'est positif », analyse Guy Raffour. Enfin, 42% recherchent une destination qui ne soit pas soumise aux aléas climatiques et sont attentifs aux statistiques de météo locale. « Les alés climatiques sont malheureusement de plus en plus fréquents, et les Français y sont attentifs. »

Quid de la façon dont les clients préparent aujourd’hui leur séjour ? En effet, 79% des Français préparant leurs vacances en ligne, « les agences traditionnelles se doivent d’être multicanal pour gérer la relation avant, pendant et après le séjour ».  Surtout, élément encourageant, 44% des agents de voyages assurent que le fait que les clients aient préparé leur projet de séjour en ligne est plutôt un avantage. « Les avantages cités sont le gain de temps, le fait que l’on peut mieux cibler les propositions. Ils peuvent ainsi démontrer leur valeur ajoutée à des clients (…) après une première phase de préparation autonome dont le résultat se traduit souvent par une sur information stressante », détaille Guy Raffour.

La principale préoccupation des agences est en réalité « la concurrence que représente la vente directe de prestations en ligne ». Elles « considèrent qu’elle tire les prix vers le bas », assure le fondateur du cabinet Raffour Interactif. Les agences souffrent aussi d’« un déficit d’image vis-à-vis de leur métier, notamment vis-à-vis des jeunes ». Au regard de leurs différentes inquiétudes mais aussi de leurs réels points forts, 52% des agents de voyages se déclarent satisfaits de travailler mais inquiets pour l’avenir. « Attention car les entretiens se sont déroulés jusqu’au 23 septembre », soit deux jours après la faillite retentissante de Thomas Cook. Les inquiétudes pourraient donc se renforcer dans les prochains mois.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format