Menu
S'identifier
Technologie

Pourquoi l'embarquement biométrique va s'imposer dans les aéroports


Publié le : 20.05.2019 I Dernière Mise à jour : 21.05.2019
{ element.images.0.titre }}
Avec l'embarquement biométrique, plus besoin de vérifier manuellement chaque passeport et chaque carte d'embarquement. I Crédit photo Vision-Box

Auteur

  • Didier Forray

Les expériences d'embarquements biométriques se multiplient un peu partout dans le monde, y compris en France. Le point sur cette nouvelle technologie qui doit faire gagner du temps et de l'argent aux compagnies et aux aéroports.

Dans la course aux gains de temps et d'argent, les compagnies aériennes et les aéroports sont de plus en plus nombreux à miser sur l'embarquement biométrique. Cette technologie permet d'autoriser un passager à monter dans un avion en s'appuyant uniquement sur ses informations biométriques. En pratique, la photo des passagers est analysée et stockée dans une base de données.

Lorsque le voyageur se présente à l'embarquement, il doit alors passer par un portique muni d'une caméra. Les images sont instantanément comparées pour s'assurer de la concordance et lier le tout au dossier de voyage. Si le passager est reconnu et sa réservation valide, le portique s'ouvre. Pour les compagnies aériennes, cette procédure permet un embarquement plus rapide en s'affranchissant de la vérification manuelle de chaque passeport et de chaque carte d'embarquement.

Un embarquement en 2 secondes (littéralement)

L'automatisation de l'embarquement permet au passage de réduire, voire de supprimer complètement, le personnel à la porte. Pour les aéroports, cette technologie permet aussi d'augmenter la capacité des portes.  

Et cette technologie arrive ! Dernière expérience en date, Amadeus vient de lancer un test d'embarquement biométrique à Ljubljana, la capitale de la Slovénie, en partenariat avec les compagnies LOT Polish Airlines et Adria Airways.

Au total, 175 passagers volontaires ont pu embarquer via ce système. "Le temps d'embarquement a été réduit de 75%", se félicite Amadeus, qui insiste sur le fait que "l'embarquement a duré 2 secondes par passager contre 5 à 10 secondes habituellement". Après ce test, Amadeus annonce la mise à disposition d'une solution dès cette année. Le groupe précise d'ailleurs qu'il travaille déjà sur un déploiement de la technologie biométrique à l'aéroport de San José, aux États-Unis.

La société portugaise Vision-Box avance elle aussi à grands pas. Sa technologie d'embarquement biométrique va être mise en place dans les mois à venir à l'aéroport de Bangalore (Inde), après des essais concluants en mars. Des tests sont également menés à l'aéroport d'Amsterdam pour les passagers de Cathay Pacific. Et un accord a été signé en avril pour la réalisation de tests au terminal 1 de l'aéroport de New York-JFK, un terminal notamment utilisé par Air France, Lufthansa, Japan Airlines et Korean Air.  

Air France-KLM et Paris Aéroport s'y mettent aussi

Le groupe Air France-KLM a d'ailleurs lancé sa propre expérimentation d'embarquement biométrique dès 2017, en partenariat avec Idemia et Paris Aéroport. Les passagers doivent scanner leur passeport à une borne libre-service, qui leur remet une carte d'embarquement papier contenant l'encodage des données biométriques. Les passagers doivent ensuite passer sous un portique équipé de caméra qui établit la corrélation entre la personne et les données biométriques du dossier.

En septembre, Air France affirmait que le système serait largement déployé au cours de l'automne à Roissy mais les choses avancent plus lentement que prévu. L'embarquement biométrique est toujours en test aujourd'hui et aucune date n'est définie pour le déploiement.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format