Menu
S'identifier
Réceptif

Ile-de-France : la fréquentation touristique s'est effondrée au premier semestre


Publié le : 27.08.2020 I Dernière Mise à jour : 27.08.2020
{ element.images.0.titre }}
La chute la plus forte est celle de la clientèle internationale avec un recul, au premier semestre, de -68% des séjours contre -54% pour la clientèle française. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Céline Perronnet (avec AFP)

La région a perdu 14 millions de touristes sur les six premiers mois de l’année pour un manque à gagner de 6,4 milliards d’euros.

Comme on pouvait s’y attendre, l'épidémie de Covid 19 a causé des "dégâts considérables" à l'activité touristique en Île-de-France au premier semestre 2020, avec un manque à gagner de 6,4 milliards d'euros, le nombre de touristes ayant chuté de plus de 14 millions. 

Sur la période, les recettes liées à l'activité touristique sont ainsi tombées à 3,8 milliards d'euros (1,6 milliard pour les touristes français et 2,2 milliards pour les touristes internationaux) contre 10,2 milliards sur les six premiers mois de l'année 2019, selon des chiffres du Comité régional du tourisme (CRT) de Paris Ile-de-France publiés jeudi. 

Ainsi, seuls 9,4 millions de touristes (6 millions de touristes français et 3,4 millions de touristes internationaux) ont visité la capitale et sa région, contre 23,7 millions au premier semestre de l'an dernier. "Le tourisme est une activité économique extrêmement précieuse à l'Ile-de-France, qui représente 500 000 emplois, et 7 à 8% de la création derichesse régionale", a rappelé la présidente de la région Valérie Pécresse, en présentant ces chiffres à la presse.

"Depuis quatre ans, nous annoncions des records de fréquentation pulvérisés, c'est donc avec une grande tristesse que nous avons vu la pandémie venir fracasser un secteur extrêmement florissant et dynamique dans la région", a-t-elle ajouté.

Plus de 35 millions de visiteurs les années précédentes

En 2018 et 2019, Paris et sa région avaient accueilli un record d'environ 35,5 millions de touristes, une manne dont bénéficient des milliers d'entreprises, aujourd'hui fragilisées et pour lesquelles un plan de relance, incluant 15 millions d'euros pour le secteur, a été mis en place, ainsi que 210 millions d'euros de prêts accordés via un fonds de solidarité, notamment.

Sans surprise du fait de la paralysie du trafic aérien et des vols long-courriers en particulier, la chute la plus forte est celle de la clientèle internationale avec un recul, au premier semestre, de -68% des séjours contre -54% pour la clientèle française, détaille le CRT. 

"L'année 2020 sera une année de triste record de baisse de la fréquentation" pour l'Ile-de-France, locomotive du tourisme hexagonal, commente le CRT, soulignant que "l'activité touristique de la destination Paris Région, notamment hors Paris, montre toutefois des signes de reprise cet été". 

En juillet et août, la fréquentation a néanmoins encore été divisée par deux, voire en recul de 60% comparé à l'an dernier, et la perte de chiffre d'affaires des professionnels est estimée à "plus de 60%", selon de premières données.

Quelques signes de reprise

Au premier semestre 2020, les nuitées hôtelières, de l'ordre de 13,4 millions, sont en recul de 61% par rapport aux six premiers mois de 2019, contre une baisse de 47% pour les locations et meublés saisonnières avec 2,5 millions de nuitées. "Au cours des mois de juin et juillet, plus d'un hôtel parisien sur deux était encore fermé, tandis qu'en Île-de-France hors Paris, les chiffres sont meilleurs, près de 70% des hôtels étant ouverts", selon le cabinet MKG.

L'activité reprend ainsi progressivement cet été, portée notamment par la clientèle française qui représente 92% du public des musées et monuments d'Île-de-France. Quelques clientèles internationales de proximité (Allemands, Néerlandais, Britanniques) contribuent également à cette timide reprise de la fréquentation touristique.

Cependant, à court et moyen termes, les perspectives sont incertaines et dépendent de l'évolution de l'épidémie en France et dans le monde. 53% des professionnels interrogés par le CRT prévoient une amélioration de l'activité d'ici à la fin du mois d'octobre même si, entre septembre et décembre, les réservations aériennes chutent de plus de 80% par rapport à la même période de l'année dernière. 

Paris et sa région sont "une destination sûre", a martelé Valérie Pécresse, ajoutant "nous avons été un peu inquiets et marris de voir que l'Allemagne et la Belgique l'inscrivent comme une région à risques".

Afin de rassurer les touristes étrangers, l'Ile-de-France travaille à élaborer un "label de sécurité sanitaire", qui comportera des "mesures très strictes", a-t-elle annoncé. En 2020, la région s'emploie à "redonner envie aux visiteurs de revenir", avec des campagnes de promotion tournées vers la clientèle française et des pays frontaliers, et à "restaurer la confiance" auprès des organisateurs de salons, congrès et événements, après l'annulation de nombreuses manifestations.
 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format