Menu
S'identifier
Réceptif

France Montagnes se félicite du nouveau calendrier scolaire


Publié le : 10.04.2015 I Dernière Mise à jour : 10.04.2015
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Michel Giraudy, président, et Jean-Marc Silva, directeur de France Montagnes. ©JFB

L'organisation avait œuvré aux côtés d'autres instances pour ramener d'une semaine ou deux les vacances de printemps plus tôt dans l'année.

L’hiver 2014-2015, qui n’est pas encore terminé, devrait accoster sur une performance comparable au précédent. Mais l’annonce du nouveau calendrier scolaire, revendication ancienne de France Montagnes, offre de belles perspectives aux professionnels du tourisme.

Avec 55,6 millions de journées-skieurs pour 10 millions de touristes, l’hiver dernier s’était soldé par la perte du leadership mondial, au bénéfice des Etats-Unis, mais son maintien au niveau européen, devant l’Autriche.
"Cet hiver 2014-2015 devrait déboucher sur des chiffres comparables, avec un taux de remplissage des hébergements se situant entre 64% et 72%. Nous n’avons pas d’éléments concernant la fréquentation aux Etats-Unis, mais nous savons que nos concurrents européens ont connu les mêmes aléas météo que nous et donc, les positions ne devraient pas être modifiées sensiblement", analyse Jean-Marc Silva, directeur de France Montagnes.

80% de la fréquentation reste hivernale

L’hiver est stratégique pour l’ensemble de nos cinq massifs de montagne. Même si la situation n’est pas homogène, sur les 10 millions de séjours enregistrés annuellement, cette saison en représente 80%. Une fréquentation qui est pour 70% domestique et 30% internationale. "L’Ile-de-France et Rhône-Alpes sont toujours les principaux bassins de clientèle française et le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas sont nos premiers marchés extérieurs", précise Jean-Marc Silva.

Mais la nouveauté reste l’annonce récente du nouveau calendrier scolaire, applicable dès l’année prochaine, une promesse successivement portée par Sylvia Pinel, puis par Matthias Fekl, lors des deux derniers salons professionnels Grand Ski, à Chambéry : "Même s’il ne s’agit que d’une semaine de décalage, les conséquences seront sensibles", se réjouit Michel Giraudy, président de France Montagnes. "Nous sommes ravis que le monde de l’économie et celui de l’Education nationale aient pu trouver un terrain d’entente ; d’ores et déjà, nous pouvons annoncer que cela se traduira par des contrats d’un mois de travail supplémentaire pour au moins 20 000 saisonniers", ajoute-t-il.

"Le maintien d’une fréquentation domestique et l’ouverture d’un plus grand nombre de stations, lors des vacances de printemps, permettront au marché international, qui est fortement intermédié, de poursuivre en avril les rotations aériennes, par exemple", explique Michel Giraudy.
Et également à l’opération "Le Printemps du ski" qui vient d’être lancée, cette année, de connaître une ampleur supplémentaire dès 2016. Avec peut-être à la clé, la reconquête du leadership mondial des sports d’hiver.

Jean-François Bélanger

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format