Menu
S'identifier
Production

Tunisair : les annulations de vols inquiètent (et irritent) les TO


Publié le : 06.06.2019 I Dernière Mise à jour : 06.06.2019
{ element.images.0.titre }}
200 vols par mois sont supprimés, au moins jusqu’au 15 septembre. I Crédit photo Wikimedia

Auteur

  • Pascale Filliâtre

La restructuration de la compagnie nationale tunisienne passe par un allègement du plan de vols y compris sur le marché français dès cet été. De quoi compromettre la reprise de la Tunisie ?

Huit ans après le Printemps arabe, le gouvernement tunisien sort le grand jeu pour sauver Tunisair en pleine turbulence, cumulant dettes, déficit, flotte vieillissante et taux de ponctualité catastrophique.

Un conseil des ministres exceptionnel, tenu le 20 mai à Tunis, a validé un programme de restructuration prévoyant notamment le départ de 1 200 salariés (15% des effectifs) au cours des trois prochaines années et des investissements pour le renouvellement de la flotte.

172 000 sièges annulés

Mais, et c’est là où le bât blesse, le redressement et le sauvetage de la saison en cours passent également par un ajustement du programme commercial sur la période juin-septembre 2019. 200 vols par mois sont supprimés, au moins jusqu’au 15 septembre.

Les 10% des voyageurs affectés seront replacés sur d’autres vols « dans les mêmes tranches horaires », a précisé Tunisair dans un communiqué. La suppression des fréquences, représentant au total 172 000 sièges, est nécessaire « pour s’adapter à la flotte disponible ».

Sur le marché français, le premier pour la compagnie, les conséquences de cette contraction se font déjà sentir sur les axes Lyon-Djerba (1 fréquence hebdomadaire sur 5 annulée), Nice-Djerba (1 sur 2), Nice-Tunis (1 sur 14), Paris-Djerba (1 sur 14). Les rotations Nantes-Djerba et Strasbourg-Djerba sont également concernées tout comme le Marseille-Djerba repositionné en vol de nuit.  

Les TO montent au créneau

Pour les TO programmant la Tunisie, la perturbation est évidente avec un mécontentement grandissant au vu des annulations non anticipées intervenant à très court terme, en très haute saison touristique, y compris sur des billets déjà émis et souvent aléatoirement sur l’aller ou le retour.

« Tunisair veut nous convaincre que l’impact est limité et assure faire son maximum pour trouver des solutions de re-protection, la vérité est que nous avons été mis devant le fait accompli, sans concertation, et que l’accompagnement commercial est nul », témoigne, François Malcuit, directeur du broker Airgs, et directeur transport de Thomas Cook France jusqu’au 31 mai dernier.

Le traitement des modifications se fait « par robot », notent de nombreux voyagistes et sur certains axes, comme Nice-Djerba par exemple, il est compliqué de trouver des vols de remplacement sauf à prévoir une escale à Tunis. Une situation qui génère surcroit de travail et surcoûts.

Saisi par ses membres programmant la Tunisie (Voyamar, Mondial Tourisme, NG Travel, Club Med, Voyageurs du Monde, Fram, Jet tours, Ôvoyages…), le Seto a adressé le 28 mai un courrier à Tunisair, avec copie au ministre du tourisme tunisien, lui demandant « d’intervenir en urgence pour assurer la bonne commercialisation de la destination Tunisie sur le marché français ». Une réunion pourrait avoir lieu dans les prochains jours.

Un rappel à l’ordre du Seto

« Nous sommes préoccupés par les informations divulguées suite à la réunion du Conseil Ministériel du 20 mai dernier », commente sobrement Jürgen Bachmann, secrétaire général du Syndicat des Entreprises de Tour-Operating.

Dans la lettre que nous nous sommes procuré, le Seto exprime cependant vivement son inquiétude : «  (…) une partie importante de notre travail commun pour la relance de la destination Tunisie est pénalisée par une absence d’information, un manque de concertation et un suivi insuffisant dans la relation commerciale. Tous ces éléments commencent à devenir visibles sur le marché français, créant ainsi un mécontentement chez les clients des TO, soit chez les agences de voyages, soit chez les clients directs (…) ».

Un sale coup pour la reprise

Tous les clignotants semblaient être repassés au vert pour la Tunisie. Selon le dernier baromètre des Entreprises du Voyage présenté le 21 mai dernier, les réservations s’affichaient à date à +55% par rapport à N-1. Ce qui faisait dire à Jean-Pierre Mas, président des EDV, que « La Tunisie est quasiment revenue en volume, à son niveau d’avant le Printemps arabe », avec une confiance retrouvée de la part des clients.

Les déboires de Tunisair pourraient-ils pénaliser ce retour en grâce ? C’est ce que craint manifestement le Seto même si Tunisair était déjà sur la sellette chez de nombreux TO.

« Nous avons travaillé avec la compagnie l’an dernier. Compte tenu des énormes soucis de ponctualité et de services, nous avons confié cette année 100% de notre plan de vol Djerba à Transavia », témoigne Patrice Caradec, président d’Alpitour France.

De même, Jet tours n’a plus aucun engagement avec Tunisair, juste quelques blocs charter. Le TO a préféré depuis trois ans contracter avec Nouvelair tout comme Mondial Tourisme. « Malgré tout, les ventes en package dynamique sont impactées par ces annulations », déplore François Malcuit.

Le Seto attentif à ce que « toutes les composantes favorisant la relance de la Tunisie restent fonctionnelles pour la saison Eté 2019 » estime qu’il aura plus d’informations et donc de précisions à fournir sur la situation la semaine prochaine. A suivre donc.

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format