Menu
S'identifier
Production

TUI France : près de 600 postes supprimés, toutes les agences fermées ou cédées


Publié le : 17.06.2020 I Dernière Mise à jour : 17.06.2020
{ element.images.0.titre }}
TUI France va renoncer à son réseau d'agences de voyages. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet

Un comité social et économique était organisé ce matin à Levallois (92) pour décider de l’avenir de TUI France. Comme craint par les syndicats, des suppressions d’emplois sont notamment au programme du plan de relance du tour-opérateur.

C’est le choc pour l'ensemble des salariés, mais pas vraiment une surprise. La direction de TUI France a présenté ce matin le plan de restructuration nécessaire à la relance du tour-opérateur, mal en point depuis plusieurs années et qui tente de survivre la crise liée au coronavirus.

Pour rappel, l'ordre du jour du comité social et économique (CSE) de ce matin était : « Information sur le changement de modèle d’organisation de TUI France et ses conséquences sociales ».

Dans un communiqué officiel, la direction TUI France rappelle le contexte : « Depuis trois mois, le secteur du tourisme est impacté durement par une crise sans précédent, plaçant le groupe TUI dans une situation très difficile qui le contraint à se transformer très rapidement. Malgré ce contexte économique difficile, le groupe TUI a néanmoins accepté de soutenir TUI France pour lui permettre de surmonter la crise. »

Une aide toutefois conditionnée à la tenue d'un plan de restructuration.

Près de 600 postes supprimés

Selon les informations communiquées à la rédaction de Tour Hebdo, 583 postes vont être supprimés. « Le projet présenté aujourd’hui en CSE prévoit la suppression de 317 postes, hors l’impact potentiel dans le réseau d’agences intégrées. En cas de fermetures de ces agences, l’impact s’élèverait à 583 postes. TUI France rentre dans un processus d’information-consultation avec le CSE et ce projet fera l’objet de discussions détaillées par direction », précise le communiqué transmis par la direction de TUI France.

Les syndicats dénoncent « une arnaque au chômage partiel », affirme le secrétaire général du CSE de TUI France Lazare Razkallah. « J’ai un rendez-vous au ministère de l’Économie pour en parler, courant de la semaine prochaine », affirme-t-il. TUI France bénéficie des mesures d’activité partielle depuis le 18 mars dernier, et ce, jusqu’au 16 septembre 2020.

L'annonce d'un nouveau plan social laisse un goût amer au secrétaire général du CSE, comme il l’expliquait à Tour Hebdo le 13 mai dernier. « Nous avons déjà eu 600 postes de supprimés en 2012, 300 postes en 2013-2014, plus de 300 postes en 2017. Ça n'a rien donné parce que la stratégie n'était pas là. Une nouvelle fois, cela devait être dans les cartons et ils précipitent les choses avec la crise. C'est un effet d’aubaine. »

Disparition de Passion des Îles, continuation des clubs et circuits

Du côté des syndicats, l’on affirme que la marque Passion des Îles est arrêtée et le plateau qui y était dédié est également fermé. Dans sa communication officielle, TUI France nuance : « L’offre séjours moyen et long courrier (Passions des Îles) est interrompue en attendant de pouvoir proposer de nouveau cette offre par le biais d’une plateforme de package dynamique. »

En effet, TUI France se concentrera désormais sur son offre de « flexipackage » sur ses marques Club Marmara, Club Lookéa et Circuits Nouvelles Frontières.
L’activité sur mesure à Lyon sera également arrêtée dans les prochaines semaines.

Fermeture (ou cession) des agences de voyages

« Le réseau d’agences intégrées TUI ne permet pas, avec 65 agences, d’avoir un maillage satisfaisant sur le territoire français, qui est par ailleurs très bien desservi par un grand nombre de réseaux de distribution avec lesquels TUI France travaille. De plus le réseau mandataires, composé d’entrepreneurs, est très performant et TUI France souhaite le développer », affirme la direction dans son communiqué. En conséquence, la totalité des agences de voyages physiques seront fermées, franchisées ou « intégrées en mandataires ». « La collaboration avec les réseaux tiers va être développée », ajoute TUI France.

Quid de Serge Laurens ?

Le directeur général adjoint de TUI France Serge Laurens aurait de son côté présenté sa démission. Sollicitée sur ce point, la direction de TUI France « ne souhaite pas commenter cette information ».

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format