Menu
S'identifier
Production

Thomas Cook France : la profession se prépare à une onde de choc sans précédent


Publié le : 23.09.2019 I Dernière Mise à jour : 23.09.2019
{ element.images.0.titre }}
Fournisseurs, partenaires, assureurs et instances professionnelles se préparent donc à une onde de choc inédite. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Pascale Filliâtre

Thomas Cook France n’a pas, encore, officiellement déposé le bilan mais la faillite de sa maison-mère devrait inévitablement  entraîner sa cessation de paiements d’ici quelques jours. Avec ces conséquences redoutées par toute la profession.

« On s’y attendait pas ou plutôt on ne voulait pas y croire », nous confiait ce matin une des employées du siège de Thomas Cook France à Clichy. La faillite du groupe Thomas Cook confirmée cette nuit a mis sous le choc toutes les équipes, celles du TO Jet tours comme celles des 180 agences intégrées du réseau. Au total, Thomas Cook France emploie près de 800 salariés.

Officiellement, l’entreprise hexagonale n’est pas encore en situation déclarée d’insolvabilité, comme sa maison mère britannique. C’est toutefois une question de jours voire de quelques heures, le dépôt de bilan semblant inévitable.

Un effet domino

Thomas Cook France, comme l’ensemble des filiales de Thomas Cook PLC, est en effet absolument dépendante, la trésorerie du groupe fonctionnant selon un système de « Cash Pooling », soit une gestion centralisée. « Si la source se tarit, les filiales tombent », note un observateur.

Fournisseurs, partenaires, assureurs et instances professionnelles se préparent donc à une onde de choc inédite. Par précaution, dès ce matin, Thomas Cook France a demandé à ses clients en partance d’annuler leur départ. Le service commercial de Jet tours a envoyé à toutes les agences partenaires un message en ce sens, à charge pour elles de de trouver solutions de re-protection.

Les tour-opérateurs en co-affrètement avec Jet tours cherchent de leur côté également des solutions pour re-protéger leurs clients. « Thomas Cook France est un TO engagé comme nous et qui faisait bien son métier », commente Raouf Benslimane, président de Thalasso N°1/ÔVoyages. « Nous avions des routes communes vers la Grèce notamment, sur lesquelles nous partagions les sièges. L’impact aurait donc pu être lourd pour nous si nous n’étions pas quasiment en fin de saison estivale », tempère-t-il.

Même crainte mesurée chez Top of Travel en co-affrètement avec Thomas Cook vers la Bulgarie notamment. « Nous cherchons des solutions de re-protection pour nos clients en partance d’ici la fin de la semaine et le week-end prochain vers d’autres destinations, heureusement sur un nombre limité de dossiers », remarque Yann Richard directeur commercial du TO qui n’est pas « heureusement » référencé Thomas Cook.

« Nous ne sommes pas référencés chez Thomas Cook non plus », commente de son côté Jean Eustache, président d’Amerigo. « Nous ne travaillons qu’avec les franchisés qui nous payent en direct : pas de souci pour nous, donc », escompte-t-il. En revanche, le réseau Thomas Cook est un partenaire privilégié pour Kuoni, Asia, Austral Lagons ou encore Salaün.

Michel Salaün, président du groupe Salaun qui possède 30 agences à l’enseigne Thomas Cook et travaillait sur un projet de reprise du réseau désormais en suspens, évoquait hier un impact de 1,8 million d’euros sur son chiffre d’affaires.

« Tous les TO vendus par Thomas Cook, via le réseau intégré ou les franchisés, seront impactés de toutes les façons », estime Philippe Sangouard, directeur général de Boomerang Voyages. « Cela aura des conséquences sur les règlements des départs de septembre voire du mois d’août ».

« A date, nous ne savons pas encore si les règlements du mois d’août ont été effectués », s’inquiète d’ailleurs Patrice Caradec, président d’Alpitour France. « Certains TO les ont touchés, d’autres non. Si août s’ajoute à septembre, sans compter les arriérés, cela peut se chiffrer pour certains à plusieurs centaines de milliers d’euros de manque à gagner », calcule-t-il.

Réunion de crise à l’APST

Les dommages seront de toutes les façons collatéraux. « Nous sommes tous liés aux uns aux autres et cette faillite va avoir de grosses conséquences pour le secteur  dans son entier », estime Yann Richard. « Les dégâts vont être énormes », confirme Raouf Benslimane « et le malheur de Thomas Cook fait le malheur de toute la profession. C’est toute une chaîne pyramidale qui va être touchée, agences de voyages, fournisseurs hôteliers et réceptifs dont Thomas Cook est un partenaire historique ».

Ainsi la Tunisie et les hôteliers tunisiens devraient être particulièrement impactés. Rien qu’à Djerba, le groupe commercialise 33 clubs de vacances. Selon le site DestinationTunisie.info, des hôteliers n’auraient pas été payés depuis le mois de juin et la facture s’élèverait déjà au moins à 60 M€.

Du côté de l’APST, on s’attend à un gros sinistre et l’association se prépare en conséquence… Une réunion de crise a eu lieu cet après-midi en présence de nombreux TO et de René-Marc Chikli, président du Seto.

Dans un communiqué publié à 16h, l’association fait savoir que « Le retour des clients directs des agences Thomas Cook France sera sécurisé par l’APST. Pour mémoire l’APST dispose à ce jour de réserves globales d’environ 40 M€ et estime dans un premier temps le coût éventuel de retour de ces clients directs à environ 5 M€ ». En revanche, « Le retour des clients qui ont réservé dans une autre agence de voyages sera pris en charge par cette dernière ».

Il n’y a que chez TUI France que cette défaillance allume une lueur d’espoir. « On ne se réjouit pas du tout de ce qui arrive à nos collèges de Thomas Cook », remarque Lazare Razkallah, sécretaire du CSE. « Mais face à cette redistribution des cartes inattendue, on se dit que le projet de restructuration que prépare le groupe TUI en France risque d’être impacté. Cela change la donne. La direction devra en tenir compte. Nous ne comprendrions pas qu’on nous annonce suppressions de postes ou cession d’activités ». A suivre.

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format