Menu
S'identifier
Production

Jean-Pierre Mas (EdV) : « Bien sûr, la levée du confinement veut dire qu'il sera possible de voyager ! »


Publié le : 25.11.2020 I Dernière Mise à jour : 25.11.2020
{ element.images.0.titre }}
Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage. I Crédit photo ©DR

Auteur

  • Propos recueillis par Brice Lahaye

Au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron sur le déconfinement progressif, Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage, réagit auprès de Tour Hebdo sur la prochaine levée des restrictions.

Tour Hebdo : Que pensez-vous des nouvelles annonces faites mardi soir par Emmanuel Macron ?

Jean-Pierre Mas : Il y a des points positifs, avec notamment la sortie du confinement possible le 15 décembre, mais pas encore certaine. Il faudra pour cela que la circulation du virus continue de diminuer. Mais si on reste optimiste, c'est une bonne nouvelle. Il y a aussi de positif, même si ça n'a pas été annoncé hier soir, les protocoles sanitaires mis en place dans les aéroports, à l'arrivée en France. C'est très très bon pour la reprise des voyages.

T.H. : Justement, la levée du confinement implique-t-elle donc la reprise des voyages à l'étranger ? L'information n'a pas été donnée explicitement et le doute persistait chez les voyageurs.

J-P.M. : Bien sûr, la levée du confinement le 15 décembre, ça veut dire qu'il sera possible de voyager ! Et entre nous, c'est déjà le cas. Il est possible de partir actuellement, les frontières ne sont pas fermées. Mais la difficulté qui se pose, c'est évidemment le déplacement jusqu'à l'aéroport.

T.H. : Une nouvelle aide a également été annoncée. Les établissements qui resteront fermés pourront opter pour le versement, quelle que soit leur taille, de 20% de leur chiffre d'affaires de l'année 2019...

J-P.M. : Oui mais elle est réservée aux entreprises fermées administrativement. Les restaurants le sont, mais pas les hôtels, les bars le sont, mais pas les agences de voyages.... Le secteur du tourisme n'est pas fermé, il reste en première ligne. Mais il est très fortement touché par la crise, les difficultés sont nombreuses. On travaille donc, comme ça a été le cas toute la journée, pour des mesures de soutien supplémentaires. On demande à pouvoir bénéficier également de cette mesure, ou d'un dispositif similaire. Le mois de novembre sera un mois avec un chiffre d'affaires négatif pour les entreprises, avec plus d'annulations que de réservations.

T.H. : Enfin, concernant la montagne et les stations de ski, l'annonce d'une possible fermeture jusqu'à fin janvier prochain a été une véritable douche froide pour les professionnels du secteur. Avez-vous une réaction à ce sujet ?

J-P.M. : On s'attendait à plus de concertations, à une ouverture pour Noël, oui. Tout en reconnaissant que des difficultés se posaient, notamment pour les restaurants. Ils n'auraient pas pu ouvrir alors qu'ils restent fermés ailleurs en France. Mais je regrette cette décision de ne pas pouvoir skier à Noël.

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format