Menu
S'identifier
Production

Comment les Bravo Club avancent leurs pions


Publié le : 11.09.2018 I Dernière Mise à jour : 12.09.2018
{ element.images.0.titre }}
Alpitour France espère se différencier cet hiver avec son club à Puerta Vallerta, sur la côte pacifique du Mexique. I Crédit photo ©Bravo Club

Auteur

  • Pascale Filliâtre

Pour sa première saison d’hiver complète, Alpitour France continue de déployer ses Bravo Club en pariant sur des destinations exotiques telles la côte Pacifique du Mexique. Résultats, projets, nouveautés… Tour Hebdo fait le point.

1- Un démarrage encourageant

18 mois après son lancement sur le marché français, Alpitour France a rôdé son concept de Bravo Club et quasi-tenu ses objectifs. Au 31 octobre 2018, soit pour son premier exercice de 10 mois, la filiale française du groupe italien Alpitour, aura fait voyager 22 000 clients pour un chiffre d’affaires de 22 M€, équitablement réparti entre moyen et long-courrier, une satisfaction.

En revanche, le panier moyen à 1 022€ est trop bas, juge Patrice Caradec, président du TO : "Il y a eu une forte pression sur les prix de vente. Notre position de nouvel entrant nous a contraints à serrer nos tarifs mais c’était pour la bonne cause, pour nous faire connaître et nous gagnons à être connus !"

Les meilleures performances ont été engrangées sur la Grèce (5 500 pax), les Baléares (3 400 pax), le Cap vert et le Mexique (2 400 clients chacun). "La satisfaction globale dans nos clubs est supérieure à 96%", se félicite Patrice Caradec et cela malgré Cuba, "une destination en deçà mais où nous maintenons nos efforts pour remonter le niveau des services et de la restauration". Pour Cuba, le taux de satisfaction fluctue plutôt "entre 70 et 75%, ce qui est inacceptable", selon le patron de la marque.

 

2- Des nouveautés originales

Alpitour France programme 10 Bravo Clubs pour la saison hiver 2018-2019 (dont 7 en long-courrier et 8 labellisés Clubs Qualité garantie) avec trois nouvelles adresses. Le Bravo Club Golf Beach à Djerba (ancien Framissima), ouvert pour la saison été, reste en porte-feuille au départ de Paris, Lyon et Nantes et un nouvel plan de vol négocié avec Transavia. À partir du 22 décembre, le TO s’installe à Oman, au Sifawy, une petite unité de 67 chambres, dont il prend plus de la moitié de la capacité. Mais c’est au Mexique où il se distingue en ouvrant un Bravo Club sur la Côte Pacifique.

"Cette implantation est emblématique de notre capacité et volonté d’innover, d’offrir des destinations plus exotiques que celles habituellement programmées sur le marché", commente Patrice Caradec. "C’est un Mexique plus authentique, traditionnel, avec de belles plages préservées dans une ambiance moins américanisée que sur la Riviera Maya et avec des tarifs plus attractifs", souligne-il. Le séjour de 10j/7n en tout inclus Bravo Club Pacific Vallarta (géré par la chaîne Decameron) est à partir de 1 290 € à compter du 21 décembre, avec un plan de vol AeroMexico (via Mexico).

 

3- Des objectifs ambitieux

Alpitour sait qu’il a encore une marge de progression et d’amélioration. Ainsi l’activité groupe a été empiétée d’une saison en année 1 et doit se développer avec un objectif de 5 500 pax en 2019 (contre seulement 2 500 en 2018). La technologie doit par ailleurs "se stabiliser", reconnaît le président d’Alpitour France qui annonce une solution de pré-package dès janvier prochain.

Elle permettra de combiner 17 destinations, 16 villes de départ et surtout 5 durées de séjour. "À terme, on souhaite aussi pouvoir puiser dans le porte-feuille hôtelier d'Alpitour pour proposer des packages sur des séjours." La distribution doit par ailleurs impérativement s’élargir. 1 100 agences ont revendu Alpitour en 2018, Leclerc Voyages en tête des distributeurs. Le TO vise désormais 2 200 points de vente actifs l’année prochaine. "Nous devrions obtenir une réponse d'ici à septembre de la part de Selectour. C'est le seul réseau, avec Havas, au sein duquel nous ne sommes pas référencés actuellement. Nous espérons que le résultat de nos négociations sera positif."

Cela devrait permettre d’approcher, au cours du deuxième exercice, 38 000 clients pour 40M€ de chiffre d’affaires sachant qu’Alpitour ouvrira trois nouveaux clubs l’été prochain (à Marbella en Espagne, en Sicile et en Croatie), soit une offre de 17 unités avec un positionnement "au-dessus de la masse des clubs de vacances", insiste Patrice Caradec. "Nous avons la solidité d’un majeur avec l’agilité d’une start-up", précise-t-il. De quoi se projeter d’ici à 2022 à 100 M€ de chiffre d’affaires avec 90 000 clients et 28 clubs.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format