Menu
S'identifier
Actualités

Le nouveau Baromètre 2022 Raffour-Interactif


Publié le : 25.04.2022 I Dernière Mise à jour : 25.04.2022
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo

Auteur

  • Rémi Bain Thouverez

Derrière les données mesurées, les demandes des Français ont beaucoup évolué

i-tourisme : Votre nouveau Baromètre annuel 2022 « Courts, séjours, vacances, e-tourisme » est désormais disponible. Quels en sont les faits majeurs ?

Guy Raffour : Derrière les données mesurées, les demandes des Français ont beaucoup évolué. Ceci implique pour les acteurs la nécessité de produire de nouvelles offres. Malgré la pandémie les Français sont partis, mais ils sont devenus plus exigeants. Ils définissent en moyenne près de 12 critères de choix de leur destination sur 25 proposés.

i-tourisme : Comment se situe le besoin « vital » de partir ?

Guy Raffour : Les Français ont un besoin « vital » de partir et l’année 2021 a donné un taux de départ en séjour de loisir de 67%, soit seulement un point de moins par rapport au record de 2019. Et comme la population Française de 15 ans et + a augmenté en un an, cela représente le même nombre de Français partis en 2021 qu’en 2019, qui avait été une excellente année touristique. Mais les voyageurs attendent des offres plus qualitatives tant sur le plan des services que des prestations.

i-tourisme : Partir plus et avec de la flexibilité

Guy Raffour : Nous mesurons une baisse de 4 points de ceux qui ne partent que pour un seul type de séjour. À l’inverse, nous constatons une hausse de 5 points de ceux qui sont partis avec 3 types de séjours (courts ou longs). Et ce qui change ce sont les types de réservations avec davantage de dernière minute et une demande de pouvoir changer d’avis ou annuler facilement. Ces dernières dispositions rassurent les Français vs ce qu’ils ont vécu pendant la crise sanitaire.

i-tourisme : Mais en 2021 ils sont surtout restés en France

Guy Raffour : Incontestablement : c’était 48% en 2019 pour leurs séjours « uniquement en France » mesuré à 80% en 2020 et à 68% pour 2021. Avec des motivations clairement exprimées : la volonté de découvrir ou redécouvrir le territoire, un besoin d’extérieur et de nature, moins de promiscuité et plus d’espace, mieux jouer avec la météo et des destinations choisies en 4 saisons : montagne en été, mer en hiver etc.. Il s’agit bien d’une autre façon de consommer, de recherche d’individualisation avec plus de contact humain, plus de proximité et une vue à 360 degrés sur les offres.

i-tourisme : Concernant la préparation en ligne des séjours, vous avez mesuré une petite baisse de celle-ci pour 2021. Cela peut paraître paradoxal ?

Guy Raffour : Non. Si le pourcentage des consultations est en légère baisse à 77% en 2021 vs 81% en 2020, ceci est dû à deux facteurs principaux : lorsque l’on part en France on a moins besoin d’informations et l’année 2021 a été marquée par un nombre élevé de séjours « non marchands » dans la famille, amis et résidences secondaires. Cependant les séjours non marchands suscitent aussi des recherches d’activités et de services au quotidien. Ils représentent pour les professionnels du tourisme des occasions de ventes additionnelles. Désormais les Français organisent moins au préalable le contenu du séjour pour davantage l’organiser sur place notamment grâce à leur smartphone qui est réellement leur compagnon de voyage.

i-tourisme : L’E-tourisme change-t-il la donne ?

Guy Raffour : Il apporte surtout l’ubiquité de toutes les informations, celles de « séduction » pour une destination, comme toutes celles pratiques. L‘e-tourisme donne envie de partir, via un voyage virtuel qui précède le réel.

i-tourisme : Mais les réservations en ligne sont légèrement en baisse

Guy Raffour : Nous constatons en effet une légère baisse de 2 points, à 58% pour 2021 vs 60% en 2020. Je rappelle que cette donnée ne porte que sur les réservations entièrement payées en ligne. Cette légère baisse se justifie par moins de transports réservés car les Français qui partent en France prennent majoritairement leur véhicule personnel, et par les Français qui ont pris davantage de séjours en famille/ amis/ résidence secondaire.

i-tourisme : Quelle évolution constate-t-on pour les vacances ?

Guy Raffour : Une nouvelle façon de voyager. Le slow tourisme s’impose. Ce n’est plus la vitesse ou la performance qui prédomine, mais prendre son temps, loin du stress et des tensions du monde. Avant on cherchait à optimiser le temps disponible. Désormais on recherche à « lâcher prise » en diversifiant les lieux de visite pour en choisir des plus « confidentiels », plus originaux, loin des sentiers battus. Les Français veulent davantage prendre leur, temps, se relaxer, découvrir la nature… Je le répète, les exigences qualitatives deviennent un critère essentiel pour la réussite des séjours et les professionnels doivent en tenir compte avec de l’empathie, une envie d’accueillir et de partager.

i-tourisme : Vous mesurez ces nouvelles façons de voyager ?

Guy Raffour : Oui, dans les données quantitatives et dans tous les verbatims des interviews. L’investissement financier d’un séjour de vacances pour les Français est important en rapport avec leur pouvoir d’achat mais c’est aussi et surtout un investissement affectif car on part souvent avec sa famille, ses amis, et émotionnel pour se ressourcer. Le budget vacances est en lien avec leur besoin de se détendre, se changer les idées, vivre sur un autre rythme, revenir plus fort pour affronter les soucis du quotidien. Leur budget a légèrement augmenté en 2021 car ils ont eu envie de se faire plaisir, préférant réduire la durée du séjour que d’altérer la qualité des prestations.

i-tourisme : Donner plus de choix aux vacanciers

Guy Raffour : Oui, en donnant davantage de sens, de contenus, d’expériences. Par exemple la montagne a su se réinventer : visites d’éco-musées, de fermes, d’ateliers pour apprendre à résister dans des températures basses, randonnées de découverte sur la protection de l’environnement, randonnées culturelles avec des parcours scientifiques, d’œuvres d’art, découverte de la transhumance, des refuges, de nouveaux types de sports, avec du clic & collect pour les restaurants, etc. Il faut constamment savoir s’adapter et s’améliorer, dans un processus Darwinien avec le mot clef à partager : respecter l’environnement.

i-tourisme : Justement, comment se situe l’écologie dans votre baromètre ?

Guy Raffour : Sur 25 critères, le respect de l’environnement se place à la 11ème place, mais il monte d’année en année. Il devient transversal à toutes les prestations du secteur, du transport, à l’hébergement, aux activités. Quand les Français demandent plus de qualitatif, c’est sous-jacent avec la volonté de consommer davantage des produits locaux, de faire attention aux consommations énergétiques, de compenser le carbone, de réserver des hébergements qui s’inscrivent dans des démarches labellisées etc. La moindre consommation de nos ressources est également gage d’économies. En tout cas le tourisme devra impérativement être de plus en plus respectueux de l’environnement, par conviction ou de façon réglementaire, il n’y a pas de planète B.

Le nouveau Baromètre 2022 Raffour-Interactif "Courts séjours, vacances, E-tourisme, Intentions de départ & Nouvelles tendances" est disponible. Il dresse le Bilan précis de l'année 2021 et mesure les intentions de départ pour cette année 2022. Sont mesurés pour 2021: les taux de départ en courts ou longs séjours, les 25 principaux critères de choix des destinations, les types d'hébergements préférés, les parts de marché de la France et de l'étranger ou Dom-Tom, le budget du principal séjour, le tourisme en ligne : devices utilisés, taux de préparation et de réservation en ligne, Le M-tourisme (smartphones et tablettes)
Sont mesurés pour 2022: le Besoin vital de partir, les intentions de départ, les types de destinations envisagés, les départs en France et à l'étranger ou Dom-Tom. Les résultats sont croisés par les caractéristiques des individus : âge, CSP, taille foyer, revenus. Une analyse précise des Nouvelles tendances 2022 est livrée, issue des verbatims, de focus qualitatifs et de la veille sectorielle. Le terrain du Baromètre 2022 a été réalisé auprès d'un échantillon représentatif de 1000 Français, du 17 au 31 janvier 2022, par enquêteurs professionnels et entretiens téléphoniques en appliquant la méthode des quotas. Son prix de souscription est de 416 euros ht.
Pour la description complète du Baromètre 2022 et son bon de commande (format Pdf), cliquez ici

https://www.raffour-interactif.fr/site_ri/ventes/Barometre_Tourisme_Raffour_2022.pdf

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format