Menu
S'identifier
Institutions

Trésorerie, MAIF, Thomas Cook, immeuble : l'APST s'exprime sur les sujets chauds de la rentrée


Publié le : 03.09.2020 I Dernière Mise à jour : 03.09.2020
{ element.images.0.titre }}
L'APST a demandé à l'État de lui garantir un prêt qui pourrait aller jusqu'à 150 millions d'euros et lui permettrait de faire face aux défaillances. I Crédit photo ©Adobe Stock

Auteur

  • Brice Lahaye

Sa trésorerie mise à mal par la faillite de Thomas Cook France, l'obligation de vendre son immeuble, son appel à l'aide de l'État... L'APST fait le point.

L'association professionnelle de solidarité du tourisme (APST) a tenu jeudi matin un point presse pour répondre, quelques minutes seulement après son conseil d'administration, aux questions sur les sujets chauds de la rentrée.

Le dossier Thomas Cook France 

Parmi les différents audits commandés par l'APST dernièrement, celui de la trésorerie s'annonçait primordial, afin de savoir quand l'association se retrouvera sans argent. Et le constat est là : estimée à 9,1 millions d'euros fin août, la trésorerie devrait devenir insuffisante début 2021. 

La faute évidemment à la faillite de Thomas Cook France, qui a plongé les comptes de l'organisme de solidarité dans le rouge. Près de 54 000 clients ont été impactés par la défaillance du voyagiste, et 41 500 clients ont déjà été traités en service. Reste encore 9 300 dossiers clients pour des paiements en deniers à traiter par l'APST.

L'État appelé à l'aide 

Il y a donc la faillite de Thomas Cook, mais aussi la crise sanitaire, qui pourrait terminer de plomber les ressources. Pour faire face à la crise, l'APST indique avoir adressé deux demandes importantes à l'État. La première étant de lui garantir un prêt qui pourrait aller jusqu'à 150 millions d'euros et lui permettrait de faire face aux défaillances, liées uniquement à la crise du Covid-19

La seconde concerne la création d'un fonds de réserve et de solidarité, qui permettrait ainsi de rembourser les prêts. Comment fonctionnerait-il ? Le consommateur s'acquitterait d'un montant de 0,5% sur chacune des factures. L'agent de voyages collecterait cette somme auprès du client, et celle-ci serait ensuite reversée à la caisse des dépôts. Avec pour perspectives d'encaissements entre 20 à 30 millions d'euros par an, en période dite « normale ».  « Nous sommes au service du consommateur, et il doit participer au financement des risques non assurables », note Alix Philipon, présidente de l'APST.

Un partenariat avec la MAIF

Ce n'est plus un secret, l'APST mène des discussions avec la MAIF depuis début mars. L'accord de confidentialité qui les unissait a été levé le 31 août à la demande de l'association pour pouvoir présenter l'avancée des discussions.

Concrètement, quel est l'objectif de ce partenariat ? ll permettrait à l'association de ne plus porter le risque assurantiel en commercialisant un contrat de garantie via une société de courtage qui lui appartiendrait. Objectif : rester dans les mêmes barèmes tarifaires. Ce contrat sera réservé aux adhérents de l'APST, qui pourront, à terme, devenir associés de la société de courtage. Avec ce partenariat, l'association externalisera donc ses risques mais poursuivra ses missions dans le cadre d'un contrat de gestion (instruction, présentation des dossiers, etc.). L'APST assure par ailleurs qu'elle ne cèdera pas son fonds de commerce

Si le Conseil d'administration a donné son accord à l'unanimité, le possible partenariat est encore en pourparlers. « Il faut que les discussions aboutissent très vite », insiste Alix Philipon.

La vente de son immeuble

Autre sujet brûlant : la vente de l'immeuble de l'APST, situé au 15 avenue Carnot, dans le XVIIe arrondissement de Paris. « Ce n'est pas de gaîté de cœur que nous allons vendre l'immeuble. Au début, l'idée était de créer une SCI qui l'aurait racheté. Mais, c'était avant la crise du Covid... », commente la présidente. Et d'ajouter : « L'État et tous ses services (Bercy, Trésor, DGE) nous a demandés de vendre l'immeuble ». Cette vente permettra en effet de compenser les dettes liées à l'affaire Thomas Cook France.

À la question de savoir si le Conseil d'administration était informé de cette vente, sa présidente assure que oui, « puisqu'un vote du 18 mars avait été effectué pour valider la vente de l'immeuble ». Son prix est estimé à 21 millions d'euros et deux acheteurs potentiels sont en lice. Où l'APST s'installera-t-elle ensuite ? « On ira en location ailleurs, vraisemblablement dans Paris. Dans un endroit accessible et pas trop cher », répond Alix Philipon. On n'en est pas encore là.

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format