Menu
S'identifier
Institutions

Lutte contre le tourisme sexuel : les recommandations d'Ecpat France pendant les vacances


Publié le : 22.07.2015 I Dernière Mise à jour : 22.07.2015
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo L'affiche incitant à signaler les cas potentiels d'exploitation sexuelle de mineurs, via le portail Internet et l'appli dédiés. ©DR

Avec les grandes vacances, les risques d'exploitation sexuelle de mineurs augmentent. L'ONG relaye conseils et messages à l'intention des voyageurs et des professionnels du tourisme.

Si le combat est celui de tous les instants, il reste qu'au plus fort des vacances d'été, Ecpat France a des raisons supplémentaires de s'inquiéter du sort des enfants soumis à l'exploitation sexuelle dans le cadre des déplacements touristiques.

L'organisation non gouvernementale (ONG), qui lutte contre ce type d'abus, rappelle que, étant une "période de relaxation pour certains mais aussi d'exploitation sexuelle pour d'autres, les vacances estivales sont un véritable défi pour la protection de l'enfance".

Selon l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), le nombre de touristes internationaux voyageant entre juin et août représente un tiers du total annuel des flux touristiques. "La prostitution des enfants (-18 ans) étant très présente sur de nombreuses destinations, il est nécessaire de redoubler d'efforts pour sensibiliser sur l'impact nocif de l'exploitation sexuelle des enfants dans les voyages et le tourisme", souligne Ecpat France.

L'ONG mène ainsi une campagne d'affichage du 13 juillet au 2 août, à raison d'une trentaine d'affiches au Terminal 1 de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, au niveau des départs, des arrivées et de l'espace boutique, pour inciter les voyageurs témoins de situations douteuses à les signaler sur le portail Internet Report Child Sex Tourism prévu à cet effet.

La visite d'orphelinat déconseillée

Ecpat France fait aussi la promotion de la version mobile du portail, via une appli téléchargeable sous Android dans Google Play. Comme le site Internet, elle permet de signaler des cas potentiels d'exploitation sexuelle de mineurs (recours à la prostitution des enfants, traite à des fins sexuelles, pornographie infantile).

La période des vacances est également propice aux bonnes intentions, qu'Ecpat désigne sous l'appellation de "volontourisme". Des initiatives qui peuvent malheureusement se retourner contre l'intérêt des enfants lorsqu'elles concernent les orphelinats et ne se conforment pas à un certain nombre de règles.

Ecpat a listé neuf conseils à suivre, à commencer par s'assurer que l'association responsable de l'orphelinat est légalement enregistrée, et que l'on est bien qualifié pour la mission, qui doit s'inscrire dans la durée (logistique, soins médicaux, enseignement, etc.), si possible de six mois minimum.

Dans le cadre de déplacements touristiques, l'organisme déconseille de visiter un orphelinat ou un centre d’accueil d’enfants vulnérables, de rester seul avec un enfant dans une pièce fermée, de dormir à l’orphelinat avec les enfants, de prendre en photos les enfants de l’orphelinat, "car ils ne sont pas des attractions touristiques", rappelle Ecpat, et a fortiori de publier de photos d’enfants sur les réseaux sociaux afin de préserver leur dignité et leur anonymat.

Une batterie de messages qui souligne, si cela est nécessaire, que les vacances ne sont pas un moment de détente pour tout le monde. Sans culpabiliser les clients, reste à les sensibiliser et les informer en ces périodes de grands départs.

Virginie Dennemont

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format