Menu
S'identifier
Hébergement

Retrait des préenseignes : les hôteliers tirent la sonnette d’alarme


Publié le : 02.03.2018 I Dernière Mise à jour : 02.03.2018
{ element.images.0.titre }}
Certains hôtels affichent une forte baisse de leur chiffre d'affaires suite au retrait des préenseignes en zone rurale. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • La rédaction

Depuis l’interdiction des panneaux indiquant la proximité d’un établissement en zone rurale, les hôteliers enregistrent des baisses de chiffre d’affaires pouvant atteindre jusqu'à 50%.

La grogne monte. Les hôteliers et restaurateurs français ont interpellé jeudi le gouvernement sur les conséquences du retrait des "préenseignes" en zone rurale.  Depuis le 13 juillet 2015, un arrêté a institué la suppression des préenseignes dérogatoires en dehors des agglomérations et dans les villes de moins de 10 000 habitants.

"Cela pénalise énormément les hôteliers et restaurateurs, avec des pertes de chiffre d'affaires allant de 10% jusqu'à 50%, c'est inquiétant", a expliqué à l'AFP Roland Héguy, président de l'Umih, principale organisation professionnelle du secteur.

Selon lui, "la signalisation des restaurants et hôtels n'apporte pas seulement (des bénéfices, ndlr) aux exploitants mais participe aussi fortement à l'attractivité touristique et au développement des territoires".

L'Umih, avec la Fédération internationale des logis (FIL) et le soutien de l'Association des maires ruraux de France (AMRF), demandent "comme c'est aujourd'hui le cas pour les activités de fabrication ou de vente de produits du terroir, l'autorisation d'utiliser des préenseignes dérogatoires pour se signaler", selon un communiqué commun.

Des fermetures d'hôtels et des suppressions d'emplois

En moyenne, les établissements en zone rurale estiment une perte de chiffre d’affaires de l’ordre de -25% entraînant, dans de très nombreux cas, la fermeture d’établissements, des suppressions d’emplois, des difficultés financières, etc, selon un communiqué de l’Umih.

Selon le syndicat, le retrait des préenseignes est déjà effectif dans 3 départements sur 4 alors que 2 départements sur 3 n’ont pas encore mis en place de SIL (Signalisation d’Information Locale), ces petits panneaux censés pallier l’absence des préenseignes dérogatoires mais que l’UMIH juge "pas adaptés au tourisme", "trop petits" et avec des "couleurs qui n’interpellent pas l’usager".

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format