Menu
S'identifier
Hébergement

Paul Jones, CEO du groupe hôtelier The Lux Collective : "Salt n’est pas une énième marque qui propose des expériences"


Publié le : 19.11.2018 I Dernière Mise à jour : 20.11.2018
{ element.images.0.titre }}
Pour Paul Jones, CEO du groupe hôtelier The Lux Collective, "il faut toujours se réinventer". I Crédit photo M.P.

Auteur

  • Marie Poirier

Après 6 mois de rénovation et 6,2 millions d’euros d’investissement, Salt of Palmar, le premier hôtel de la nouvelle marque Salt lancée par Paul Jones a ouvert ses portes. Un concept innovant, fruit d’une réflexion marketing audacieuse, que son créateur nous a exposé en direct de l’Île Maurice. Interview.

Il a ce charisme des grands patrons. De ceux qu’on n’oublie pas… Paul Jones, CEO du groupe hôtelier The Lux Collective, surnommé par ses proches le Steve Jobs de l’hôtellerie, a expliqué à Tour Hebdo, quelques jours seulement après l’ouverture du Salt of Palmar, les motivations qui l’ont conduit à imaginer cette marque destinée à un nouveau marché.

 

Tour Hebdo : Quelle est cette nouvelle clientèle ciblée par Salt ?

Paul Jones : A l’origine du projet, on s’est demandé quels clients on ne savait pas attirer chez LUX*, notamment à l’île Maurice. Et a contrario ceux qu’on avait aucun mal à faire venir dans nos hôtels. La réponse a été simple : aujourd’hui, avec nos concurrents, on sait tous très bien faire venir des clients qui vont séjourner longtemps dans nos hôtels mais qui vont y rester, sans sortir. Avec Salt, on a souhaité créer une marque sur un marché différent pour des nouveaux clients qui préfèrent découvrir l’endroit où ils vont et les gens qui y vivent. Nous les appelons les "puristes culturels". Des jeunes, urbains, stressés et avec une forte conscience sociale. Ils veulent marquer le monde et le changer pour un monde meilleur. Ils ne veulent pas de quelqu’un qui dit mais qui ne fait pas. Ils veulent un partage le plus naturel possible avec le local. Cette nouvelle cible cherche de l’honnêteté et c’est ce qu’on va lui donner. 

 

THO : En quoi Salt est-il un concept vraiment innovant ?

P.J. : Salt est la référence de tout ce qu’on sait faire. Notre concept se décline en 4 B : Bed, Breaksfast, Bathroom, Bar. Ce sont nos quatre priorités. Notre ambition : favoriser l’intimité, la simplicité, la différence. Et surtout, plonger nos clients en immersion dans la vie quotidienne de l’île. C’est ce qu’on fait en leur proposant de suivre l’un des Shakers de l’hôtel : un pêcheur, une céramiste, une tisseuse de panier… On a créé la marque avec eux. Ce sont les ambassadeurs de la destination. Mais pour autant Salt n’est pas une énième marque qui propose des expériences. Nous souhaitons aller plus loin, transformer nos clients, les affecter positivement. Et qu’ils laissent derrière eux tout ce qui va mal pour simplement recevoir de la gentillesse, du bien-être, des valeurs humaines…

 

THO : Comment vous inscrivez-vous dans une démarche durable avec Salt ?

P.J. : Avec Salt, on veut avant tout être le reflet de la destination où l’on s’implante. Salt of Palmar est la synthèse de l’île Maurice. On y retrouve ses couleurs, ses reflets, sa chaleur. Par exemple dans le design de l’hôtel réalisé par l’artiste Camille Walala. Ou à la carte de nos trois bars et de notre restaurant où l’on déguste uniquement des fruits et des légumes bio cultivés localement. On veut prouver qu’on peut voyager comme on vit au quotidien en étant écoresponsable. Chez Salt, on prône le zéro déchet et le zéro plastique. Mais on veut aussi créer du lien entre les voyageurs et les populations locales. On travaille pour que le concept dure dans le temps, pour que le peuple mauricien et les touristes vivent en harmonie sur le long terme. Avec Salt, on souhaite apporter notre contribution à l’île Maurice et ajouter une pierre à l’industrie touristique tout en créant une marque et un concept qui n’existe nulle part ailleurs. D’ici 5 ans, nous allons ouvrir quatre établissements sous la marque Salt. A l’île Maurice où nous souhaitons nous déployer aux quatre points cardinaux de l’île. Et aussi, en Chine, un marché prioritaire pour nous. Mais peut-être également en France, en Espagne ou en Italie. Des pays tout aussi riches en découverte.   

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format