Menu
S'identifier
Hébergement

Nouvelle grille de classement des hôtels : ce qui va changer


Publié le : 15.01.2016 I Dernière Mise à jour : 15.01.2016
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Tous les hôtels classés vont devoir disposer du wi-fi gratuit. ©DR

La nouvelle grille, révisable tous les cinq ans, va être publiée dans les prochains jours. Elle vise à améliorer et à dynamiser l’offre hôtelière et touristique de la marque "France".

La dernière grille datait du 7 mai 2012 et modifiait l’arrêté du 23 décembre 2009 fixant les normes et la procédure de classement des hôtels de tourisme. La prochaine, déjà signée par le ministère du Tourisme, sera publiée dans les prochains jours par arrêté et sera effective à compter du 1er avril 2016. "La grille est révisable tous les cinq ans. L’Etat a mis beaucoup de temps à vouloir se replonger dedans. Cette nouvelle version vise surtout à corriger les défauts de la première", précise Laurent Duc, président de la branche hôtellerie française à l'Umih (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie).

Parmi les évolutions notables figure l’obligation pour tous les hôtels classés de disposer du wi-fi gratuit. "C’est une volonté de Laurent Fabius (ministre des Affaires étrangères et du Développement international, ndlr) mais dans les faits cela va être difficile dans certaines zones rurales", note Laurent Duc.

Chambres d’hôtes et location collaborative passent à la trappe

La nouvelle grille prévoit également qu’un module de réservation en ligne soit disponible directement sur le site Internet de l’hôtel classé, que toutes les chambres soient équipées de double vitrage ou encore qu’une tablette tactile soit mise à la disposition sur demande du client dans les hôtels 5*.

Cette refonte n’a, en revanche, pas permis de pallier l’absence de certains types d’hébergements, comme les chambres d’hôtes et la location collaborative. "Les offres des sites comme Airbnb ne sont pas classées meublés touristiques. L’Etat faillit à sa démarche car il les laisse faire du commerce alors qu’ils ne paient pas de TVA", indique le président de la branche hôtellerie française à l'Umih.

Hier, la Mairie de Paris a cependant indiqué que 68 logements, soit 6% des logements contrôlés lors de l’opération coup de poing contre les meublés touristiques illégaux qui s’est déroulée les 12 et 13 janvier, avaient fait l'objet d'une "présomption d'infraction".

A ce jour, 80% des hôtels en France sont classés.

Céline Perronnet

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format