Menu
S'identifier
Economie

Moins de 50 agences de voyages ont baissé le rideau depuis le début de l’année


Publié le : 15.10.2020 I Dernière Mise à jour : 15.10.2020
{ element.images.0.titre }}
20 agences de voyages ont été placées en redressement ou en liquidation judiciaire au 3e trimestre 2020. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Céline Perronnet

Selon les statistiques publiées par Altarès, le nombre global de sinistres depuis le début de l’année est en baisse par rapport à 2019. Les aides de l’Etat jouent à plein leur rôle pour éviter une explosion des défaillances. Le tourisme est néanmoins sous surveillance.

Le calme avant la tempête ? Altarès vient de publier les chiffres de défaillances des entreprises françaises au 3e trimestre, qui s’élève à 6 702, soit un niveau très en-deçà (-35,4 %) de ce qui était observé sur la même période en 2019 et la confirmation d’une année 2020 jusque-là épargnée par les défaillances.

« Depuis janvier, les tribunaux ont prononcé 24 000 ouvertures de procédures collectives, soit le plus bas niveau de défaillances depuis plus de 30 ans. L’Etat, qui a très tôt mis en place des mesures de soutien (chômage partiel, PGE, report des cotisations et aménagement des règles de cessation de paiement, etc.) a permis aux entreprises de tenir le choc, jusqu’à maintenant », précise Thierry Millon, directeur des études Altares.

Le tourisme, très fortement impacté par la crise du covid-19, fait-il exception à la règle ? Sur le troisième trimestre 2020, 24 entreprises du tourisme ont été placées en redressement ou en liquidation judiciaire (20 agences de voyages, 2 voyagistes et 2 services de réservation et activités connexes). C’est 3 fois plus que l’an dernier à la même période.

Cependant, sur l’ensemble des trois premiers trimestres, la situation est moins alarmante puisque le nombre de défaillances s’élève à 59 (47 agences, 5 TO et 7 services de réservation et activités connexes) contre 60 sur la même période de 2019. Donc, pour l’heure, rien d’alarmant. Mais jusqu’à quand ?

L'heure de vérité début 2021

Selon Thierry Million, « Ces chiffres traduisent mal l’incertitude qui prévaut en cette fin d’année. Les obstacles à la poursuite des activités n’ont pas disparu mais ils ont été contenus pour permettre aux entreprises de reprendre leur élan. L’Etat l’a bien compris en prolongeant ou en élargissant l’assiette de certains dispositifs, par exemple le renforcement des soutiens aux entreprises impactées par les nouvelles restrictions sanitaires (fonds de solidarité, activité partielle, report des charges). On a aussi en tête la prolongation de l’indemnisation à 100 % de l’activité partielle pour les secteurs « protégés » comme l’événementiel, la culture, le voyage ou le sport. Ajoutons à cela le plan de relance de 100 milliards d’euros présenté par M. Lemaire début septembre. Ces efforts sont importants et nécessaires pour permettre à nos entreprises d’être au rendez-vous du redémarrage de l’activité en 2021 ».

Cependant, pour Altarès, une explosion des défaillances est redoutée par beaucoup d’entreprises dès le dernier trimestre 2020. « Mais en réalité, alors que l’économie n’aura pas encore pansé toutes ses plaies, c’est davantage sur le premier semestre 2021 - à la croisée des chemins de la reprise très gourmande en liquidités, et des premières échéances des Prêts Garantis par l’Etat à rembourser au printemps - que l’heure de vérité pourrait sonner », conclut le directeur des études.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format