Menu
S'identifier
Economie

Les agences de voyages et TO français ont déjà perdu 5 milliards d’euros


Publié le : 26.11.2020 I Dernière Mise à jour : 26.11.2020
{ element.images.0.titre }}
Tous les secteurs du tourisme accusent des pertes colossales en 2020. I Crédit photo ©Adobe Stock

Auteur

  • Brice Lahaye

Un nouveau bilan réalisé par le cabinet Protourisme fait état d'une perte de 60 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour le secteur du tourisme depuis le premier confinement.

Ce sont des chiffres qui font froid dans le dos. Le cabinet Protourisme, spécialiste des études et du conseil dans les secteurs du tourisme, a publié mardi les résultats de son enquête sur l'impact de la crise sanitaire sur les entreprises françaises.

Ainsi, une perte d'environ 60 milliards d'euros pour l'ensemble du secteur a été constaté depuis le premier confinement, dont 5 milliards pour les seules agences de voyages et TO français. Et ce ne sont pas les seuls à être très fortement impactés par la pandémie de Covid-19.

La perte du chiffres d'affaires la plus forte concerne la restauration commerciale, les cafés et les débits de boissons, avec plus de 15 milliards d'euros. Vient ensuite la filière transport (SNCF, compagnies aériennes françaises, transporteurs...), avec près de 14 milliards d’euros de perdus.

Les hébergements marchands (hôtels, campings, résidences de tourisme, hébergements collectifs, locations de meublés...) enregistrent quant à eux plus de 12 milliards d'euros de pertes. « Le chiffre d’affaires de l’hôtellerie française subira une perte de près de 60% en 2020 par rapport à 2019 », précise à ce sujet Protourisme.

Un hiver compliqué pour la montagne

Le secteur de l’événementiel, des congrès, des rencontres professionnelles approche les 10 milliards d’ euros de pertes. Sans oublier le secteur des sites de visite, des prestataires d’activités et des remontées mécaniques, avec près de 2 milliards d'euros de pertes. Un montant identique à celui du secteur des parcs de loisirs.

À cela s'ajoute, sans surprise, les difficultés croissantes pour les  professionnels de la montagne. « Les réservations pour l’hiver à la montagne accusent un retard en moyenne de 35 %, selon l’observatoire Protourisme (-45 % pour la période du 15 décembre au 15 janvier, -30 % pour la période du 15 janvier au 15 mars). D’ores et déjà les professionnels de la montagne s’attendent à une baisse d’au moins 1 milliard d’euros du CA d’ici la fin décembre, qui viendrait s’ajouter à la perte de 1,5 milliard d’euros du printemps 2020 du fait de la fermeture prématurée des stations », indique le cabinet.

Lors de ses annonces sur la sortie progressive du confinement, le président de la République, Emmanuel Macron, a en effet indiqué ne pas souhaiter rouvrir les stations de ski avant la fin du mois de janvier. Un Noël sans ski qui signifie évidemment un nouveau manque à gagner pour le secteur.
 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format