Menu
S'identifier
Economie

5 questions à Hubert Riondel (Air France-KLM) sur Big Blank : "Nous voulons lancer 4 à 5 start-up par an"


Publié le : 21.12.2018 I Dernière Mise à jour : 21.12.2018
{ element.images.0.titre }}
Le PDG de Big Blank a répondu aux questions de Tour Hebdo. I Crédit photo H.Riondel

Auteur

  • Propos recueillis par Manon Gayet

Construire de toutes pièces les start-up qui créeront le voyage de demain, voici l'ambition du Big Blank, le "start-up studio" d'Air France-KLM. Hubert Riondel, le PDG, a répondu aux questions de Tour Hebdo.

Tour Hebdo (THO) : Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est Big Blank ?

Hubert Riondel (H.R.) : Notre objectif est de créer les start-up qui inventeront le voyage de demain, à la fois loisirs et professionnel. Big Blank est un "start-up studio", à mi-chemin entre l'accélérateur et le fonds d'investissement. Les ingrédients de notre concept sont une équipe d'entrepreneurs expérimentés capables d'apporter un support et une méthode de travail à un projet, la mise à disposition de ressources et la capacité à financer des projets.

THO : Comment cela fonctionne-t-il concrètement ?

H.R. : Notre équipe permanente, composée de cinq personnes aux compétences variées, planchent sur des idées, des problématiques liées au voyage en continu. Lorsque l'un de ces problématiques nous semble prioritaire, on s'attelle à valider ou non l'existence d'un marché, on prototype un produit ou service y répondant, puis on développe le projet pour créer et grandir une start-up. Et pour chaque projet, on recrute des entrepreneurs par le biais de notre réseau ou par candidature spontanée.

THO : Vous faites partie intégrante du groupe Air France-KLM. Allez-vous tester vos innovations chez Joon, par exemple ?

H.R. : Nous allons pleinement profiter des compétences présentes au sein du groupe, même si nous n'avons pas besoin de l'aval des dirigeants en soi. Air France-KLM est notre support et met ses ressources à notre disposition. Il est tout à fait envisageable que nous testions certains projets sur Joon, conçu comme un "laboratoire d'idées", s'ils répondent à une problématique des voyageurs. Mais nous ne développerons pas des start-up qu'en rapport avec les transports.

THO : Votre métier, c'est pilote de ligne. Pourquoi choisir de diriger Big Blank ?

H.R. : Je suis en effet pilote au sein d'Air France depuis 10 ans. Mais j'ai toujours été curieux et attiré par l'innovation, j'ai même repris mes études pour me former à la stratégie et aux nouvelles technologies. J'ai déjà monté plusieurs projets sur le thème de l'innovation au sein d'Air France, jusqu'à ce que l'on me propose de plancher sur des sujets innovants à l'ensemble du groupe. C'est une passion... mais je continue de voler !

THO : La première jeune pousse créée par le Big Blank, c'est pour quand ?

H.R. : En moyenne, on estime qu'il faut 10 à 15 idées pour obtenir une start-up viable à la fin. Notre objectif aujourd'hui est d'avoir créé la première d'ici à la fin du premier trimestre 2019, ce qui est ambitieux, mais on a commencé à y travailler dès juin dernier. On aimerait avoir créer 3 start-up d'ici à fin 2019. A terme, nous tablons ensuite sur 4 à 5 jeunes pousses par an. On vous donne rendez-vous l'année prochaine pour découvrir les avancées !

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format