Menu
S'identifier
E-tourisme

Expedia met la main sur son concurrent Travelocity


Publié le : 26.01.2015 I Dernière Mise à jour : 26.01.2015
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Travelocity avait jusque-là ses locaux chez Sabre, à Southlake, au Texas. ©DR

Avec cette opération, le groupe devrait contrôler plus de 60% du marché américain des réservations effectuées auprès des agences en ligne.

Dans la course effrénée à la croissance qui l’oppose à son rival Priceline (Booking.com), Expedia vient de marquer un point. L’agence en ligne américaine a annoncé le rachat à Sabre de son concurrent Travelocity, pour 280 millions de dollars (environ 250 M€).

Cette acquisition n’est pas vraiment une surprise ; les deux entreprises avaient en effet noué un partenariat stratégique fin 2013, selon les termes duquel Expedia était devenu le fournisseur technologique de Travelocity aux Etats-Unis et au Canada.

"Nous avons un partenariat long et fructueux avec Expedia et notre décision de vendre Travelocity est une étape suivante logique pour nous deux", indique dans un communiqué Tom Klein, patron du groupe Sabre. Ce dernier a décidé de réorienter ses activités sur les services technologiques.  

Cette opération renforce la puissance d’Expedia outre-Atlantique et vise à contrer l’arrivée dans le voyage de nouveaux géants, comme Google ou Amazon. Selon PhoCusWright, Expedia contrôle 45% des réservations effectuées auprès des agences en ligne aux Etats-Unis, une part qui devrait bondir à 60% avec ce rachat.

En 2014, le groupe annonce une croissance de ses réservations mondiales de 29%, à 48 milliards de dollars. Il emploie 25 000 personnes dans le monde ! Pour les neuf premiers mois de l’année, son chiffre d’affaires a atteint 4,4 milliards de dollars.

Travelocity n'a jamais réussi à s'imposer en France

Créée en 1996 (la même année qu’Expedia) par Sabre, Travelocity a contribué à révolutionner l’industrie du tourisme, en étant le premier site à proposer la vente de billets d’avion sans passer par une agence physique. L’entreprise a connu ses heures de gloire au début des années 2000 (en particulier aux Etats-Unis) en devenant le partenaire "voyages" du portail AOL, avant de perdre du terrain. 

Si la marque a tenté une incursion en France, elle n’a toutefois jamais réussi à s’imposer, au point que Travelocity avait fini par racheter Lastminute (récemment revendu à Bravofly) pour s’implanter sur le Vieux Continent, et dans l’Hexagone en particulier.

LIRE - Lastminute va être racheté par Bravofly (16 décembre 2014)

La marque Travelocity devrait être conservée et venir renforcer la galaxie Expedia qui, outre le site éponyme, comprend également Hotels.com et Venere.com (réservation d’hôtels), Egencia (voyage d’affaires), Hotwire (forfaits à petits prix) ou encore CarRentals.com (location de voitures). 

Expedia s’est lancée dans une politique de croissance depuis quelques années, tout autant pour s’installer dans de nouveaux pays que pour élargir sa palette d’activités. Le groupe a ainsi pris une participation de 65% dans le chinois eLong, racheté le comparateur allemand Trivago en 2013, puis Auto Escape (location de voitures) et Wotif (seconde agence en ligne australienne) l’an dernier. 

Thierry Beaurepère

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format