Menu
S'identifier
Distribution

Les jeunes sont des acteurs majeurs de la relance du Tourisme


Publié le : 22.09.2021 I Dernière Mise à jour : 22.09.2021
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo

Dalenys est une startup spécialiste des paiements digitaux, filiale de Natixis. Elle analyse les résultats de l’Observatoire Natixis Payments sur le tourisme, avec des focus sur les agences de voyages, les compagnies aériennes et l’hôtellerie. 

Premier constat, l’analyse des transactions effectuées par les Français met en lumière de fortes différences entre les acteurs. Tous n’ont pas bénéficié du fameux « rattrapage » annoncé. Si l’hôtellerie qui tire son épingle du jeu, les compagnies aériennes et les agences de voyages accusent un fort retard.

De fait, le montant total des transactions dans le secteur de l’hôtellerie s’envole en juillet et en août, et dépasse les niveaux atteints à l’été 2020, mais aussi 2019 et 2018, avec un panier moyen qui s’envole

L'effet de rattrapage de CA est sensible : +43 points par rapport à 2020, mais +23 points par rapport à 2019 et même +34 points par rapport à 2018. Grâce notamment à un panier moyen plus élevé que les années précédentes : +35€ par rapport à 2019, puisqu’on passe de 122 à 157€. Mais aussi grâce à un nombre de transactions plus élevé, en hausse de + 5,7%.

Mauvais trip pour les autres

Mais dans les agences de voyage, la tendance est bien différente. Le panier moyen est plus faible qu’avant la crise : en recul de -92€ entre 2021 et 2019 (il s’élevait à 458€ en 2019, il n’est plus qu’à 366€ en 2021). Et le nombre de transactions est également en baisse de -32,1% sur les 8 premiers mois de l’année. 

Concernant les compagnies aériennes, là aussi la situation reste délicate. Le panier moyen est en baisse (215€ vers 227€ en 2019), et le nombre de transactions reste faible par rapport aux années pré-Covid. En cumulé sur les huit premiers mois de l’année, le nombre de transactions est plus faible de -40% par rapport à 2019.

Les plus jeunes boostent la reprise du secteur 

Les compagnies aériennes voient leurs ventes tirées par les plus jeunes : par rapport à 2020, les moins de 24 ans ont augmenté leurs dépenses de +32%. Tandis que les 55-64 ans ont diminué leurs dépenses de 14%, et les plus de 65 ans de -21%.  

Même tendance pour l’hôtellerie : les moins de 24 ans ont augmenté leurs dépenses de 67% par rapport à 2020, tandis que les plus de 65 ans ne les ont augmentées que de 1%.

Le trait est encore plus marqué pour les agences de voyage, chez qui les moins de 35 ans sont les seuls à avoir plus dépensé qu’en 2020.

Des acteurs qui ont pris le virage du digital 

Le point commun entre tous ces acteurs ? Une digitalisation très forte. Les compagnies aériennes étaient déjà fortement digitalisées avant le covid (92% des transactions en e-commerce en 2019), et cette tendance s’est encore accentuée avec 94% de transactions en ligne en 2021.

Pour les autres acteurs, avec un fort ancrage physique avant la crise, le bond du e-commerce est sans précédent : 

Hôtellerie :  56% des transactions sont réalisées en e-commerce en 2021, vs. 42% en 2019

Agences de voyage : 87% des transactions réalisées en e-commerce en 2021 vs. 77% en 2019

1 Observatoire Natixis Payments, analyse des transactions monétiques des porteurs Banque Populaire et Caisse d’Epargne, soit 22 millions de cartes.
Plus d’informations : www.dalenys.com/fr/

 

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format