Menu
S'identifier
Distribution

La fin de l'ordonnance, c'est demain : ce qui va changer pour les professionnels du tourisme


Publié le : 14.09.2020 I Dernière Mise à jour : 14.09.2020
{ element.images.0.titre }}
Début septembre, l'ordonnance avait déjà permis de reporter près de 750 millions d'euros. I Crédit photo ©Adobe Stock

Auteur

  • Brice Lahaye

L'ordonnance du 25 mars 2020 prendra fin ce mardi 15 septembre. Date à laquelle le Code du Tourisme s'appliquera de nouveau, entraînant par conséquent la possibilité pour le client de demander le remboursement de son voyage annulé à cause du covid-19.

C'est la fin d'une aide précieuse. L'ordonnance 315-2020 du 25 mars 2020, relatif aux avoirs, prendra fin ce mardi 15 septembre. Le texte de loi permettait aux professionnels du tourisme de proposer à leurs clients, depuis cette date, un avoir valable sur une période de 18 mois pour des séjours rendus impossibles en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19. Objectif : repousser les remboursements et ainsi sauvegarder la trésorerie des opérateurs, tout en respectant le droit des consommateurs.

Le dispositif, qui aura soulagé les professionnels pendant quelques mois, a ainsi permis de reporter « plus ou moins 750 millions d'euros », selon le secrétaire d'État chargé du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne. « Pour les personnes qui avaient pris un séjour, un forfait, nous avons mis en place l'avoir, qui permet à l'agence de proposer le report du voyage lorsque les conditions le permettent. Ça a bien fonctionné. Il y a plus ou moins 750 millions d'euros qui ont déjà été contractuellement reportés », a-t-il annoncé le 1er septembre.

Qu'est-ce que ça va changer ?

Mais à partir de demain, le Code du Tourisme va de nouveau s'appliquer. La suppression de l'ordonnance dès le 15 septembre signifie en effet qu'il sera possible pour le client de demander un remboursement immédiat en cas de séjour annulé. Évidemment, les TO et agences de voyages pourront toujours lui proposer un avoir, mais il pourra le refuser s'il le souhaite.

Quant aux clients qui voudraient, de leurs côtés, annuler un séjour jugé réalisable par les professionnels du tourisme, ils devront bien évidemment s'acquitter des frais d'annulation habituels.

Des réponses face aux incertitudes

Face aux nombreuses interrogations que peut encore poser la fin du dispositif, les Entreprises du Voyage et le Seto ont publié il y a quelques jours une Foire aux questions pour aider les professionnels du tourisme. L'occasion aussi de se remettre à jour sur les conditions d'annulation d'un séjour.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format