Menu
S'identifier
Distribution

En direct de l’audience de Thomas Cook France : ce que disent les repreneurs


Publié le : 19.11.2019 I Dernière Mise à jour : 19.11.2019
{ element.images.0.titre }}
Les repreneurs potentiels étaient attendus mardi à 14h30 au tribunal de commerce de Nanterre. I Crédit photo DR

Auteur

  • Brice Lahaye

L'ensemble des candidats à la reprise de tout ou partie du groupe Thomas Cook France avait rendez-vous mardi au tribunal de commerce de Nanterre. Tour Hebdo y était pour recueillir leurs impressions à la sortie de l’audience.

Les repreneurs potentiels étaient attendus mardi à 14h30 au tribunal de commerce de Nanterre. Visages fermés pour certains, plus souriants pour d’autres, l'ambiance restait néanmoins très détendue avant la dernière audience devant le juge, en vue de la reprise, de tout ou partie, du groupe Thomas Cook France.

C'est l'offre solidaire et indivisible proposée par 6 repreneurs - Havas Voyages, Salaün Holidays, Voyage le Vacon, Karavel/Promovacances, Navitour/Voyages Sainte-Claire et Esprit de Voyages - qui a été présentée la première. Près de deux longues heures, à huit clos, pendant lesquelles les différents groupes ont pu revenir plus longuement sur leur offre commune enrichie, déposée le 14 novembre dernier.

À la sortie, peu d'entre eux souhaitaient communiquer, la séance ayant permis principalement d'éclaircir quelques détails techniques. Mais certains repreneurs se voulaient confiants. « Si on est là aujourd'hui, c'est qu'on espère que ça va aboutir. Les dés sont jetés et c'est désormais entre les mains de la juridiction. On espère sincèrement que nos offres seront validées », a commenté Stéphane Le Pennec, DG de Salaün Holidays.

Un souhait partagé par Alain de Mendonça, président de Fram. « Nous sommes confiants car notre offre est assez complète », a-t-il de son côté indiqué à sa sortie de l'audience. Les 6 repreneurs ont annoncé avoir enrichi leur offre.

« Ça ne servait à rien de venir »

Pour les autres repreneurs potentiels, aux offres moins conséquentes, la pression semblait s'être envolée. « Les agences que nous souhaitions reprendre sont dans l'offre commune donc ça ne servait à rien de venir », a confié, non sans ironie, l'un d'entre eux avant son passage devant le juge.

Pour le spécialiste Captain Ferry, l'audience aura elle aussi été beaucoup plus courte. Moins de 10 minutes, et son patron Amine Sebti sortait déjà du tribunal. Néanmoins serein. « Ca a été rapide ! On nous a notamment interrogés sur notre solidité économique, car nous sommes une petite société », a-t-il expliqué, sans pouvoir en dire plus sur la prochaine validation, ou non, de son offre.

La décision pourrait être rendue en fin de semaine ou en début de semaine prochaine. Aucune date n'a pour le moment été confirmée, mais certains repreneurs ont évoqué le 26 ou 29 novembre.

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format