Menu
S'identifier
Destination

Philip Dickinson (Qatar Tourism) : « Avec 40 millions de passagers qui ont transité par le Qatar en 2019, les possibilités sont énormes » 


Publié le : 08.07.2021 I Dernière Mise à jour : 08.07.2021
{ element.images.0.titre }}
Philip Dickinson, Vice-Président pour les Marchés Internationaux au sein de Qatar Tourism.  I Crédit photo ©DR

Auteur

  • Propos recueillis par Brice Lahaye

Ses frontières encore fermées, le Qatar s'active pourtant pour accueillir les voyageurs rapidement. Un enjeu d'autant plus important pour la destination, qui accueillera dans quelques mois la prochaine Coupe du Monde de football. Un événement sur lequel le pays veut évidemment surfer pour devenir une destination incontournable. Tour Hebdo fait le point avec Philip Dickinson, Vice-Président pour les Marchés Internationaux au sein de Qatar Tourism. 

C'est officiel depuis ce mercredi : le Qatar National Tourism Council (QNTC) est renommé Qatar Tourism. Un changement de nom a priori anodin pour l'organisation de promotion touristique, qui s'inscrit pourtant dans une nouvelle stratégie de taille pour faire du pays une destination incontournable dans les années à venir. À quelques mois de la Coupe du Monde de football, le Qatar multiplie ainsi les chantiers et parie sur de nouvelles infrastructures hôtelières et attractions pour attirer toujours plus de touristes. Le point avec Philip Dickinson, Vice-Président pour les Marchés Internationaux au sein de Qatar Tourism. 

Tour Hebdo : Une date d'ouverture du Qatar pour les touristes étrangers est-elle actée ? 

Philip Dickinson : Nous n'avons pas encore de date précise, mais je peux dire avec confiance que nous prévoyons de faire une annonce dans les sept prochains jours. Nous travaillons en étroite collaboration avec le ministère de la Santé publique et nous savons que lorsque cela arrivera, nous serons ouverts à tous les marchés principaux, tant que leurs visiteurs seront doublement vaccinés. Nous nous appuyons pour cela sur les recommandations de l'OMS, afin d'accepter les vaccins dont la protection est désormais reconnue : Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Johnson and Johnson. Nous gardons aussi un œil sur les autres : Sinopharm, CureVac, Spoutnik V, parce qu'ils sont présents sur des destinations qui représentent des marchés importants pour nous, comme la Russie ou la Chine. 

Donc, comme je le disais, l'ouverture des frontières sera bientôt effective pour les voyageurs vaccinés. Nous allons également ouvrir aux voyageurs non vaccinés, mais ils auront toujours à se soumettre à une quarantaine. Pour cela, nous allons mettre en place un code couleur avec des pays verts, orange et rouges. Ceux en provenance des pays verts devront se placer en quarantaine pour cinq jours. Pour ceux en provenance de pays classés orange, ce sera 7 jours, et pour ceux classés rouges, 10 jours.

Autre point important : nous allons permettre un enregistrement simple, avec la mise en place d'un portail sur lequel les visiteurs devront se rendre afin de compléter les détails nécessaires à leur venue (passeport, date d'arrivée...).. Ils pourront ensuite télécharger leur certificat de vaccination, avant de recevoir un formulaire qu'ils devront avoir avec eux pour se rendre au Qatar. Une application existe aussi, avec toutes les informations nécessaires à destination. Cette application permettra également d'accéder à certains sites. Car tout est ouvert au Qatar, mais à conditions pour cela d'être doublement vacciné : restaurants, bars, spas, salles de gym... 

Il faut rappeler que nous avons un niveau élevé de vaccination dans le pays. Sur 2,7 millions de citoyens et résidents, environ 70% sont vaccinés. Les voyageurs qui viendront seront donc en sécurité. Sans oublier le programme Qatar Clean, qui permet à tous les hôtels, restaurants ou attractions d'obtenir un certificat assurant de la sécurité pour les visiteurs. Ceux qui ne respectent pas les directives strictes (distanciation sociale, assainissement régulier, gel hydroalcoolique partout...) n'obtiennent pas le certificat. Sans oublier que tous les hôtels ont aussi tous leur propre protocole. 

T.H. : Quel a été l'impact de la crise sanitaire sur le tourisme au Qatar ? 

P.D. : Les arrivées de touristes ont évidemment chuté, mais en termes de tourisme local, d'occupation des hôtels, l'impact n'a pas été si catastrophique. Parce que nous avons aussi récupéré beaucoup de domestiques, qui ont pris leurs vacances dans le pays et qui pouvaient se déplacer sans restrictions. L'autre chose, c'est que nous avons aussi organisé des événements dits de « bulle », des événements majeurs, comme le Qatar Masters (golf), le Grand Prix Moto, le tournoi ATP, avec tous les participants et leur entourage. Ce qui a permis d'occuper les hôtels. À cela s'ajoute aussi le nombre important de quarantaines, car les résidents qui revenaient de l'étranger devaient aussi se mettre à l'isolement pendant plusieurs jours.  

T.H. : Que prévoyez-vous à présent pour faire revenir les touristes ? 

P.D. : Nous avons plusieurs plans en cours, plusieurs campagnes de prévues. Nous avons mis en place une nouvelle stratégie, une nouvelle structure, avec notamment des nouvelles recrues dans l'équipe de marketing ou l'équipe de ventes. Tous cela en amont de la prochaine Coupe du Monde de 2022. Il y a un vrai développement au Qatar pour la préparer, avec de nouveaux hôtels qui arrivent, des nouveaux centres commerciaux en construction, des nouvelles attractions prévues... En somme, beaucoup plus de choses pour que les visiteurs puissent profiter au maximum lorsqu'ils viendront au Qatar, en addition de tout ce qui est déjà proposé aujourd'hui. Nous avons démarré cela au premier trimestre 2020. Le timing était compliqué, puisqu'est arrivée la crise du Covid. Les frontières ont ensuite fermé, pour garder tout le monde en sécurité, mais nous avons continué à travailler dur pour que tout soit prêt à temps. 

L'objectif de ces campagnes, c'est de mettre fin notamment à cette sensation d'éloignement du Qatar, parce que les gens n'en savent pas assez sur la destination. Des campagnes globales sont notamment prévues sur CNN, BBC, Lonely Planet, National Geographic, ainsi que d'autres grands magazines de consommation. Nous attendons juste le bon moment pour les lancer. 

Pour la partie affaires, nous multiplions également les interactions et restons aussi proches que possible des tour-opérateurs, des agences de voyages, etc. Cela passe par des formations, par des éductours, des accords de commercialisation... Nous voulons nous assurer que les professionnels du secteur puissent recommencer rapidement à promouvoir et vendre au mieux la destination. Notre stratégie, c'est vrai un mélange de B2C et de B2B. 

T.H. : Des événements sont-ils prévus en marge de la Coupe du Monde ? 

P.D. : En tant qu'organisation touristique, nous voulons supporter le divertissement autour de l'évenement, donc nous travaillons à proposer des activités à découvrir entre les matchs, avec par exemples des concerts... Nous voulons aussi que les visiteurs puissent découvrir l'expérience du Qatar pendant leur séjour. Nous travaillons avec les tour-opérateurs locaux pour organiser des excursions, par exemple dans le désert,  dans le Souk, dans les centres commerciaux... Il y a vraiment plein d'activités pour cela. 

T.H. : Comment se développait le tourisme au Qatar ces dernières années et quels sont les objectifs à plus long terme ?

P.D. : Avant la pandémie, en 2019, 2,1 millions d'arrivées internationales étaient enregistrées au Qatar, avec une augmentation satisfaisante et un vrai développement sur les source markets, comme la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie, etc. Mais aussi avec une hausse intéressante sur des marchés comme les États-Unis, l'Australie, la Chine ou l'Inde.

Concernant les objectifs, nous avons un plan de développement pour atteindre entre 6 et 7 millions de visiteurs d'ici 2030, soit le triple des arrivées enregistrées en 2019. Nous pensons que c'est réaliste, parce que nous allons augmenter significativement nos activités de ventes et de marketing. Mais aussi parce que nous aurons de nombreuses chambres supplémentaires, avec le développement d'hôtels liés à la Coupe du Monde. Nous avons autour de 125 hôtels au Qatar aujourd'hui, et nous devrions en avoir une centaine de plus avant l'événement. Sans oublier le développement de produits, d'attractions. Nous envisageons une bonne augmentation des visites dans les quelques années à venir. Nous avons d'ailleurs la chance d'avoir une compagnie aérienne aussi bien réputée, aussi bien établie, que Qatar Airways. Il y a 40 millions de passagers qui ont transité par la Qatar en 2019. Il n'y a qu'à faire quelques calculs pour se rendre compte de l'énorme possibilité pour le pays. Mais comme je le disais, le Qatar ne communiquait peut-être pas assez pour montrer tout ce que le pays avait à offrir. Nous souhaitons qu'un maximum d'entre eux envisagent de faire escale pendant 2-3 nuits pour profiter de tout ce que le Qatar a à offrir. Nous sommes également intéressés et concentrés sur la croissance des voyages de "point à point".

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format